Magazine Football

Doit-on exiger d'être payé lorsqu'on travaille pour son pays ?

Publié le 14 novembre 2011 par Atango

Le match Algérie-Cameroun du 14 novembre 2011 a été annulé, parce que les joueurs camerounais ont refusé de prester à titre gracieux. Et voilà que des expressions comme "primes impayées", que l'on croyait disparues dans le sillage écumeux de l'histoire, réapparaissent.

Chacun a un commentaire à faire face à cette situation, et personne ne manquera de dire ce qu'il pense. En fait, voilà des années que l'équipe en place à la direction du football camerounais s'acharne à démontrer sa parfaite incompétence avec des épisodes de ce genre, qui nous poussent à raser les murs où que nous vivions dans le monde.

Le match était programmé depuis début septembre 2011, soit il y a deux mois. Et ce n'est qu'en revenant à leur hôtel, avec dans les bras le trophée de la LG Cup durement arraché aux Lions de l'Atlas, que Samuel Eto'o et ses camarades ont appris qu'ils devraient régaler gratis à Alger.

Evidemment, la décision de négocier un match sans prévoir de prime pour les joueurs camerounais a été avalisée par la FECAFOOT. Le Secrétaire Général de cette honorable association, Tombi à Roko, l'a confirmé avec une candeur touchante. Il faisait confiance aux joueurs pour qu'ils acceptent le deal, et il s'est mis à "négocier" avec eux lorsqu'il s'est avéré que ces jeunes gens avaient des visées contraires.

Or, au-delà de l'incompétence de la FECAFOOT, voici la question qui tue : doit-on exiger d'être payé en argent alors qu'on travaille pour son pays ?

Ceux qui connaissent l'histoire du football camerounais savent que le versement systématique de primes aux joueurs date de 1990, avec la bonne prestation des Lions Indomptables à la Coupe du Monde italienne. Jusque là, ces primes étaient occasionnelles, et très souvent payées au lance-pierre.

En réalité, plusieurs paramètres ont changé depuis vingt ans : les primes sont systématiquement payées, elles sont versées en espèces, avant le match ou la compétition, les joueurs se déplacent au frais de l'Etat ou de la FECAFOOT, la prime est un bonus franc car les joueurs conservent leurs salaires et, pour finir, cete rémunération est nette d'impôt.

Les plus jeunes seront sans doute étonnés d'apprendre qu'il fut un temps où :

* les joueurs connaissaient un manque à gagner lorsqu'ils quittaient leurs clubs ;

* les footballeurs camerounais évoluant à l'étranger payaient de leur poche leur transport, et se faisaient (parfois) rembourser ensuite ;

* à plusieurs reprises, les primes promises ont simplement été annulées (comprenez empochées par les chefs) pour des raisons abracadabrantesques. Le record dans le f... de gueule intégral étant cette fumeuse histoire de valise perdue entre Paris et New York en 1994.

hymne.jpg

      A quoi pensent-ils en chantant l'hymne national ?

Les choses ont donc bien changé, car en parallèle, les salaires des joueurs ont explosé. Samuel Eto'o gagne aujourd'hui 2000 fois le salaire que percevait Roger Milla en arrivant à Valenciennes en 1976. Parmi les Lions Indomptables évoluant hors d'Afrique, le moins bien payé perçoit chaque année en salaire l'équivalant du budget d'une ville moyenne au Cameroun.

Autant dire que ces jeunes gens, excepté ceux qui évoluent en Afrique, sont à l'abri du besoin pour quelques générations, à condition qu'ils sachent gérer leur pécule.

Pour enfoncer le coin, on pourrait même ajouter que chaque prime payée correspond à 5 ans de salaire d'un enseignant de niveau bac + 5. Ou encore que l'ensemble des frais générés par l'entretien de l'équipe nationale de football (entre primes, locations d'avion, de bus, d'hôtels, etc.) correspond à la somme nécessaire pour construire et équiper entièrement un hôpital régional.

En clair, à l'échelle d'un pays sous-développé comme le Cameroun, l'équipe nationale de football est un luxe qui paraît absurde. A cet égard, si l'argent est la seule motivation des joueurs lorsqu'ils font grève, un tel comportement est clairement choquant.

Cela dit, la question du départ reste posée : doit-on exiger d'être payé lorsqu'on travaille pour son pays ?

Rappelons d'abord que, pour un footballeur professionnel, jouer au football est un métier. Si pour le spectateur ou le téléspectateur chaque match est un spectacle divertissant (ou pas), pour les acteurs sur le terrain, il s'agit de faire le job dont ils vivent.

De ce point de vue, le joueur de football qui met son talent au service de l'équipe nationale travaille, non pour son employeur, mais pour son pays. Plusieurs comparaisons viennent à l'esprit : le soldat, le professeur, le médecin, travaillent pour leur pays, et il ne viendrait à l'idée de personne qu'ils acceptent de le faire sans rémunération.

Mais, pour ces fonctionnaires, la nation est en même temps l'employeur. Le cas du footballeur qui vient travailler pour les couleurs nationales est en réalité sans équivalent dans l'ordre des métiers classiques. Il faut donc y réfléchir avec comme seuls outils le bon sens et la morale la plus basique. Aucun autre logiciel n'existe.

C'est à ce niveau qu'on revient à la différence de statut entre les joueurs évoluant en Afrique, qui ne reçoivent qu'un salaire dérisoire dans leurs clubs, et ceux évoluant en Europe qui perçoivent des rémunérations suffisamment confortables pour que l'on considère qu'un seul match joué gratuitement ne les mettra pas sur la paille.

Alors, oui, on applaudirait ces joueurs s'ils exigeaient les primes pour leurs camarades qui n'ont pas de salaire conséquent. On peut aussi rêver à un geste collectif de leur part comme par exemple, au hasard, remettre la totalité de leur bonus à une oeuvre caritative (certains l'ont déjà fait à titre individuel).

Que ces joueurs soient récompensés (pas nécessairement en argent) quand ils livrent des prestations qui remplissent de joie tout un peuple, rien de plus normal. On peut même admettre qu'ils demandent aux autorités de tenir une promesse de prime, lorsque celle-ci a été faite.

Mais on ne peut pas comprendre qu'ils exigent d'être payés, prenant ainsi le risque de choquer la quasi totalité de leurs compatriotes, qui vivotent avec moins d'un dollar par jour, dans un pays où l'on meurt encore du choléra, où le taux de chômage réel dépasse les 30 % et où le salaire moyen est de 50 euros.

Heureusement pour eux, il y a belle lurette que toute indignation est devenue impossible, de la part d'une population complètement anesthésiée par des décennies de n'importe quoi.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Atango 2043 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines