Magazine France

Sarkozy se planque, ses ministres font campagne à sa place

Publié le 28 novembre 2011 par Juan
Sarkozy se planque, ses ministres font campagne à sa place Une nouvelle semaine de campagne débute. Nicolas Sarkozy ira rencontrer des agriculteurs pour discuter « de leurs conditions de vie », demain, mardi 29 novembre. Ce lundi, il n'a rien à faire sauf à se montrer pour une cérémonie de prise d'armes d'automne aux Invalides. La campagne clandestine de Nicolas Sarkozy est d'une hypocrisie inédite.
Et ses ministres masquent mal l'affaire.
UMP en roue libre
Ce weekend, l'UMP a tenté d'alimenter une micro-polémique le sort du droit de véto français au Conseil de Sécurité à l'ONU. Elle réunissait ses cadres dans une discothèque à Paris.  Jean-François Copé n'avait pas grand chose à promettre. Il organise des conventions à répétition pour convaincre que l'UMP élabore ainsi son programme pour 2012-2017. Mais Nicolas Sarkozy a prévenu qu'il n'en tiendrait pas compte. Il avait déjà fait retirer la présentation dudit programme de l'université d'été de l'UMP début septembre.
Copé aimerait aussi que l'UMP se calme. Si le paysage électoral s'est éclairci depuis le retrait de Jean-Louis Borloo de la course présidentielle et le décrochage de Dominique de Villepin, les disputes et chamailleries au sein du clan sarkozyste ont atteint un niveau inquiétant, en particulier à Paris: « La gravité de l'heure commande que celles et ceux qui ont envie de s'engager auprès du président de la République se lèvent, fassent fi de leurs moments de doute ou de déception, relativisent les critiques qu'ils ont pu émettre à tel ou tel moment de la politique que nous avons conduite »
Alors l'UMP meuble avec des micro-polémiques, comme cette dernière: l'accord EELV-PS prévoit que le droit de véto de la France à l'OU fasse l'objet d'une discussion en cas de victoire en 2012. Honnêtement, le sujet est loin d'être une priorité nationale et, de surcroît, Nicolas Sarkozy n'a cessé lui-même d'expliquer combien il fallait réformer la gouvernance de l'ONU.
Fillon dévalorise
Samedi, François Fillon « discoura » au séminaire des cadres de l'UMP. Il glissa: « En son temps et en son heure, Nicolas Sarkozy entrera en campagne ».
Comme le relevait hier notre confrère Guy Birenbaum, « La dévalorisation de la parole politique vient de la manière dont les plus hautes autorités politiques nient ou camouflent les évidences. ».
Ce weekend, on nous fit croire que Nicolas Sarkozy travaillait. Il allait proposer un nouveau traité européen, avec une « règle d'or » inscrite dedans et l'obligation de validation européenne des budgets des Etats-membres de la zone euro. Nous avons hâte d'entendre le candidat Sarkozy défendre cette nouvelle idée. Angela Merkel, en fait, ne pense à rien d'autre qu'un Super-Traité de Maastricht.
L'électeur partisan du NON au traité de 2005 appréciera.
Pécresse temporise
Valérie Pécresse, ministre du Budget, joua de voix suave et molle sur l'antenne de CANAL+, dans l'émission Dimanche+, pour expliquer combien son gouvernement dirigeait bien le pays. « Nous avons 6 milliards d'euros de réserve de précaution. »
Interrogée sur la vague d'investissements chinois en France, Valérie Pécresse était heureuse. « Evidemment, il faut créer un véritable partenariat franco-chinois ». Surtout, les Chinois « peuvent investir dans les dettes souveraines ».
Sur les retards à la mise en place du Fond européen de stabilité financière, Pécresse n'avait pas grand chose à dire. En Allemagne, Angela Merkel s'agace de l'attentisme européen.
L'électeur partisan du OUI au traité de 2005 appréciera.
Bachelot prédit
Roselyne Bachelot-Narquin posait en costume rose-bonbon dans les colonnes du Figaro, ce dimanche 27 novembre. Une interview « exceptionnelle » dont le titre était sans ambiguïté: «Hollande est un homme sous influence». Bacehlot faisait campagne à la place de son chef.
À quoi ressemblera la campagne de Nicolas Sarkozy ?
Elle ressemblera à Nicolas Sarkozy ! Une campagne électorale, c'est d'abord celle d'un homme devant les Français. Nous serons à ses côtés pour mener cette campagne présidentielle. Avec quelques ministres, autour de Bru­no Le Maire, je m'implique déjà beaucoup dans le projet de l'UMP. Ce travail intellectuel est essentiel.
 Elle est pourtant ministre des Solidarités Actives. Ce weekend, la Banque Alimentaire avait tenté de récolter un maximum de donations en nature, comme chaque dernier weekend de novembre. On pouvait imaginer que Mme Bachelot avait autre chose à faire que de se divertir en militante UMPiste. Les Restos du Coeur ouvrent leurs portes cette semaine.
L'électeur précaire appréciera.
Guéant «guéantise»
La Guéantise du jour fut sans surprise. Fidèle à son image et à sa mission, Claude Guéant a encore lâché dimanche une surenchère xénophobe. Le ministre de l'intérieur était encore l'invité dominical d'une émission de radio-télévision, cette fois-ci Europe 1/I-télé/Le Parisien.
«Nous acceptons sur notre sol chaque année 200.000 étrangers en situation régulière. C'est l'équivalent d'une ville comme Rennes, c'est deux fois Perpignan. Moi aussi je trouve que c'est trop »
Evidemment, le ministre compléta: « la France n'est pas un pays xénophobe ». La France peut-être, mais lui ? L'est-il ? Comment expliquer cette permanente obsession ? Et ses chiffres incorrects ? Nicolas Sarkozy a sous-traité le service après-vente de son discours de Grenoble à son ancien plus fidèle des proches.
L'électeur humaniste appréciera.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Juan 53884 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte