Magazine Beauté

Tupperware : grossièreté et intimidation

Publié le 22 novembre 2011 par Tellequelle
Tupperware : grossièreté et intimidation
J'étais ce samedi 19 novembre à une réunion à Antibes chez une jeune fille de 21 ans récemment installée dans son joli deux pièces.
En guise de préambule la démonstratrice commence par lui dire que "ta cuisine, ça va du tout, qu'est-ce qu'elle est petite ! Non vraiment ça ne va pas nous resterons dans le salon…" Sympa pour la jeune fille, cette réflexion !Et pardon de ne pas avoir 100 m2. 5 minutes plus tard, nouvel encouragement : "comment tu n'as pas de micro-ondes ? Mais c'est pas possible, ça ! Comment on va faire fondre le beurre ? " Bon, ben moi je le mets sur un gaz, ça marche aussi bien et ça évite une nouvelle réflexion désobligeante.
La réunion se passe bien, ambiance détendue, plaisanteries, trop sans doute. Parce que quand je demande "conbien d'œufs dans la pâte" je m'entends dire : "je viens de le dire, si vous écoutiez" ! Oupss ! Je croyais encore à la convivialité des réunions entre amies, mais non, là, c'est on se tait et on écoute la dame. Et re belotte quand je traîne un peu dans la si petite cuisine pour regarder cuire les gâteaux (excellents au demeurant) elle me lance, sur un ton qui en dit long en sortant de ladite cuisine (de peur que je ne la suive pas ?) "si ça vous intéresse, vous pouvez me suivre". Mais bien sûr que ça m'intéresse, je ne suis même venue que pour ça !
Mais là où les choses se sont gâtées (et le meilleur sera encore à venir) c'est lorsque nous ne furent que 2 à commander ! Les deux jeunes amis de la maîtresse de maison, étudiantes, se sont abstenues. OK, 160 euros de commande ça ne paye pas deux heures et demi de présence mais j'imagine que ce sont les risques du métier, non ? On ne les y prépare pas chez Tupperware ? La démonstratrice a donc entrepris de pousser les ventes et en dernier recours de sommer les deux jeunes de s'engager à une réunion : "Vous qui n'avaient rien commandé, engagez-vous au moins pour une réunion ! " " Vous êtes jeunes, il n'est pas possible que vous ne connaissiez personne, vous avez forcement des copines, des mères, des tantes", "mais si vous êtes en studio, faites-le chez quelqu'un d'autre"…et cela pendant bien 10 minutes sans reprendre son souffle et pas particulièrement en souriant. Mais voilà une des deux jeunes filles prises pour cibles a mal supporté la pression et a répondu "vous m'avez vaccinée pour les réunions Tupperware, je n'ai jamais vu une telle pression pour vendre, ce que vous faites n'est pas professionnel…."La démonstratrice répond, le ton monte : altercation. Et elle s'en va très fâchée. La gêne a été immense pour tout le monde, mais bon, je suis contente, j'aurais mon moule à charlotte, mon triple moule à chausson (qui n'est pas à la vente, mais la démonstratrice me vend un cadeau à elle !), mon saladier à faire cuire le riz, le rouleau à pâtisserie et mes petits livres.
Hé bien non, l'histoire n'est pas finie !
Le lendemain DIMANCHE sans prévenir et SANS S'ANNONCER, ni au portail de la résidence, ni au parlophone, la démonstratrice est revenue avec sa supérieure. La jeune fille prise au dépourvu et impressionnée a commis l'erreur de les faire entrer. Pendant ½ heure, elles ont tout tenté pour lui faire faire une commande complémentaire. N'y parvenant pas, elles ont alors usé d'intimidation pour se faire restituer les cadeaux Tupperware qu'elle avait reçus pour l'organisation de la réunion chez elle lui disant qu'elles annulaient la réunion !
Est-ce dans les conditions générales de vente de Tupperware (y compris de débarquer à deux, le dimanche, pour faire pression sur une jeune femme de 21 ans) ?
Parmi les cadeaux il y avait un paquet de biscuits secs d'une marque connue. Tenez-vous bien, après lui avoir fait ouvrir les placards pour prendre le moule chocolat et la boite dite chocolat : elles ont poussé la grossièreté jusqu'à aller sur le canapé récupérer aussi ce paquet de biscuit…entamé !
Et pour couronner le tout, elles ont annulé les commandes. "La petite" m'a téléphoné penaude et désolée, très choquée d'avoir été ainsi "agressée" dans son intimité.
Carton rouge à Tupperware. On est très loin du plaisir et de la convivialité d'antan. Aujourd'hui c'est agressivité, non respect de la vie privée et intimidation.   Tupperware : grossièreté et intimidation


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tellequelle 151 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte