Magazine Rugby

All Blacks – Et maintenant?

Publié le 24 octobre 2011 par Sudrugby
All Blacks – Et maintenant?

Richie McCaw avec "Bill" dans les mains

Je lis un peu partout que les Français méritaient de gagner cette finale, tout comme il était dit que les Gallois méritaient de gagner la demi. Mais seul le vainqueur mérite de gagner, seule la manière pouvant être critiquée. Les notes artistiques ne sont pas encore d’actualité dans notre sport, seul le score final compte! Donc les All Blacks méritent amplement leur titre! Mais il fallait de toute façon que ces All Blacks gagnent ce Mondial, c’était écrit depuis la trahison de plusieurs nations majeures qui ont préféré offrir leur votes à la Nouvelle Zélande pour l’organisation de cette Coupe du Monde (devenue déficitaire) après l’avoir promise au Japon, tout cela à cause du sacro-saint “respect” que la Nouvelle Zélande semble mériter plus que tout autre nation du globe. Le même “respect” qui verra les Bleus recevoir une amende de £10.000 (qui touchera l’argent d’ailleurs?) pour avoir osé défier le haka et risqué d’affaiblir psychologiquement ces pauvres ouailles Blacks. Il est vrai qu’il faut absolument protéger une tradition maorie légendaire crée en… 2005! Je parle bien entendu là du Kapa o Pango. Mais il me parait toujours insupportable et inéquitable qu’il soit interdit légalement de répondre à l’avantage compétitif que possèdent les All Blacks avec leur haka. On reprochera certainement aux Français les critiques envers l’arbitre Craig Joubert dont le laxisme, le manque de courage et d’équité dans les décisions se verront opposer des “l’arbitre à toujours raison“. Une excuse purement française et un manque d’élégance en comparaison avec le flegme et la classe des Anglo Saxons? C’est juste oublier que Graham Henry a sauvé son poste en chouinant dans les médias à propos de la prestation de Wayne Barnes lors du quart de finale de Cardiff. En tout cas il est fort probable que Joubert rejoigne Derek Bevan, sa montre en or et indirectement Paddy O’Brien au classement des arbitres honnis des français. Mais les gens ont la mémoire courte et dans quelques temps on ne se souviendra que de Richie McCaw soulevant la coupe et plus de ses errements dans les regroupements bleus… ou plutôt blancs, encore une marque de “respect” car visiblement des Néo Zélandais jouant en noir ont plus de valeur que des Français jouant en bleu!

All Blacks – Et maintenant?

Daniel Carter, encore combien de temps?

Mais mis à part au cours de la finale, il faut tout de même reconnaitre que les All Blacks n’ont pas volé leur titre. Ils ont écrasé le Groupe A de leur classe et de leur talent, étouffé des courageux Argentins en quart et donné une leçon de rugby aux Wallabies en demi finale. La blessure de Dan Carter suivie de celle de Colin Slade son suppléant a été bien gérée alors qu’elle aurait pu faire sombrer psychologiquement le groupe. Des joueurs comme Richard Kahui et Piri Weepu que l’ont attendait pas à un tel niveau ont su se hisser à la hauteur de l’évènement et restent des choix crédibles pour l’avenir des All Blacks. Après des années à dominer la planète ovale pour finalement échouer lors des Mondiaux, il était temps que la Nouvelle Zélande remporte son second titre, une nouvelle fois sur ses terres. Car aussi surprenant que cela puisse paraître, voir Muliaina et McCaw atteindre les 100 sélections reflète bien les soucis qu’ont les All Blacks avec leur relève. La force des Néo Zélandais a toujours été de former des jeunes talentueux et des le responsabiliser très tôt en les lançant dans le grand bain, une pratique très rare en France. C’est pour cela que des Andrew Mehrtens ou Carlos Spencer pourtant au sommet se sont vus éjecter des All Blacks au profit d’un Dan Carter qui n’était qu’un excellent jeune prometteur à l’époque. Un pari plus que payant! La liste des grands joueurs ayant subi le même destin est longue mais depuis quelques temps on observe une continuité nouvelle au sein des All Blacks, qui est certainement une des raisons de leur succès ce dimanche. Mais également un indicateur que la relève tarde à arriver et à concurrencer les cadres, pourtant vieillissants à certains postes clés.

Premières et deuxièmes lignes: Un chantier colossal

All Blacks – Et maintenant?

Ali Williams, stop ou encore?

Le spécialiste de la mêlée Mike Cron a fait un travail admirable qui a permis aux All Blacks de tenir tête aux meilleurs packs de la planète. Il a pu s’appuyer sur l’expérience de tauliers comme Keven Mealamu, Tony Woodcok, Brad Thorn ou Ali Williams qui, tous âgés de plus de trente ans, ont probablement joué leur dernier mondial. Grâce au marketing, tout nouveau joueur portant le maillot noir est d’office considéré comme un des spécialistes mondiaux à son poste. C’est le cas de Sam Whitelock, qui à défaut de vendre du rêve et d’en avoir la légitimité, va désormais être reconnu comme une des meilleures secondes latte au monde. Mais derrière lui les prétendants ne se bousculent pas et sur le long terme cela pourrait devenir problématique. Anthony Boric, Jarrad Hoeata, Tom Donnelly ou Jason Eaton ont tour à tour eu leur chance sans réussir à la saisir. Luke Romano est jeune et joue aux Crusaders donc il est fort probable de le voir chez les Blacks prochainement. Mais derrière c’est le calme plat, à moins qu’Ali Williams tente l’aventure 4 ans de plus. Il aura 34 ans en 2015 donc un an de moins que Brad Thorn, mais son physique est toutefois plus fragile.

All Blacks – Et maintenant?

Owen Franks est bien seul

Même constat en première ligne où derrière un Owen Franks qui est promis à un bel avenir après ses performances de haut niveau, peu de prétendants se bousculent à gauche comme à droite de la mêlée. John Afoa jouera l’an prochain en Irlande et tout comme Ben Franks, son niveau n’est pas si exceptionnel. Tony Woodcock n’a que 30 ans et peut donc continuer encore quelques années mais son physique lui a joué des tours récemment. Il faudra surveiller Wyatt Crockett et probablement Jamie MacKintosh si les Highlanders réussissent un bon Super Rugby. Les plus grosses inquiétudes viennent du poste de talonneur où Keven Mealamu et Andrew Hore vont devoir laisser leur place. Sélectionné pour la première fois en 2003, Corey Flynn n’a jamais réussi à s’imposer en équipe nationale et ne représente donc pas une solution crédible pour l’avenir. Ne reste qu’Hikawera Elliot des Chiefs qui partageait le rôle les saisons passées avec le néo Parisien Aled de Malmanche. Il faudra suivre l’évolution des jeunes talonneurs présents au sein des cinq franchises kiwis en Super Rugby avant de pouvoir légitimement les considérer comme des joueurs prometteurs.

Troisième ligne: Plus de certitudes

All Blacks – Et maintenant?

Matt Todd, successeur désigné de McCaw

Avec cette victoire Richie McCaw a sauvé sa peau! Il ne subira pas le même sort que Taine Randell ou Reuben Thorne. Il n’est cependant pas certain qu’il reste un All Blacks encore très longtemps, son successeur étant d’ores et déjà désigné! Il s’agit de Matt Todd, déjà son suppléant aux Crusaders et qui a rejoint le groupe Néo Zélandais en cours de mondial lorsque l’état du pied de McCaw fut classé affaire d’état. Le futur sélectionneur national osera t’il destituer le capitaine champion du monde comme John Mitchell l’avait fait à son profit vis à vis de Josh Kronfeld? Il faut l’espérer pour Matt Todd! Jerome Kaino et Kieran Read sont encore jeunes et devraient, s’ils le souhaitent bien sûr, prolonger l’aventure jusqu’en 2015. Mais au regard du parcours de Jerry Collins et de Rodney So’oialo entre 2007 et 2011, la donne peut changer très vite! Victor Vito et Liam Messam possèdent également une bonne expérience internationale alors que des jeunes comme Sam Cane ou Luke Braid représentent l’avenir. En troisième ligne, les All Blacks n’ont pas de soucis à se faire et ont depuis des générations sortis des grands joueurs.

Demis de mêlée: Du monde mais pas de taulier

All Blacks – Et maintenant?

Piri Weepu, peut il tenir 4 ans de plus?

Je ne suis pas trop d’accord avec les commentaires français reléguant Weepu comme 3e choix à la mêlée avant le début du mondial. Je pense plutôt qu’il partageait la place de titulaire avec Jimmy Cowan avant que ce dernier ne soit relégué comme dernier choix. Les trois demis de mêlée du squad ont moins de trente ans et peuvent donc continuer de jouer pour l’équipe nationale jusqu’au prochain tournoi. A cette liste peuvent être ajoutés Alby Matthewson et Brendon Leonard. Mais aucun de ces joueurs n’est une référence mondiale à ce poste si particulier et stratégique, et il y a fort à parier que beaucoup iront monnayer leur talent en Europe. Piri Weepu s’est affirmé comme un leader au cours de la Coupe du Monde mais son niveau de jeu n’a pas été irréprochable, particulièrement en finale. Son transfert pour les Blues devrait limiter le temps de jeu d’Alby Matthewson, à moins qu’il se voit décalé à l’ouverture. Peu de certitudes pour le moment en 9, mais il en était de même après 2007 et le départ de Byron Kelleher.

All Blacks – Et maintenant?

Aaron Cruden doit confirmer

Ouverture: Vaincre la Carter-dépendance

Les All Blacks ont réussi à être champions du monde sans Dan Carter mais est-ce que pour autant Colin Slade et Aaron Cruden sont devenus des excellents joueurs? Bien sûr que non et toute personne ayant suivi les derniers tournois de Super Rugby ainsi que les rencontres internationales des kiwis pourra le confirmer. Ces deux joueurs possèdent néanmoins une belle marge de progression, et il faudra également suivre les progrès de Beauden Barrett et Gareth Anscombe. Mais si Dan Carter, qui n’a que 29 ans, ne cède pas de suite aux offres financièrement alléchantes des clubs Européens, il a encore quelques années à offrir aux All Blacks. Il faudra cependant que le futur staff décide entre rebâtir une équipe avec des jeunes sur 4 ans ou choisir la facilité en conservant son métronome. Le nouveau héros Stephen Donald part lui pour l’Angleterre et Bath.

Back Five: Le talent est là

All Blacks – Et maintenant?

Israel Dagg, la pépite

Ma’a Nonu et Conrad Smith ont confirmé qu’ils formaient la meilleure paire de centre de la planète. Resteront-ils associés jusqu’en 2015? L’âge le leur permet mais si Richard Kahui retrouve son poste de prédilection et si des jeunes comme Robbie Fruean continuent de progresser, une concurrence peut s’installer. De plus cette paire bénéficie également d’une grande complémentarité depuis 2003 et le début de leur association aux Hurricanes, mais le départ (ou plutôt l’exclusion) de Ma’a Nonu vers les Blues peut mettre en péril ces automatismes. Par chance, Sonny Bill Williams devrait bientôt quitter le Rugby Union et arrêter l’escroquerie en retournant jouer en Rugby League. Israel Dagg, Zac Guildford, Isaia Toeava et certainement Sean Matlaind, Julian Savea ou Robbie Robinson sont les joueurs sur qui il faudra compter à l’aile ou à l’arrière. La liste est bien sûr non exhaustive!

Les All Blacks devront donc, pour continuer à être compétitifs, revoir en profondeur leur modèle financier car malheureusement sans argent, l’équipe nationale comme ses franchises ne pourront pas se maintenir au plus haut niveau. L’IRB et les autres nations mondiales ne devraient également plus leur faire autant de cadeaux. L’exode de ses joueurs vers l’Europe ou le Japon (voire une tendance grandissante à rejoindre des franchises Australiennes) ainsi que le choix des descendants d’Islanders de représenter très jeunes la nation de leurs parents sont autant de menaces pour l’avenir des Néo Zélandais. Il faudra également voir qui de Steve Hansen, Vern Cotter, Joe Schmidt, Todd Blackadder, Warren Gatland ou Ewen McKenzie occupera le poste laissé vacant par Graham Henry. Continuité ou révolution, réponse lors du prochain Tri Nations!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sudrugby 8173 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines