Magazine France

Fillon au front, Sarkozy à l’abri…

Publié le 07 novembre 2011 par Gédécé @lesechogaucho

Fillon au front, Sarkozy à l’abri…

… et les français les plus modestes en première ligne.

Voici donc enfin connu le plan de rigueur le plus rigoureux depuis 1945. Nos dirigeants reconnaissent donc officiellement que nous sommes en guerre. Et pour le faire savoir, on envoie Fillon au front, pendant que le Président préfère se défausser… en restant sagement à l’arrière pour protéger sa chère petite progéniture candidature. Lui pourtant si peu avare d’apparitions télévisuelles ces derniers temps… Laissons donc au moins ce mérite là au premier ministre : il n’est responsable de rien, étant donnée l’étonnante omniprésence de cette omni-présidence là.

 Rappelons tout de même que nous en sommes au deuxième plan d’austérité, le précédent datant de moins de trois mois… C’est dire la logique qui anime la démarche gouvernementale depuis le début de ce quinquennat, faite à la fois de rapiéçages (©Hollande), de changements d’avis en quelques mois, de tâtonnements et de revirements, sans même parler des promesses non tenues, et de celles parjurées. Le gouvernement aurait été pris de court par le ralentissement de la croissance, c’est le prétexte avancé… Mouais. Le retournement de tendance était pourtant prévisible, mais nul dans ce gouvernement ne l’aurait donc anticipé. C’est un peu gros.

 Ce nouveau train de mesures, qui risque fort de dérailler bien vite (cf.ceci), en entraînant un autre, mon regard s’est particulièrement porté sur le choix par ce gouvernement des catégories sociales qui vont devoir subir ce nouvel effort…

 Comme cela était attendu, le premier minsitre nous a donc annoncé la création d’ un taux de TVA intermédiaire à 7%, sauf pour les produits de première nécessité qui eux resteront à 5,5%. Il faudra déjà ici qu’on m’explique comment, techniquement, on va déterminer quels sont ces produits, n’étant pas certain que ces gens là soient à même de juger ce qu’est un produit de première nécessité… une concertation est-elle prévue avec les partenaires sociaux pour ce faire ? j’en doute fortement, ce plan de rigueur n’ayant été concerté avec personne…  hormis avec le Medef, semble-t-il…

Même si je suis par ailleurs soulagé qu’on ait écarté l’idée de la deuxième journée de solidarité  (solidarité, mais de qui ? Et pour qui ?) qui commençait déjà à me mettre en fureur, je ne peux donc que m’élever farouchement contre ce taux intermédiaire de TVA qui  n’épargnera en rien les classes populaires, considérant que cet impôt est le plus injuste qui soit.

Ensuite, l’impôt sur les sociétés sera majoré de 5% pour les entreprises faisant un chiffre d’affaires supérieur à 250 millions d’euros par an. Autant dire que c’est un cataplasme sur une jambe de bois, puisque nous gardons en mémoire que des sociétés aux bénéfices colossaux, comme Total ne paient pas d’impôts en France. En outre, le volume du chiffre d’affaires ne nous semble pas un indicateur pertinent, dans la mesure où il n’est pas synonyme du volume de bénéfices… C’est encore là donner l’illusion que l’on sollicite les grandes entreprises, alors que cette ponction est très limitée (combien de sociétés sont véritablement concernées ?) au regard de ce qu’apportera l’augmentation de la TVA, qui concerne elle la plus grande proportion, alors  qu’il s’agit de particuliers. Un petit pois pour les uns, un grand poids pour les autres…

Le salaire du Président et des ministres seront gelés jusqu’où retour à l’équilibre budgétaire : étant donné leur importance, voilà qui constitue un effort particulièrement significatif alors qu’on en demande bien davantage à nous autres, en termes de sacrifices…

L'Humour de Droite humourdedroiteL’Humour de Droite par desenfumage
Fillon demande le gel du salaire du Président. Après avoir été augmenté de 140% c’est plus du gel, c’est de la vaseline.

L’âge de départ à 62 ans à la retraite commencera en 2017 et non en 2018 : on peut rire, là ? Ridicule ! On se moque de qui ? Les marchés vont gober ça, et donc se voir aussitôt rassurés ? La mesure n’est plus symbolique, mais ahurissante de manque de sérieux.

Les prestations sociales en 2012 et 2013 seront revalorisées de seulement de1% et non plus sur l’inflation comme jusqu’ici : toujours cette logique de faire porter le poids de la crise sur les plus démunis d’entre nous. C’est honteux. N’aurait-on pas pu les épargner ?

Les niches fiscales seront rabotées de 2,6 milliards d’euros : à l’heure qu’il est, nous ne savons pas lesquelles, donc quel intérêt d’annoncer ceci ?

Notons tout de même, comme cela, au passage, que ce plan de 7 milliards d’euros aurait été bien différent, et serait beaucoup moins porté par la majorité des français plutôt que par les plus fortunés si le gouvernement n’avait  pas commis l’erreur funeste de changer sans cesse son fusil d’épaule. On doit se souvenir notamment que, si le bouclier fiscal a été supprimé,  l’ISF a été diminué avec un coût deux fois supérieur pour le Trésor public :  1,5 milliard d’euros… De quoi nous épargner bien des vicissitudes…

Fillon au front, Sarkozy à l’abri…


La réaction de Jean-Luc Mélenchon à ce plan d’austérité dans le 13 heures de rance 2 : http://www.dailymotion.com/video/xm6r5a_jean-luc-melenchon-au-13h-de-france-2_news

.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte