Magazine France

Il s’agit bien de capitalisme et de lutte des classes.

Publié le 14 novembre 2011 par Marx


   Ils doivent se rendre à l’évidence, le système actuel, c’est bien le capitalisme. Il s’agit bien de capitalisme et de lutte des classes avec la grande bourgeoisie à l’offensive . Les plans de rigueur et l’austérité pour les salariés représentent une véritable agression afin tout simplement d’alimenter les profits. C’est le cadre pourtant combien de fois décrié de la recherche du profit maximum. Il n’y a rien de neuf depuis le 19ième siècle, rien de nouveau qui n’ait été expliqué et répété. Pourtant nombreux sont ceux et n’en déplaise aux « modernistes » de tous poils, qui depuis plus d’un siècle, nous rabâchent  que le socialisme est dépassé et que Marx est une vieille lune. Les faits donnent raison à Paul Lafargue dans sa controverse avec Jaurès, à propos de « l’idéalisme dans l’histoire ». Il ne suffit pas  qu’il y ait dans le peuple une volonté de justice et de liberté pour qu’elles avancent naturellement. Le capitalisme suit ses cycles de mutations jusqu’à l’impérialisme, dont la phase actuelle  de mondialisation en est l’illustration . Bien que le gendre de Karl Marx n’ait pas tout à fait pris la mesure de ce que signifiait réellement « l’idéalisme dans l’histoire » et le contenu réel développé par Jaurès. On peut par ailleurs en débattre sans pour autant opposer matérialisme historique et l’idéalisme du dirigeant socialiste, puisqu’il ne s’agit en aucun cas de l’idéalisme philosophique en opposition au matérialisme dialectique. Cette controverse a longtemps été utilisée à charge contre Marx, par la social démocratie et notamment par les « révisionnistes ». Surtout sans en connaître le contenu car la lutte des classes, le Parti du prolétariat et la marche vers le socialisme par la lutte et la destruction du capitalisme , c’est aussi Jaurès.
   La bourgeoisie a réussie un temps à opposer un socialiste à un autre socialiste, le tout repris par des socialistes qui s’opposèrent, pour le plus grand plaisir de la classe dominante après avoir instrumentalisé un débat qui n’était pas le sien. Après les néos des années trente, c’est à la deuxième gauche d’expliquer à partir des années cinquante, la fin du marxisme, puisque ramené au rang d’un visionnaire qui se serait trompé, notamment sur la question de la crise. « Marx s’est trompé, le capitalisme ne peut plus être en crise, on a jamais autant fabriqué de produits manufacturés, la progression des salaires est constante, donc du niveau de vie. La paupérisation est une vision dépassée, on manque même de main d’œuvre, etc..etc.. » Ces analyses faisaient la Une d’Esprit. Le capitalisme était un système qu’il suffisait d’aménager et le sacro saint marché se régulait naturellement . On a eu droit dans les années soixante dix et quatre vingt , au doigt invisible,le parler vrai, et toutes les sornettes du genre « horizon indépassable ». Qu’en reste t il de ces brillantes analyses qui faisaient saliver la bourgeoisie et monter au pinacle ses auteurs dont l’inénarrable  Michel Rocard. Ce néo moderniste qui se prétendait également néo léniniste avant de devenir néo socialiste pour finir gentil « toutou » de luxe de la bourgeoisie et néo réactionnaire.  Ils ont permis la victoire idéologique momentané de la classe dominante, ils en ont été le fer de lance au sein même de la gauche.
   Une fois le nouveau rapport de force établi , la bourgeoisie fait jouer au système pleinement son rôle. Le recherche immédiate  du profit maximum  libéré des contraintes sociales héritées du CNR provoque un emballement. Il n’y a plus de retenue et la démocratie même bourgeoise vole en éclats. Le capitalisme n’a plus besoin de personnel politique, comme en Grèce et en Italie, ses représentants direct prennent le pouvoir sans passer par la case élections.  Finance et politique , c’est le coup d’Etat permanent. Ils reconnaissent eux , que la lutte des classes existe bien et qu’ils mènent une véritable guerre sociale, au cas ou la gauche l’eut oublié, et qu’ils sont en train de la gagner. Ils sont sans complexe et du coup le complexe est à gauche, il a changé de camp. D’ailleurs on se demande bien pourquoi le mouvement social et notamment le mouvement syndical fait encore référence à la « Charte d’Amiens » du moment qu’ils n’en respectent pas les principes puisqu’ils ne sont pas ou plus l’instrument révolutionnaire du prolétariat . Les événements peuvent toujours conduire à des surprises agréables ,certes mais pour le moment les réactions ne sont pas à la dimension de l’agression.
   En face le PS qui est encore l’organisation  la plus puissante, oppose son inertie politique et idéologique, tant il veut être à la mode, sans brusquer, sans affrontement, sans idéologie empêtré dans sa « culture de gouvernement », sans rien changer. Il attend son tour dans l’alternance naturelle , avec ses techniques de comptable à défaut de remettre en cause le capitalisme. Un ventre mou qui ne veut déranger personne, un attrape tout du mécontentement, du centre droit à la gauche du vote utile mais toujours en restant dans le cadre du système capitaliste’ « mieux géré ». François Hollande affirme qu’il faudra faire des efforts et le peuple sait ce que cela signifie mais justement répartis dit il, Sarkozy prétend lui aussi la même chose. Si ce n’était pas le cas pourquoi n’affirme t il pas que les efforts devront être fournis par ceux qui sont responsables de la situation . Pour quoi ne pas dire que les milieux financiers devront payer, pour ne pas affoler les marchés ? C’est donc bien le capital qui dirige et qui mène son offensive de classe et le peuple devra payer afin d’alimenter les profits , par l’impôt  le travail et le manque de salaire et payer leur dette. Cette dette qui n’est qu’un prétexte à faire payer, à faire travailler plus pour gagner moins et engraisser les plus gavés et toujours plus accumuler. L’accumulation du capital, autre argument défoncé depuis des décennies par les modernistes, qui d’ailleurs ne cesse de grossir au point que les richesses accumulées n’ont jamais été aussi importantes de toute l’histoire de l’humanité.  Il n’y a plus d’argent disent ils, du moins pas là où il faudrait puisqu’ils ont tout pillé. Un jour , il faudra bien régler les comptes et la violence des humbles n’aura d’égal que celle ont subie. La bourgeoisie a certes gagné cette bataille mais la guerre qu’ils ont allumé, ce n’est pas la fin de l’histoire, juste un épisode.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marx 5157 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte