Magazine Autres sports

Le Tailgate Party du Thanksgiving

Publié le 24 novembre 2011 par Sixverges
Le Tailgate Party du ThanksgivingGros jeudi au sud de la frontière, alors que la fête du Thanksgiving bat son plein. Journée familiale par excellence, cette célébration est la plus grosse de l’année chez l’Oncle Sam, devançant même Noël. Sauf qu’ici comme là-bas, les sujets de conversations s’épuisent rapidement avec les matantes inintéressantes. C’est là que le football arrive à la rescousse!
America’s Team on America’s Holiday!
C’est en 1966 que les Cowboys ont évolué pour la première fois lors du jour de la dinde. Ils avaient alors reçu la visite des Browns, victoire du Dallas 26-14. L’organisation des Cowboys avait reçu l’Assurance que si le match du Thanksgiving était un succès populaire, la partie leur reviendrait annuellement. À l’époque, les matches avaient tous lieu le dimanche après-midi et tout changement à l’horaire était hasardeux. La rencontre est évidemment devenue une tradition texane et a contribué à faire des Cowboys America’s Team au course des années 70. Les familles américaines pouvaient ainsi se réunir pour tripper sur les Boys et leurs célèbres cheerleaders.
 
Cette mystique a en partie été créée par une rencontre épique en 1974. Les Boys affrontaient leurs grands rivaux de Washington et ceux-ci ont sorti le QB vedette Roger Staubach du match alors qu’ils menaient 16-3. C’est alors que le quart recrue Clint Longley fit son entrée dans le match et réussit une remontée spectaculaire avec deux touchés sur des bombes en fin de match. Victoire de Dallas 24-23 et naissance de la légende de Longley. Cette légende dura le temps d’une chanson car en 77, le jeune homme jouait déjà pour les Argonauts.
Gros thanksgiving dans tous les sens du mot en 1989, alors que la rivalité entre les Eagles et les Cowboys atteignit des sommets avec le Bounty Bowl, ce match où Jimmy Johnson accusa son acolyte des Aigles d’avoir mis une prime sur la tête de son botteur et du quart-arrière Troy Aikman. Philadelphie remporta facilement la partie et Reggie White fut le premier à goûter à une cuisse de dinde offerte au joueur du match par l’analyste format géant John Madden. La tradition tient toujours.
 
Autre moment mémorable impliquant un quart-arrière backup en 1994 alors qu’un certain Jason Garrett, QB #3 de l’équipe, est appelé à faire face aux Packers et à Brett Favre. Résultat : 311 v et 2 TD pour Garrett dans une victoire de 42-31 du Dallas. Ça demeure la meilleure performance d’un roux dans l’histoire du Thanksgiving, on espère qu’Andy Dalton aura bientôt l’occasion de faire mieux.
 
Évidemment, le moment le plus marquant dans l’histoire du Thanksgiving à Dallas est survenu en 1993. Pick l’a déjà relaté avec amour il y a trois ans, on vous invite à découvrir ou redécouvrir ce beau Souvenir de Thanksgiving
Pourquoi eux ?
Année après années, c’est LA question. Qu’est-ce qu’ils font là eux autres? Je parle bien sûr des Lions. C’est l’histoire qui veut cela. En 1934, le propriétaire G.A Richards déménage son club dans la ville de l’automobile et présente une partie à domicile lors de la fête de la dinde. Le but avoué est de profiter du congé pour remplir le stade. A cette époque, plusieurs parties sont présentées lors de cette journée, mais les Lions sont les seuls à en faire une tradition annuelle. Après une pause dictée par la 2e guerre mondiale, le football et l’action de grâces américaine furent de nouveau associés en 1945, mais cette fois avec un seul match au programme, soit celui des Lions. Lorsque la télévision entra dans la danse une dizaine d’années plus tard, c’était donc naturel de montrer les Lions en action.
Par contre, Détroit est venu bien proche de perdre son droit acquis dans les années 2000. Les autres propriétaires rechignaient à l’idée de laisser l’exclusivité de la journée devenue une importante vache à lait aux seules organisations de Dallas et Détroit. La médiocrité des Lions en firent des cibles parfaites pour les patrons des autres équipes. En 2008, les bleus poudres atteignirent le fond du baril avec une saison sans victoire et un changement à la tradition fut sérieusement discuté chez les gouverneurs du circuit. Roger Goodell confirma la présence des Lions à la classique 2009 sans s’engager davantage. Finalement, la tradition a conservé ses droits et personne ne s’en plaindra à compter de midi trente avec la visite des Packers au Ford Field.
La victoire, et surtout la performance de l’attaque des félins dimanche dernier permet de maintenir intact l’intérêt de ce duel intra-division qui s’annonce très offensif. Provoquant nombre de revirements, la défensive des champions du Super Bowl est cependant très permissive et Matthew Stafford pourrait se payer un festin à leurs dépends. La performance de Kevin Smith contre les Panthers forcera le Pack à respecter la course. De l’autre côté, suffit de mentionner le nom d’Aaron Rodgers pour expliquer pourquoi la tertiaire de Jim Schwartz perd le sommeil depuis lundi. Bref, si vous avez des joueurs d’une des 2 équipes dans votre pool, faites-les jouer, tout le monde risque de ressortir de ce match-là avec son touché!
S’il s’agit certainement du meilleur match impliquant les Lions depuis longtemps, l’équipe de la ville de l’automobile revendique quand même sa part de bons souvenirs lors de cette classique, beaucoup de ceux-ci survenant contre les Packers. Il faut dire que Détroit et Green Bay se sont affrontés à 19 reprises lors de l’action de grâces. Deux de ces duels résonnent particulièrement aujourd’hui. D’abord, en 1962 la victoire de 10-0 mit un frein aux espoirs de saison parfaite du Pack et constitua la seule défaite des verts et jaune cette année-là. Puis, en 1986, Green Bay l’emporta 44-40 dans la rencontre la plus offensive de l’histoire de cette journée, un record qui pourrait bien être relégué aux oubliettes cet après-midi!
Cependant, la partie la plus controversée disputée à Détroit l’a été en 1998 alors que l’affrontement contre les Steelers se rendit en prolongation. Sur le tirage au sort, Jerome Bettis fit l’appel pour Pittsburgh. Sauf que l’arbitre confond le pile et le face et donne le ballon aux Lions plutôt qu’aux Steelers qui avaient gagné le tirage. Détroit inscrit le placement, gagne le match, et depuis ce fiasco, l’appel est fait avant que la pièce soit dans les airs et au moins 2 arbitres sont présents au moment du tirage.
L’aspect télévisiuel
Un des aspects intéressants des matches du Thanksgiving vient du fait que les deux équipes titulaires jouent dans la NFC. Comme les deux réseaux principaux (Fox pour la NFC et CBS pour l’AFC) veulent avoir un match, une des deux formations locales doit affronter un adversaire de l’AFC. Le problème est que chaque équipe ne reçoit annuellement que deux clubs de l’autre conférence. Cette saison, c’était au tour des Boys d’avoir le match inter-conférence, la NFL avait donc deux options : les Bills et les Dolphins. L’an prochain les Lions auront les honneurs, ils recevront soit les Texans ou les Colts. Vous pouvez gager une petit 2$ sur une première apparition du Houston au Thanksgiving. C’est ça qui est ça.
 
Le match « all-NFC » offre plus de liberté et donne la possibilité de programmer des matches intra-division qui ont le don d’être pas pire malgré la fiche des participants. Un Cowboys-Redskins, c’est pas mal toujours le fun. Ça n’a pas empêché la présence de tristes matches comme Cowboys 34-Seahawks 9 (2008), Cowboys 38-Bucs 10 (2006) et l’immortel Cowboys 21-Bears 7 (2004). Lors de ce dernier match, on avait eu droit à Drew Henson, Chad Hutchinson et Craig Krenzel comme quart-arrières, so many memories.
 
Vous remarquerez que je n’ai même pas parlé des fois où les Lions nous ont offert un triste spectacle, la chronique aurait été trop longue.
Depuis quelques années, le NFL Network s’assure que les familles n’aient pas trop à se parler entre elles en ajoutant une 3e partie en soirée. N’ayant aucune contrainte, ils programment souvent le match le plus intéressant de la journée, ce qui nuit un peu à la mystique des deux rendez-vous d’après-midi. Par contre, pour la majorité d’entre nous au Québec qui travaillions présentement, c’est le seul match accessible. Cette année encore, la NFL a frappé dans le mille avec le Harbaugh Bowl. Qui sait, peut être est-ce même un preview du Super Bowl?
Bon football à ceux qui auront la chance de regarder tout cela. Vous aurez accès à toute notre programmation du Thanksgiving drette ici. Pick aura un résumé du match Packers-Lions en après-midi!
-ARTICLE ÉCRIT PAR JR ET NICK T.-

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sixverges 1945 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines