Magazine High tech

Le commerce équitable de l’électricité

Publié le 29 novembre 2011 par Pwrlovers @pwrlovers

L’électricité est un produit. Mais il nécessite de tels investissements que seules de grandes entreprises industrielles sont capables de le proposer. Difficile pour ces mastodontes de s’adapter à chaque cas individuel. La tarification est traditionnellement imposée de bas en haut.

L’arrivée des énergies renouvelables change la donne : des acteurs de proximité font irruption du côté de l’offre. Cette atomisation permet de relations nouvelles entre producteurs et clients, avec des coopérations inédites. On assiste à la naissance d’un commerce équitable de l’électricité.

Le commerce équitable se définit comme un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect. Ce sont les principes qu’une société allemande, Inesus, a choisis pour développer une offre d’électrification adaptée aux zones rurales des pays en développement, éloignées des réseaux.

La tarification habituelle à l’abonnement, avec un prix de l’électricité unique, calculé pour les clients des grandes villes, ne convient pas à ces communautés pauvres. Pourtant, selon , il est possible de gagner de l’argent en leur vendant de l’électricité d’origine éolienne ou solaire, pour peu que l’on adapte les modèles d’affaires.

L’offre commerciale « Micro Power Economy » propose donc de faire une place importante aux clients. Ils sont sollicités pour construire les installations nécessaires : les bâtiments, le câblage. De plus, ils doivent s’organiser à leur convenance pour représenter les villages face au producteur. Ainsi, on évite le face-à-face conflictuel entre une entreprise lointaine et des villageois sans pouvoir.

La société Inesus de son côté apporte des équipements mobiles : éolienne, panneaux solaires, compteurs, et surtout le centre de commande qui gère l’affectation de l’électricité en fonction de priorités prédéfinies.

La richesse du dispositif réside dans la flexibilité du système : les centres de santé du village continuera d’être alimenté même aux périodes de pointe de la consommation, alors que les clients les moins prioritaires seront délestés.

Un compteur à carte pour quelques foyers

Un compteur à carte pour quelques foyers

Le dispositif technologique a été conçu pour rendre cette flexibilité réalisable : au centre, une unité de répartition, pilotée par ordinateur. A l’autre extrémité, des compteurs avec lecteur de cartes de prépaiement.

Tout est fait pour favoriser les arbitrages internes à la communauté : le client achète des blocs de consommation électrique, qui peuvent être échangé librement. Ainsi, en cas d’événements ponctuels comme un mariage, les clients peuvent se procurer plus de ressources. À l’inverse, un client désargenté peut revendre son électricité s’il le souhaite.

Mais surtout, ce système permet de rendre prioritaire les clients qui utilisent l’électricité pour des activités lucratives : l’alimentation d’un moulin ou d’une machine à coudre, par exemple. Le bizness est privilégié, parce qu’il est bon pour l’emploi et pour la richesse du village, ce qui génère des clients plus solvables. Inesus à calculé qu’elle augmenterait ainsi le nombre de blocs d’électricité vendus avec le temps.

Et si la demande est faible, alors que la production d’électricité est forte en fonction des conditions météorologiques, les tarifs s’adaptent et des équipements peuvent se déclencher automatiquement : une pompe pour alimenter un château d’eau par exemple.

Les tarifs sont modulés en fonction du temps

Les tarifs sont modulés en fonction du temps

« Micro Power Economy » est à la fois une offre d’équipement et une réflexion sur l’élaboration d’un modèle vertueux très intéressant, adapté à des populations délaissées par les offres commerciales habituelles.

Remonter à la source :

Inesus Micro Power Economy


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pwrlovers 1531 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte