Magazine Politique

Les mots de la politique (15) : (le point) Fukushima

Publié le 25 octobre 2011 par Variae

Ça m’est tombé dessus comme ça, alors que je n’avais rien demandé. « Ah, il est absent cette semaine, il est parti à Fukushima », me dit-on il y a quelques jours d’un collègue militant écologiste. Enfin, « me dit-on », le mot est faible. Je devrais peut-être plutôt dire : me glisse-t-on avec gravité et avec une lueur respectueuse dans les yeux. Donc ça y est, dans le bagage standard de l’activiste vert, il va falloir remplacer le camping dans le Larzac par la douche aux UV hardcore, l’immersion au sens fort du terme en terrain irradié ? Une investigation sociologique plus serrée le confirmera (ou non). Mais en attendant, la tendance fait recette puisque Eva Joly, bergère en chef d’EELV, rentre justement de la ville japonaise sinistrée, pleine d’usage et raison, et en tout cas, de conseils pour François Hollande. « Lorsqu’on a vu ce que j’ai vu à Fukushima, on ne peut pas ne pas comprendre qu’il faut sortir du nucléaire (…) J’inviterai François Hollande à venir avec moi voir les paysages si splendides de cette région, les terres agricoles impropres à l’usage humain pour les 30 ans à venir. C’est insupportable ! »

Les mots de la politique (15) : (le point) Fukushima

On sent bien, à la lecture de ces quelques mots, que l’on assiste à l’émergence d’un concept majeur, après lequel plus rien ne sera pareil. Il faut bien lui donner un nom ; je le baptise, en mon âme et conscience, le point Fukushima, défini de la façon suivante :

Premièrement. J’appelle point Fukushima, le seuil de dégradation d’une conversation atteint lors de l’utilisation du terme Fukushima (ainsi que de tout produit dérivé : photo, hashtag, mug …) pour atomiser, pardon, terrasser son adversaire.

Deuxièmement. Le point Fukushima peut ressembler au point Godwin (usage, fonction, effet sur la qualité du débat), mais il n’est pas le point Godwin. Une personne peut à la rigueur atteindre le point Godwin et le point Fukushima en une seule phrase, mais les exemples attestés sont rares et le demeureront sans doute (hypothèse d’école : « Ceux qui refusent de tirer les conclusions de Fukushima refusaient aussi de comprendre ce qui allait se passer en 39 »).

Troisièmement. Quand le point Fukushima est atteint (effet des radiations ?), les arguments rationnels cessent de fonctionner et les affects prennent le dessus. Celui qui dit « insupportable ! » le plus fort a gagné.

Quatrièmement. Celui qui atteint le point Fukushima divise le monde en deux : les lobbyistes-pro-nucléaires-aveugles-à-l’apocalypse-qui-s’annonce-et-les-idiots-utiles-qui-servent-leurs-intérêts, et les gentils écologistes. Corollaire : toute personne esquissant prudemment la question du comment sortir du nucléaire, à la place du pour/contre le nucléaire, est immédiatement suspectée, jugée et condamnée comme membre des lobbyistes-pro-nucléaires-aveugles-à-l’apocalypse-qui-s’annonce-et-des-idiots-utiles-qui-servent-leurs-intérêts. Toute résistance sera vaine.

Cinquièmement. Celui ou celle qui atteint le point Fukushima gagne le droit d’abolir l’espace et le temps. C’est automatique. Fukushima c’est arrivé ici, c’est arrivé là, ça peut arriver près de chez toi. Sur votre tête d’(irra)diable pèse tout le risque d’une explosion de centrale nucléaire. Vous qui vivez/travaillez/partez en vacances/passez une fois par an/avez une arrière-grande tante qui vit/êtes né à côté d’une centrale nucléaire, que diriez-vous si elle finissait comme à Fukushima, hein ? Corollaire : toute tentative d’argumenter sur des différences technologiques entre centrales japonaises et françaises permet de vous identifier comme un sbire des lobbyistes-pro-nucléaires-aveugles-à-l’apocalypse-qui-s’annonce-et-des-idiots-utiles-qui-servent-leurs-intérêts.

Sixièmement. Le connaisseur averti distinguera le point Fukushima simple du point Fukushima premium. Le point Fukushima premium est atteint lorsque l’on peut se prévaloir d’être allé à Fukushima et que l’on demande à son contradicteur, la voix lourde de reproche, s’il est allé lui-même à Fukushima. Certains initiés parlent également d’un point Fukushima épique, ou epic Fukushima point, qui ne serait accordé que dans le cas très particulier où l’on peut se prévaloir d’être allé à Fukushima ET où l’on propose d’y retourner à son contradicteur, en l’emmenant cette fois-ci, pour qu’il comprenne combien « c’est insupportable ».

Septièmement. Nul ne peut se prévaloir de connaître et de maîtriser tous les aspects du point Fukushima. Son usage va probablement proliférer dans les prochains mois, en proportion inverse du nombre de jours restant avant le premier tour de l’élection présidentielle.

En attendant, j’ai l’honneur et le plaisir de remettre à Eva Joly :

UN POINT

FUKUSHIMA

Qu’elle en fasse bon usage.

Romain Pigenel

S’il vous reste quelques minutes avant l’apocalypse, jetez un coup d’œil aux autres mots de la politique.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Variae 35066 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine