Magazine Politique

Sarkozy remonte dans les sondages : un épiphénomène.

Publié le 14 novembre 2011 par Leunamme

Sarkozy fond sur Hollande (France soir), la remontée de Sarkozy se confirme (TF1), Sarkozy remonte la pente (Le point). Effectivement, il suffit que le président de la République remonte un peu dans les sondages pour que les médias (et particulièrement ceux de droite, mais pas seulement) ne se sentent plus et nous font croire à un retour en popularité de Nicolas Sarkozy. Il faut dire qu'une présidentielle qui serait jouée d'avance ne fait pas leurs affaires. Il leur faut créer du suspens le plus rapidement possible, celui-ci étant le garant de meilleures ventes pour eux.

Nicolas Sarkozy fait donc une remontée claire dans les sondages. Malgré tous les bémols que l'on peut mettre sur ces derniers, le fait est indéniable. Mais ce que l'on oublie de préciser, c'est d'abord que Nicolas Sarkozy reste extrêmement impopulaire, et surtout que sa remontée en ce moment est logique. Et ce pour plusieurs raisons :

1) Il était tellement bas que sauf à creuser, il ne pouvait guère descendre encore.

2) Il bénéficie d'une période très faste d'un point de vue médiatique : crise européenne, G20, on l'a vu partout.

3) A l'inverse François Hollande après les primaires est moins présent dans les médias. Encore faut-il préciser que même s'il baisse, il reste largement au-deça de ce qu'il était deux mois avant les primaires. Pourtant à écouter ou lire certains journalistes, on a l'impression d'une dégringolade et d'une panique dans le camp socialiste.

 Compte tenu des 3 élèments précédents, le mouvement dans les sondages est logique, mais il ne devrait pas perdurer. Là aussi pour plusieurs raisons :

1) Beaucoup plus que sa politique, c'est la personnalité même de Nicolas Sarkozy que les Français rejettent. Et sur ce point là, il faudra plus qu'un G20.

2) Après la parade du G20, les semaines qui suivent vont être primordiales pour Nicolas Sarkozy, puisqu'il s'agira de démontrer que le plan qu'il a mis en place avec Mme Merkel tient la route. Or, la quasi totalité des économistes et des commentateurs politiques en doute. De même, le risque est grand que la France ne perde son triple A, ce qui pour la campagne de Nicolas Sarkozy serait une catastrophe.

3) Pour l'instant la campagne n'a pas démarrée, notamment celle du candidat socialiste. A partir de janvier, ce ne sera plus le cas, et Nicolas Sarkozy, qui sera alors officiellement candidat devra défendre son bilan. Et comme il est indéfendable...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Leunamme 1306 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines