Magazine

Le Louvre de J-M G. Le Clezio, exposition

Publié le 29 novembre 2011 par Mpbernet

générauxLouvre 020Après Toni Morrison, Anselm Kiefer, Pierre Boulez, Umberto Eco et Patrice Chéreau, Jean-Marie G. Le Clézio, grand invité du Louvre, affronte la pluralité des œuvres et des approches qu’un musée propose à ses visiteurs.

Jean Marie G. Le Clézio a choisi de présenter des cultures et des traditions absentes du musée. Il poursuit ainsi sa réflexion sur l'art, sa représentation dans les musées, ses rapports avec les autres productions humaines entamée dans son livre "Haï" et reprise dans nombre de ses ouvrages de fiction ou d'observation. Il reconnait au musée cette vocation à confronter entre eux les univers les plus différents, à les faire sinon s'affronter, du moins, se croiser.

leclezio
Il a choisi des "voix", des "images", des "sons" issus du monde entier, en particulier venus des endroits où il a fait des rencontres personnelles, comme Haïti, le Vanuatu, le Japon du nord, le Nigéria, la Corée, le Mexique et les Etats-Unis hispaniques.

Louvre 015
L’exposition est logée dans le pavillon Sully, dans la salle dite de la Chapelle. Elle commence par une grande toile symbolique de la libération d’Haïti, où l’on remarque que la première préoccupation des  généraux haïtiens Pétion et Toussaint-Louverture est de se faire confectionner de superbes uniformes à brandebourgs chez le meilleur tailleur militaire de Paris…

Louvre 014
Comme toujours, la confrontation des arts primitifs et de l’art dit classique montre l’universalité de l’art, dans l’histoire et dans l’espace. Ici, l’écrivain taciturne se livre un peu, à travers ses préférences.

Louvre 006
Intéressant, mais moins que les salles qu'il faut traverser pour venir jusqu'à lui. Celles des maîtres espagnols – Goya, Ribera, Murillo, Le Greco - …puis italiens – Raphaël, le Guerchin, Le Caravage, Véronèse, Botticelli, Le Pérugin, et, naturellement, Léonard de Vinci.

Louvre 009
Irrésistible Monna Lisa, qui attire tous les visiteurs. La grande tendance est non seulement de la photographier, mais de se photographier devant. Moi, j’en ai choisi une autre, plus accessible.

Et, oh surprise, j’ai trouvé dans cette même salle, le portrait de la belle Nani, symbole de la belle vénitienne mariée (elle porte un anneau à la main gauche) par Véronèse, qui sert de couverture au livre de Madame de Lafayette que j’étais en train de terminer. Clin d’œil !

Louvre 011
En tous cas, revenir au Louvre, un dimanche matin, c’est une expérience à plusieurs titres. En entrant par la porte des lions, on évite la queue habituelle sous la pyramide. Il y a des touristes, mais c’est vaste et on peut voir de près tant de merveilles réunies. On s’arrête un instant devant un tableau célébrissime en se disant : « Tiens, il est là, celui-la ! »

Louvre 012
Nul besoin de faire des milliers de kilomètres, ces trésors sont chez nous, pillés par les troupes de Napoléon, entre autres.

Faut-il le déplorer ?

Louvre 004


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte