Magazine Séries

Hart of Dixie – Episode 1.05

Publié le 25 octobre 2011 par Speedu
Hart of Dixie – Episode 1.05

Faith and infidelity

Saison 1, Episode 5 sur 22
Diffusion vo: The CW – 24 octobre 2011

Le docteur Hart est enfin seule, pour une semaine. Elle a l’occasion de mettre Bluebell dans sa poche mais avec ce qui arrive au pasteur, ce n’est pas gagné.

Pasteur ou ministre, telle est la question. Il est toujours peu évident de trouver le titre qui convient à ce type de personnage vu que l’équivalent n’existe pas dans notre façon de pratiquer la religion en France. Oui, les curés ne peuvent pas se marier chez nous mais suivant les branches, aux Etats-Unis on peut. Donc j’ai choisi ici d’appeler pasteur notre victime de la syphilis.

Hart of Dixie – Episode 1.05

Cette semaine, j’ai eu l’impression de faire un bond bizarre dans le temps. A croire que l’épisode a été diffusé plus tard que prévu à la base tant on dirait que Zoé vient de débarquer. Disons en 3ème position plutôt qu’en 5ème. Parce que voilà, les bons voisins qui viennent souhaiter la bienvenue après 5 épisodes et tout ce que Zoé a déjà fait dans la communauté, c’est quand même limite. Ou alors, nous n’avons pas la même définition du bon voisin.

Donc Zoé est seule au cabinet et personne ne vient la voir. Juste une urgence avec le père saoul du « cow-boy » beau gosse de voisin et la suite du dossier du pasteur. On se retrouve donc à gérer tout l’épisode avec ce cas de syphilis, maladie sexuellement transmissible dans 99% des cas. L’épisode va donc jouer sur la question de cette foi et ramener l’opposition sur l’optimisme des locaux et le cynisme de Zoé élevée à la grande ville. Finalement, on obtient presque une présentation de Bluebell dans cet épisode. Une ville où tout le monde est bien et où tout le monde se sent bien et où finalement, pourquoi refaire la route pour les ambulances puisqu’il ne peut rien arriver. Là encore, on joue sur le fort contraste avec Zoé où les nuits new-yorkaises qu’elle a connu sont ponctuées des sirènes des services d’urgences. Et au final, là encore, cela a participé à cette impression que l’épisode arrive au mauvis moment, trop tard.

De son coté, Lemon ne fait pas de la limonade mais un projet de restauration d’un monument historique de la ville, abimé par l’ouragan Katrina. Là encore, drôle de concept du temps puisque l’ouragan a eu lieu il y a 6 ans quand même, en 2005. Il serait peut-être temps de se pencher sur la restauration des dégats. Sauf que pour parvenir à la restauration des dégats, il faut le budget et celui de Bluebell est serré et donc un seul projet peut être mis en oeuvre : la restauration ou la route. C’est assez intéressant de voir comment les deux projets sont défendus, l’un avec une longue préparation et une présentation qui joue sur la fibre patriotique tandis que l’autre se joue autour d’une partie de basket dans le jardin. Et oui, la politique se joue aussi comme ça dans une petite ville où tout le monde se connait, au détours d’une conversation ou d’une activité sans rapport, à la manière des ragots qui se répendent chez la coiffeuse.

Hart of Dixie – Episode 1.05

Mais tout l’intérêt de cette intrigue, au delà de tenter en vain de nous faire aimer Lemon, c’est de repositionner George. Le pilotel e posait comme éventuel love interest de Zoé. Puis les 3 suivants n’évoquaient pas du tout cette possibilité. Là, on le voit s’engager avec Lemon en décidant d’habiter avec elle. Mais en seconde lecture, on devine bien qu’il le fait par obligation presque. Parce que c’est comme ça à Bluebell, on épouse son amour d’enfance, comme avec le pasteur, comme avec un autre couple qui l’évoque fugacement. Peu importe le reste, on se choisit à ladolescence et le premier amour est le bon. Enfin le dernier. Or George a connu New York lui aussi. Et on sent bien à la fois le regret d’avoir quitté la ville et ses pizzas à deux heures du matin mais aussi le coté contraint. Il est revenu à Bluebell parce qu’il n’avait pas vraiment d’autre choix et il va s’engager avec Lemon parce qu’il n’a pas d’autre choix. Un bon cocktail pour le rendre infidèle quand on y rajoute la pétillante Zoé, new-yorkaise jusqu’au bout de la mèche colorée.

Bref, 7.5/10

Hart of Dixie délaisse un peu l’humour (quoique Zoé qui tente de grimper à l’échelle ou Zoé qui chasse le moustique, c’est marrant) pour offrir une lecture en second degré de la vie à Bluebelle. Tout ny est pas si idylique qu’il y parait et derrière le verni de béatitude se cache peut-être autre chose. Bon, certes, cela reste de l’analyse légère et peut-être sans lendemain de la part de la série mais j’ai trouvé cela intéressant et bien mené et j’espère que la série va continuer dans cette voie.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Speedu 365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine