Magazine Marketing & Publicité

Attention, un Gillet peut en cacher un autre.

Publié le 25 octobre 2011 par Pagman

... Il ne sera pas question de moi aujourd'hui. J'ai beaucoup trop parlé de ma personne et de mon petit blog pour promouvoir Après la Pub aux Golden Blog Awards. Mais ça a payé puisque je suis toujours en course et dans le top 10 dans la catégorie Culture généraliste (voir ici link) et c'est un peu grâce à vous alors merci. Mais aujourd'hui, point de P-A, parlons un peu de R-E. Roger-Edgar Gillet n'est pas de ma famille et croyez bien que je le regrette amèrement. Je n'avais jamais entendu parler de Roger-Edgar Gillet jusqu'à ce doux jour de juin où, déambulant nonchalamment entre les étals d'une brocante boulonnaise, je fus frappé par un nom sur un livre qui dépassait parmi d'autres : Gillet. Comme c'est un peu mon nom aussi, normal que cela m'intriguât. Bref, je pris le livre, l'ouvris et je payai 10 euros à la manante qui ne savait pas ce qu'elle venait de perdre.

_DSC6450.jpg

Roger-Edgar Gillet ne fut pas un artiste majeur mais son art l'est. Né le 10 juin 1924 à Paris, Gillet suivit les cours de l'École Boulle et des Arts Déco. Tour à tour architecte d'intérieur, décorateur de théâtre et Professeur, Gillet se fit d'abord une place dans la jeune peinture française du milieu des années 50. Salon d'Octobre, Salon de Mai (à l'époque où ils étaient ausi importants que la FIAC de maintenant), Biennale de Paris, il obtient le prix Fénéon en 1954, sa pâte généreuse, ses bruns puissants et sa maîtrise de la couleur et du motif font merveille. Comme de Staël, Gillet oscilla longtemps entre pure abstraction et figuration, même très libre. Reste la puissance de ses œuvres, son combat contre les cons de toutes sortes, son caractère explosif qui transpire de ses toiles. Et une expression pure, radicale et sublime qui n'appartient qu'à lui. Dommage, j'en aurai bien chez moi.

_DSC6454.jpg

Le monde de Gillet est opaque, composé de bigotes, de juges, de personnages hautains qu'il brosse de toute sa force pour en exclure les détails, pour ne garder que l'âme, aussi sombre soit-elle. Ce "personnage important" ci-dessous l'est au premier regard. Même sans visage, l'homme s'exprime, persifle de son piédestal sur nous, simples mortels.

_DSC6434.jpg

_DSC6435.jpg

_DSC6436.jpg

_DSC6437.jpg

_DSC6442.jpg

_DSC6451.jpg

Chez Gillet, on lit d'abord le sujet. Puis on prend la peinture en pleine face. Son art éclabousse, salit même les plus blancs que blancs. Papes, notables, tout le monde y passe.

_DSC6456.jpg

_DSC6455.jpg

_DSC6438.JPG

_DSC6439.jpg

_DSC6441.jpg

_DSC6444.jpg

_DSC6445.jpg

_DSC6446.jpg

_DSC6447.jpg

_DSC6462.jpg

_DSC6464.jpg

_DSC6468.jpg

_DSC6474.jpg

_DSC6475.jpg

_DSC6478.jpg

_DSC6485.jpg

_DSC6461.jpg

Roger-Edgar Gillet est décédé en 2004 à Saint-Suliac, son fief. Entouré de ses amis pour un dernier gueuleton, loin des flonflons parisiens qu'il détestait.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pagman 18196 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog