Magazine Politique

Hausse des prix : Luc Chatel est "en colère" et le dit sur internet

Publié le 26 février 2008 par Eparsa

Le Secrétaire d’Etat chargé de la consommation a déclaré, dans une vidéo postée sur internet, être extrêmement choqué par les résultats de l’enquête de 60 millions de consommateurs sur les hausses de prix des produits alimentaires. Pour Luc Chatel, un certain nombre d’industriels et de grands distributeurs profitent de la conjoncture internationale pour passer des hausses qui sont absolument injustifiées. Luc Chatel a cité quelques exemples emblématiques et choquants : « Alors que la filière du porc connaît une crise sans précédent qui menace la survie des producteurs français, avec des cours qui se sont effondrés, il y a des hausses jusqu’à 40 % sur du jambon vendu en grande surface. Sur les pâtes alimentaires, on voit les mêmes produits, vendus en France et en Italie, qui connaissent en France des hausses de deux à trois fois plus importantes qu’en Italie ! »
Le Premier ministre François Fillon a demandé à la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) d’enquêter sur le partage des marges de la vingtaine de produits qui a le plus augmenté. Luc Chatel a commenté la mesure en expliquant que « chacun doit jouer le jeu de la transparence, faute de quoi on alimente la défiance des consommateurs ».
Luc Chatel a également détaillé le plan d’action du Gouvernement pour contrer de manière structurelle les hausses de prix :
  • La loi pour le développement de la concurrence au service des consommateurs, votée en décembre 2007, permettra à partir du 1er mars 2008 aux distributeurs de baisser les prix en faisant bénéficier les consommateurs des avantages commerciaux négociés avec leurs fournisseurs (pratiques autrefois interdites) ;
  • L’introduction de la négociabilité entre distributeurs et fournisseurs, dans le cadre de la loi pour la modernisation de l’économie qui sera présentée en avril 2008 par Christine Lagarde. Il faut que distributeurs et fournisseurs soient libres de négocier leurs tarifs, sans encadrement excessif de la loi ;
  • L’accroissement de la compétition entre les distributeurs. La loi actuelle a permis à des magasins d’abuser de position de monopole au niveau local. Sans concurrence entre plusieurs enseignes, les prix augmentent de manière automatique, au détriment du consommateur final.
    Luc Chatel a, en conclusion de son intervention, exhorté les consommateurs à « systématiquement comparer les prix car on observe des différences de prix significatives selon les enseignes. Il faut exiger de la concurrence et de la transparence. »


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Eparsa 1770 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines