Magazine Environnement

Témoignages de peuples indigènes sur le changement climatique

Publié le 30 novembre 2011 par Sequovia

Témoignages de peuples indigènes sur le changement climatiqueA l’occasion de la 17ème conférence des parties à Durban sur le changement climatique, l’association Survival International met en avant les témoignages de peuples indigènes à travers le monde, qui observent régulièrement les effets du réchauffement climatique sur leur environnement et les perturbations qu’ils engendrent sur leur mode de vie.

  • Les peuples indigènes sont les plus vulnérables au changement climatique

Alors que la conférence des Nations-Unies sur le changement climatique débute à Durban, Survival International recommande que le savoir traditionnel et l’expérience que les peuples indigènes ont accumulés sur l’environnement soient pris en compte dans les décisions globales qui vont être prises sur le changement climatique.

L’empreinte écologique des peuples indigènes, de l’Amazonie à l’Arctique, des déserts australiens aux savanes africaines, est la plus faible qui soit au monde. Ils pratiquent des modes de vie durables depuis des milliers d’années.

Mais ils sont également les plus vulnérables au changement climatique et les premières victimes des mesures «vertes» de rechange telles que les agrocarburants, les barrages hydroélectriques ou encore les projets de conservation.

La plupart des peuples indigènes ont développé une connaissance intime de leur environnement et observent avec inquiétude le changement de leurs écosystèmes.

  • Témoignages de peuples indigènes sur les effets du changement climatique

Les chasseurs Inuit du nord-ouest du Canada s’inquiètent de l’amincissement de la couche de glace, du raccourcissement des hivers, du réchauffement des étés, de l’altération du permafrost et de la hausse du niveau de la mer.

Les Innu du Nord-Est du Canada rapportent avoir observé au Nord du Labrador des oiseaux comme le geai bleu qui ne se rencontrent habituellement qu’au Sud du Canada ou aux Etats-Unis; ils constatent qu’il y a moins de neige durant les mois les plus froids et moins de moustiques en été.

Les éleveurs de rennes Nenets de Sibérie disent que la fonte des rivières glacées arrive plus tôt dans la saison, ce qui, au printemps, retarde la migration saisonnière de leurs rennes qui sont contraints de nager pour traverser les rivières autrefois encore glacées. Ils ont également observé la réduction des moustiques.

Les éleveurs Tsaatan de Mongolie se plaignent qu’il n’y a plus assez de lichen et de mousse pour nourrir leurs rennes.

Les Yanomami d’Amazonie brésilienne ont constaté un dérèglement des précipitations. Ils appellent l’opinion publique mondiale à reconnaître non seulement le rôle vital de l’Amazonie dans la régulation du climat de la planète mais aussi celui de la déforestation sur le changement climatique.

«Le changement climatique a débuté dans nos pays», déplore Davi Kopenawa, porte-parole et chamane yanomami. «Les pays riches ont incendié et détruit d’immenses parties de la forêt amazonienne. Si vous abattez les gros arbres et incendiez la forêt, la planète s’asséchera. Le monde doit écouter les cris de la Terre qui appelle à l’aide».

Sheila Watt-Cloutier, militante inuit a déclaré : «Des chasseurs sont tombés à travers une mince couche de glace et ont perdu la vie dans des endroits que nous avons longtemps considérés comme sûrs. L’Arctique est le baromètre santé de la planète. Si vous voulez savoir comment elle se porte, venez en Arctique lui prendre son pouls».

«On ne peut plus se fier aux compétences traditionnelles de lecture du climat», déplore Veikko Magga, un éleveur de rennes Saami. «Jadis, nous pouvions prévoir le temps qu’il allait faire. Tous ces signes et compétences n’ont plus aucune efficacité de nos jours».

  • Nécessité d’impliquer les peuples indigènes dans les décisions

«Les peuples indigènes sont les meilleurs experts au monde» a déclaré Stephen Corry, directeur de Survival International, «C’est indiscutable : chez ceux qui ont eu la chance de pouvoir rester sur leur propre terre, les taux de couverture forestière et inversement de perte de biodiversité sont bien plus élevés que dans toutes sortes de zones protégées. Et sans leur savoir écologique traditionnel, de nombreux médicaments n’auraient sans doute pas vu le jour».

«Il devient urgent pour nous tous que leurs savoirs et leur manière d’appréhender le monde soient reconnus. Les peuples indigènes devraient jouer un plus grand rôle dans le processus de décisions des politiques de lutte contre le changement climatique et leur droit à la possession de leurs terres devrait être universellement reconnu».

  • Avis Sequovia

Les enjeux du réchauffement climatique sont plus que jamais d’actualité avec la conférence des Nations-Unies sur le climat qui se tient actuellement à Durban, et les inquiétudes de plus en plus vives des experts concernant l’objectif de stabiliser à 2 degrés l’augmentation de la température, un défi de taille, de plus en plus compromis.

Ces témoignages nous prouvent que le réchauffement climatique a des impacts bien réels sur les écosystèmes, et sur les peuples indigènes. Ces populations, dont l’impact est pourtant négligeable au regard de ce phénomène, n’en sont pas pour autant épargnés et subissent incontestablement des bouleversements dans  leur mode de vie. Espérons que cet appel de l’association Survival  International, qui lutte pour les droits des peuples indigènes, permettra de prendre mieux conscience de ces enjeux.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sequovia 1882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte