Magazine Photos

Le prochain CINE-CLUB de L'ATELIER, à Maurice.

Par Ananda

Cine--Club de l’Atelier

Le 23 Novembre 2011

à 18h00

WERNER HERGOZ,

FITZCARRALDO

…suivi d’un dialogue, avec la participation spéciale de Paul Olsen d’Opéra Mauritius

Encadré par Natalia Vadamootoo

A travers nos préférences cinématographiques et notre perception d’un film, c’est

notre personnalité qui se révèle.

Nous aimerions donc vous inviter à partager vos réactions et à écouter celles des

autres après le visionnage du film.

Que suscite le film en chacun de nous, que révèle--‐t--‐il sur le monde qui nous entoure et sur l’esthétique cinématographique de son réalisateur ?

Ce film a--‐t--‐il modifié votre perception, votre opinion ?

A--‐t--‐il remis en question vos certitudes ?

Ou plus simplement, ce film a--‐t--‐il remué des émotions, révélé de nouveaux

sentiments ?

Le Café de l’Atelier sera ouvert et proposera des boissons chaudes ou fraiches à

ceux qui désirent prolonger le plaisir en partageant leur goût pour le cinéma et leur

regard sur le film visionné.

ENTREE LIBRE

Le film :

Fitzcarraldo

(Source : allociné.com)

Brian Sweeney Fritzgerald dit Fitzcarraldo débarque à Manaus en compagnie de son amie Molly pour y entendre chanter le grand Caruso.

Il a un rêve complètement fou : construire à Iquitos, au cœur de la forêt amazonienne, un opéra que viendraient inaugurer Caruso lui-­‐même et la tragédienne Sarah Bernhardt.

Mais il a du mal à trouver des mécènes.

Seul un riche exploitant accepte de lui céder un vieux bateau : avec un équipage de fortune, il part rejoindre Iquitos, au cœur d’un territoire peuplé uniquement d’indiens.

Une folle odyssée s’engage.

Le réalisateur :

Werner Herzog

(Source : allociné.fr)

Werner Herzog grandit dans un village de Bavière où il n'y a aucun cinéma et ne possède ni télévision ni téléphone.

Après des études d'histoire et de littérature, il décide de travailler de nuit comme soudeur pour financer son premier court métrage, Herakles, qu'il réalise à l'âge de 19 ans.

Pour garder son indépendance, Werner Herzog s'efforce de produire lui-­‐même ses films.

Il réalise en 1968 son premier long métrage, Signes de vie qui obtient un Prix spécial au Festival de Berlin.

En 1976, son travail est reconnu internationalement grâce à Aguirre, la colère de Dieu (réalisé en 1972), Prix du syndicat de la critique française et nommé au César du meilleur film étranger.

Il devient l'un des chefs de file du cinéma allemand avec Volker Schlöndorff, Reinhard Hauff ou encore Rainer Werner Fassbinder.

Avec Aguirre, la colère de Dieu, le cinéaste a connu bien des péripéties.

Pour satisfaire son perfectionnisme, l'équipe du film a pris d'énormes risques au Pérou dans des rapides très dangereux.

Le tournage de ce film d'aventure a également été marqué par les relations très tendues entre le réalisateur et le comédien Klaus Kinski que Werner Herzog a notamment qualifié d'"hystérique".

Mais le cinéaste fait à nouveau tourner l'acteur dans Woyzeck, présenté au Festival de Cannes où il avait remporté en 1975 le Grand prix spécial du jury pour L'Enigme de Kaspar Hauser, ou encore dans Nosferatu fantome de la nuit avec Isabelle Adjani.

Avec ce remake du Nosferatu de Murnau, il se pose en héritier du réalisateur.

Entre-­‐temps, le cinéaste allemand aura réalisé quelques films sans son acteur fétiche, notamment Cœur de verre (1976) qui se déroule dans un village de la Bavière au XVIIIème siècle et La Ballade de Bruno (id.), drame social sur le parcours de jeunes allemands en situation précaire.

Après avoir tourné à plusieurs reprises en Afrique à la fin des années 60 (Fata Morgana), il continue de réaliser des films à l'étranger comme Fitzcarraldo (tourné au Pérou en 1982), Le Pays où rêvent les fourmis vertes (tourné en Australie en 1984 ) ou avec Cobra Verde (tourné en Colombie et au Ghana en 1988).

Dans les années 90, il réalise plusieurs documentaires dont Ennemis intimes, portrait de son comédien fétiche Klaus Kinski avec qui il entretenait une relation d'attraction-­‐répulsion sur les tournages.

En 2000, il réalise Invincible, un drame qui se joue dans un cabaret berlinois durant le IIIème Reich, qui sera présenté au Festival de Venise en 2001.

Il continuera ensuite sa carrière de documentariste en réalisant en 2003 Wheel of Time sur le Dalaï Lama puis The white diamond sur un ingénieur qui crée un ballon dirigeable pour survoler les forêts de Guyane.

L'année suivante, il interprète le cinéaste déchu de Incident au Loch Ness sur son projet de documentaire traitant du mystère qui entoure le fameux lac écossais.

Il exprimera sa passion pour les grands espaces une nouvelle fois avec son film Grizzly man, documentaire sur la vie du documentariste Timothy Treadwell qui vécut treize étés dans un Parc d'Alaska avec des Grizzlys.

Il retourne au long-­‐métrage en 2006 avec le film de guerre Rescue Dawn qui sort (injustement) directement en DVD en France.

En décembre 2008, le Centre Pompidou lui rend hommage à travers une grande rétrospective de ses films où il présente son dernier documentaire Encounters at the End of the World, inédit en France.

Il en profite la même année pour tourner deux films qu'il présente au festival de Venise en 2009.

Tout d'abord Bad Lieutenant : escale à La Nouvelle Orléans, un remake du film d'Abel Ferrara et dans lequel Nicolas Cage joue le rôle titre ; puis L’œil d’un tueur avec Michael Shannon et Willem Dafoe où un comédien de théâtre commet les mêmes crimes que le personnage qu'il interprète sur scène.

En 2011, Herzog renoue avec le documentaire et tourne La Grotte des rêves perdus, qui porte sur la découverte de très vieilles cavernes naturelles contenant des peintures réalisées par les hommes de Neandertal.

Fiche technique

Fizcarraldo

Réalisation : Werner Herzog

Scénario : Werner Herzog

Production : Werner Herzog

Filmproduktion et Pro-­‐ject : Filmproduktion (Munich), Wildlife-­‐Films (Pérou)

Producteurs : Werner Herzog et Lucki Stipetic

Distribution : Distribution Gaumont

Décors : Henning Von Gierke et Ulrich Bergfelder

Photographie : Thomas Mauch

Costumes : Gisela Storch

Musique : Popol Vuh avec les enregistrements

Originaux de Enrico Caruso d’extraits de Vincenzo

Bellini (I Puritani), de Giacomo Puccini (La Bohème) et Giuseppe Verdi (Rigoletto et Ernani)

Genre : Aventure

Format : 1.85

Durée : 157 minutes

Sortie : 1982

L'Atelier Littéraire Ltée
12 rue Saint Louis
Port-Louis, Ile Maurice
Tél/Fax : + (230) 208 29 15
Courriel : latelierlitteraire@intnet.mu
Facebook : l'Atelier Littéraire


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ananda 2760 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines