Magazine High tech

Test de Sequence (PC) (XBOX 360)

Publié le 28 novembre 2011 par Meidievil @gamerslive

Test de Sequence (PC) (XBOX 360)Sequence est le premier jeu des gens de chez Iridium et, sans vouloir vous gâcher le suspense, c’est une belle réussite. De celles qu’on n’attend pas, sortie du trou du cul de nulle part, en particulier au milieu d’un cheptel PC pléthorique et malgré le regain récent de la production indé. En guise de mise en jambe, vous voilà coincé dans un bâtiment aux allures gothiques, on vous a raflé votre larfeuille et une voix off se met à vous causer pour vous expliquer un peu de quoi il retourne. Elle vous poursuivra jusqu’aux limites de l’aventure et, pour peu que vous ayez quelques rudiments d’anglais, vous fera rire jaune et noir. Pour envelopper le poupon, en sus d’un doublage très réussi, une ambiance musicale mystique vous accueille dans le jeu.

Foire aux Questions : Quoi t’est-ce ?

Sequence est un rythm game mâtiné de RPG aux allures japonisantes, y compris et surtout dans le graphisme. Or, je ne sais que trop bien, foi de vieux gamer, que vous fûtes désormais rompus à toutes les formes de mutations, que plus rien ne vous effrayât, que vous eûtes tout vu, y compris des verbes conjugués au passé antérieur. Néanmoins, ici la bonne idée côtoie une réalisation juste parfaite. Et c’est donc avec grand plaisir que j’ai arpenté, la joie au cœur, les cinq premiers niveaux de ce jeu qui en compte sept. Au-delà, le challenge devient juste trop hardcore pour ma petite personne. Ou alors au plus faible niveau de difficulté. Ça en ravira peut-être quelques-uns … Bref, en matière de rythme, il s’agira, de façon très convenu, d’appuyer sur le bon bouton au bon moment (sorte de QTE sans fin) en utilisant conjointement – bonne idée – les boutons colorés de votre pad 360 et la croix directionnelle. Très pratique quand il s’agit d’appuyer sur deux touches en même temps.

Test de Sequence (PC) (XBOX 360)La géniale idée

La grande idée du jeu, c’est de nous proposer un triple rythm game. L’explication ne sera pas de trop. Alors, je vous explique, c’est mon métier, c’est mon devoir, c’est ma joie. En jeu, vous aurez à gérer trois écrans, chacun ayant ses propres vagues de flèches, pour réussir. Vous switcherez avec les gâchettes LB et RB. L’écran principal est nommé defense field. Sur celui-ci, si vous ratez une flèche vous perdez des points de vie. Ces flèches peuvent être de différentes couleurs plus ou moins meurtrissantes. L’objectif étant d’éliminer des créatures au niveau évidemment croissant, vous devrez lancer des sorts de plus en plus puissants. Pour vous guérir ou pour blesser votre adversaire. A ce titre, le premier étage est relativement simple. En plus de votre niveau de vie, il faudra constamment jeter un œil (et ne pas oublier de le ramasser) à votre niveau de mana, comme dans tout bon RPG. Icelui augmente en jouant sur le mana field, qui reprend le principe du defense field sans vous pénaliser si vous ratez votre coup. Quand votre niveau de mana le permet, vous balancez un sort, de préférence entre chaque vague dans le defense field. Pour que ce sort ait de l’avenir, vous devrez passer sur le spell field et, à nouveau, réussir une combinaison de touche, plus ou moins difficile suivant le sort, en rythme. Voilà pour le principe. Vous avez souffert ?

Test de Sequence (PC) (XBOX 360)En sécurité

Après chaque combat, fort de quelques points d’XP (suivant votre degré de précision), vous revenez dans la safe room pour zieuter vos stats ou crafter potions et scroll. Pour l’occasion, et l’opération se réitère à chaque montée de niveau, vous aurez entre les mains une série de recettes délivrées par Naia, la plantureuse voix off [Nd de tatie Hermione : ]. Certains matériaux, 12 minutes à 220° dans la majorité des cas, seront nécessaires pour les réussir. Ainsi de la clé qui mène à l’étage supérieur ou des nouveaux sorts. Pour acquérir charmes et maléfices, il vous sera demandé de mener à bien, en plus d’un délestage de quelques points d’XP, un petit challenge qui parfois piquera un peu votre amour-propre. Parmi ceux-ci, terminer avec une précision de 87 % ou faire un combo sans fautes de 40 flèches. Pas forcément la routine. Vous disposez aussi de 3 slots pour mettre arme, armure ou accessoire. Ce qui se traduit par des modifications de vos stats (HP, mana, offense, defense), comme – je me répète – dans tout bon RPG.

Craft for war, farm for XP, loot for raw

Chaque étage comprend trois monstres qui vous donneront chacun des objets ou du matériau. En parallèle du crafting, dont vous avez l’habitude, une option désynthétiser vous permettra de gagner quelques précieux points d’XP. Vous n’échapperez pas au syndrome du farming, qui vous poussera à combattre encore et encore des minions qui se plaisent à respawner à l’infini, pour atteindre un lvl plus adéquate à l’éviscération (entre les lignes) du gros bill qui vous barre la route. De même, pour confectionner vos armes, armures, sorts, looter vous devrez, sans toutefois, et heureusement, atteindre le niveau de répétitivité d’un Last Remnant. Chaque étage se termine sur un boss et chaque boss possède son pouvoir. Pour la peine, je n’en dirais rien. Ce sera comme un Kinder surprise.

Conclusion 8/10

Quelques rares ralentissements ne parviennent pas à gâcher l’aventure, Sequence est une bonne idée appuyée par une réalisation impeccable. Malgré tout, on regrettera une musique pas toujours pertinente, ce qui parviendrait presque à salir le voyage … mais n’y arrive pas. Par ailleurs, il ne sera pas possible d’apprendre par cœur les niveaux, le côté aléatoire – et bienvenu – l’en empêchant. On prendra note aussi d’une vraie progression, qui va crescendo au fil d’un jeu enrichi de quatre niveaux de difficulté dont les deux plus élevés pourraient juste vous filer la haine. Sans doute ai-je omis quelques autres subtilités mais, vous l’aurez compris, Sequence est un must-have. Tout ça pour 4 € sur Steam. Sur Xbox Live Indie Game aussi apparemment. Royal.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Meidievil 2727 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte