Magazine High tech

Edito du 15 novembre 2011 : Il est beau, il est frais

Publié le 15 novembre 2011 par Meidievil @gamerslive

Edito du 15 novembre 2011 : Il est beau, il est fraisNous autres journalistes sommes habitués aux interminables litanies des communiqués de presse et à l’emphatique gloriole qui nous est systématiquement infligée. Évidemment, c’est le jeu, on entre là dans le cœur du marketing, là où il semble légitime, à tout le moins cohérent, de vanter les mérites – même juste supposés – du produit qu’on veut vendre. C’est un peu la tactique du vendeur d’aspirateur en porte-à-porte, avec sa technique de démarchage universelle qui, même si elle n’aboutit pas à tous les coups, limite le besoin d’imagination. Un communiqué pour l’ensemble de la presse et advienne que pourra. Or, et c’est notre devoir, ce morceau d’informations va passer à la moulinette de nos subjectivités et de nos savoirs érudits pour muter en quelque chose de plus comestible. Peut-être même drôle. Imaginez un peu !

Rien pourtant ne nous aura été épargné. Ni la longue liste d’adjectifs exaltés ni la pléthore de phrases auto-satisfaites. Ni le sourire ravi ni le côté présenté messianique de l’objet vendu. Oui, mais bon, il faut les bazarder ces aspirateurs jeux vidéo. Après tout, il y a des gens derrière ; des gens qui ont faim, comme nous, des gens qui ont besoin d’amour (et par Crom ! ça coûte cher l’amour), des gens qui ont besoin de liquidités pour leurs sorties bimensuelles au casino de Trouville ou à la biennale des philatélistes d’Autry-le-Famenne. On l’oublie trop souvent, même s’il existe quelques nantis, des nababs de la profession, du gabarit de John Romero, Sid Meier ou Miyamoto – dont vous retrouverez aisément la trace sur Wikipedia -, on nage hélas tous dans cette même forfanterie qui nous pousse à la lutte, aujourd’hui, demain (et toujours ?).

Alors évidemment, m’objecteront quelques proches, la compétition c’est le terreau de notre prospérité. Et on grimpe, on grimpe. De Wolfenstein 3D à Rage (notez, dans le cas improbable où vous ne le sauriez pas, que id software est/était aux commandes sur les deux projets), de Kick off le vénérable de 1989 à PES 2012 le blockbuster photo-réaliste, des lignes de commande DOS aux écrans tactiles sous iOS. Et continue malgré tout le manège, dont nous ne sommes plus dupes, du grand maquillage pour un 1er soir, celui de la rencontre, sorte de speed dating en cinq minutes grand maximum de lecture, celui où on va se chercher, se découvrir, en apprendre plus et voire si l’on acceptera de se jeter dans l’aventure. Une nuit si c’est peu onéreux ou, et ici guère d’élus, pour la vie. C’est le distinguo qui nous apparaît entre une petite jouissance sans lendemain à la Angry Birds et le bonheur éternel que nous lègue Civilization IV, accompagné de sa cohorte de fans enragés et de sa liste sans fin de mods.

Il reste néanmoins assez évident qu’on veut nous charmer, nous tromper et nous pousser au vice, à faire un papier, le plus élogieux et le plus long possible, sur les jeux mis en scène dans ces communiqués. Heureusement, la décision nous appartient de dire du bien, du mal ou carrément rien de ces différentes productions. Et à la vérité, mais ça relève de l’utopie stakhanoviste, on aimerait beaucoup vous faire part de tout ce qui sort ; sur Terre ou ailleurs, pour votre plaisir et pour le nôtre. C’est juste impossible.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Meidievil 2727 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog