Magazine Conso

La maison du jeudi – La Maison Tropicale – Jean Prouvé

Par Arnaudium

« De par le monde, il se construit une quantité de choses : avions, automobiles, machines-outils, ouvrages d’art […] L’habitation individuelle ou collective, l’édifice public sont des objets construits à l’égal des précédents ». C’est avec cette approche visionnaire de l’architecture que Jean Prouvé a entrepris, à partir des années 30, son travail d’industrialisation des objets de l’habitat, des meubles à des projets de maison résidentiels et d’immeubles institutionnels et commerciaux. Jean Prouvé est aujourd’hui reconnu comme l’un des architectes les plus importants et influents du 20e siècle. Son esthétique industrielle, qui s’appuie sur les métaux comme la tôle d’acier et l’aluminium, a fait date. Sa Maison du peuple, dessinée en 1935, peut déjà être considérée comme précurseur de l’architecture contemporaine. Mais avec sa Maison Tropicale il lègue un véritable manifeste. Destinée à l’Afrique occidentale pour combler les besoins en infrastructure de l’immense territoire colonial, il en sera construit 3 prototypes seulement entre 1949 à 1951. En 2000 les prototypes sont démontés et rapatriés en France. La petite maison de Brazzaville (140 m2) a été vendue par Christie et gît désormais à Londres à côté de la Tate Modern. La grande maison de Brazzaville (180 m2) a été restaurée et remontée sur le toit du Centre Georges Pompidou à Paris. Enfin la maison de Niamey (240 m2) a été réinstallée dans le Sud de la France pour y être exposée au public. Retour sur ce joyaux de l’architecture contemporaine.

La Maison Tropicale - Jean Prouvé

Membre fondateur de l’Union des Artistes Modernes, actif dans la Résistance française, maire de Nancy, directeur d’une usine d’auto-géré par plus de 300 travailleurs à Maxéville, professeur au Conservatoire National des Arts et Métier, à Paris, consultant indépendant … Une carrière qui montre l’envergure et la mesure de l’engagement d’un personnage qui a épousé son temps. Jean Prouvé (Paris, 1901 – Nancy, 1984) fut élevé dans le contexte Art nouveau de l’École de Nancy, dont Victor Prouvé, son père, fut un membre fondateur. Il fait son apprentissage dans la métallurgie. Il ne se définit alors pas comme architecte mais comme «constructeur». Le Corbusier utilisera le terme d’ «l’architecte-ingénieur» pour le définir. Son approche est centrée sur l’utilisation systématique des techniques et des matériaux disponibles à un moment donné, en particulier du métal. Prouvé a également contribué à une tendance qui s’est largement répandue, celle des murs-rideaux et des façades de verre.

La Maison Tropicale - Jean Prouvé

La Maison Tropicale - Jean Prouvé

La Maison Tropicale - Jean Prouvé

Pour les Maisons Tropicales, conçues pour les températures de l’Ouest africain, Prouvé choisi une structures en acier et un habillage en aluminium. Ce type de construction légère était très en avance sur son temps, d’autant plus qu’il intégrait déjà une problématique de construction durable comme nous dirions aujourd’hui. Le toit et les murs étaient équipé d’un système de ventilation pour contrer les chaleurs extrêmes. La maison comportait également des haut-vent réglables en aluminium autour de la véranda, ce qui permettait à la fois de réfracter le soleil et de créer une façade extérieure. La véritable enveloppe de la maison était réellement sa peau intérieure composée de panneaux fixes et coulissants. Mais l’architecture de Jean Prouvé n’est pas seulement fonctionnaliste et industrielle, elle intègre une forte identité esthétique, qui affirme une puissante ligne moderniste. Cette ligne s’incarne ici sous la forme de petits hublots circulaires de verre bleu, devenu emblématique du « style Prouvé ».

La Maison Tropicale - Jean Prouvé - 1

La Maison Tropicale - Jean Prouvé - 2

La Maison Tropicale - Jean Prouvé - 3

Les deux maisons de Brazaville ont été construites côte-à-côte et sont devenu la propriété de la société Aluminium Français pendant un certain temps. Cependant, le style Prouvé tranchait singulièrement avec le « style colonial » de l’époque. Le design industriel n’était pas vraiment aux goûts conservateurs de la bureaucratie française. Les maisons furent ainsi rapidement abandonnées. En 2000, elles sont redécouvertes dans un état de délabrement avancé. Elles ont eu à subir les sévices de plus de quarante ans d’utilisation quotidienne, sous des conditions météorologiques difficiles, et une guerre civile qui a laissé le revêtement en aluminium criblé de balles. En 2001, les deux structures sont démontée pour être acheminées en France. La petite maison, après une longue période de restauration, a été exposée à la Yale University à New Haven ainsi qu’au Museum of Contemporary Art de Los Angeles. Elle fait maintenant partie de la collection du Centre Georges Pompidou à Paris. La grande maison, également soigneusement restaurée, fut exposée en 2006 sur les Champs-Elysées (sur le site même où le prototype de Niamey fut exposé en 1949) et fut offerte à la vente par Christie. Elle fut exposée pendant un temps à New York avant d’être acheminée à Londres pour être érigée à côté de la Tate Modern en tant qu’extension du musée dédiée au design. Il est évident que la facilité des cycles de démontage et de remontage montre que l’architecture de Prouvé est une architecture nomade.

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale - Jean Prouvé -

La Maison Tropicale en vidéo :


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Arnaudium 9121 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte