Magazine

Chronique des téléphones mains dans les poches

Publié le 25 octobre 2011 par Sammy Fisher Jr
Chronique des téléphones mains dans les pochesQuand j'étais gosse, un individu qui parlait tout seul dans la rue ou dans le bus, était regardé discrètement du coin de l'œil, dans un mélange de moquerie et de commisération : en voilà un qui est un peu brelot, ce n'est pas sa faute, il a peut-être bu, on ne montre pas du doigt.
Aujourd'hui, ça n'étonne plus personne : un individu dans la même attitude est en train de téléphoner, tout simplement
J'ai toujours un bref moment de surprise, lorsque je vois quelqu'un arriver face à moi, mains dans les poches, en grande conversation avec son ami invisible. Je n'ai pas encore complétement intégré l'existence des kits mains libres et ne suis d'ailleurs pas pleinement convaincu de leur nécessité. Sans doute suis-je le seul à être choqué ? Je ne suis pourtant pas techno-attardé à ce point, et n'en suis plus, comme aux débuts des portables, à pester contre "ces gens qui racontent leur vie dans la rue". Il n'en demeure pas moins que l'absence de la médiation du téléphone provoque en moi un malaise que je ne saurais expliquer. Il m'apparait encore plus inconvenant de parler -presque- tout seul dans la rue quand on a pas la justification tangible en main, sous forme de téléphone. Absence d'autant plus troublante que ces technophiles se privent rarement du plaisir d'exhiber leur dernier jouet.
Je réalise que, me projetant à la place du quidam, je me sentirais gêné et obligé de justifier mon attitude : regardez, je suis au téléphone, je ne suis pas brelot, je ne suis pas pris de boisson, ne me montrez pas du doigt comme le dit la chanson. Mais non. Plus personne ne fait attention à un comportement qui il y a encore quelques années aurait provoqué un mélange de commisération et de moquerie. En fait, les tenants du main-libre et de l'ami invisible ne sont que les représentants de l'un des deux grands groupes composant la famille des téléphonistes de rue, les autres étant la tribu des têtes baissées, si justement décrits par Guy Birenbaum.
Les premiers regardent les seconds sans les voir, tandis qu'eux ne regardent personne, plongés qu'ils sont dans leurs écrans. Mais probablement les uns et les autres communient-ils au même autel de la bêtise, cette "bêtise au front de taureau" qui chagrinait si fort Baudelaire, et qui pousse certains à fleurir des boutiques d'informatique suite à la mort d'un entrepreneur.
Sans doute sont-ils tous un peu brelots, ce n'est pas de leur faute, ils sont intoxiqués. Ils gagnent toute ma commisération, où se mélange quand même un peu de moquerie.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Bob Marley et la folle histoire du cannabis

    Marley folle histoire cannabis

    Un article très intéressant de Jean Marc Dupuis, de Santé, Nature, Innovation qui nous explique que la vogue du cannabis doit beaucoup à Bob Marley d'une part,... Lire la suite

    Par  Guy Deridet
    A CLASSER
  • Cadeaux. Des livres à glisser sous le sapin !

    Vous êtes encore en train de vous creuser la tête pour Noël ? Voilà deux idées cadeaux de dernière minute qui pourront combler aussi bien les enfants, que les... Lire la suite

    Par  Seb322
    INFO LOCALE, A CLASSER
  • In memoriam

    Me voilà de retour, mais ce premier billet sera bien triste puisqu’il vise à rendre hommage à Joseph Orban (voir lien ci-contre), dont j’ai appris le décès... Lire la suite

    Par  Feuilly
    HUMEUR, A CLASSER
  • Invitation au voyage

    Invitation voyage

    Quelle place trouver dans ce monde qui nous entoure et qui devient chaque jour un peu plus fou et un peu plus agressif ? Libye, Syrie, Tunisie, Egypte,... Lire la suite

    Par  Feuilly
    HUMEUR, A CLASSER
  • [critique] Au Bonheur Des Ogres : adaptation réussie, mais...

    [critique] Bonheur Ogres adaptation réussie, mais...

    L'adaptation - aussi redoutée qu'attendue - du premier tome de la célèbre saga « Malaussène » sort mercredi. Au Bonheur Des Ogres est un film qui pose les... Lire la suite

    Par  Vance
    CULTURE, A CLASSER
  • Utopies

    Utopies sans cesse renaissantes pour Navia « Si tu ne cherches pas l’inespéré, tu ne le trouveras pas. » - Héraclite - « Le mal se fait sans effort,... Lire la suite

    Par  Gerard
    POÉSIE, TALENTS, A CLASSER
  • Morlaix. Une crue intense en centre-ville

    Les rivières du Jarlot et le Queffleuth sont sorties de leur lit suite à un violent orage, survenu le dimanche 3 juin, sur Morlaix. Par le passé, la cité du... Lire la suite

    Par  Seb322
    INFO LOCALE, A CLASSER

A propos de l’auteur


Sammy Fisher Jr 135 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte