Magazine Société

sonderweg

Publié le 01 décembre 2011 par Hoplite

alexandre,marc aurèle,europe,usa

"(...) L'écrasante majorité de la planète ne vit pas l'"égalisation des conditions", mais la misère et la tyrannie. Et, contrairement à ce que croyaient aussi bien les libéraux que les marxistes, elle n'est nullement en train de se préparer pour accueillir le modèle occidental de la république capitaliste libérale. Tout ce qu'elle cherche dans le modèle occidental, ce sont des armes et des objets de consommation - ni le habeas corpus, ni la séparation des pouvoirs. C'est éclatant pour les pays musulmans - un milliard d'habitants -, pour l'Inde - presque un autre milliard -, dans la plupart des pays du Sud-est asiatique et d'Amérique latine. La situation mondiale, extrêmement grave, rend ridicules aussi bien l'idée d'une "fin de l'histoire" que d'un triomphe universel du "modèle démocratique" à l'occidentale. Et ce "modèle" se vide de sa substance même dans ses pays d'origine."  C Castoriadis,  La montée de l'insignifiance, (Les carrefours du labyrinthe IV), Seuil.

Comme le dit Védrines, les européens sont les idiots utiles de la mondialisation.

Comme le dit Brague, l’europe ne se fera qu’en renonçant à tout ce qui n’est pas elle.

Comme le dit Castoriadis, tout ce que cherche l'écrasante majorité de la planète dans le modèle occidental, ce sont des armes et des objets de consommation - ni le habeas corpus, ni la séparation des pouvoirs.

L’homme malade du monde n’est pas l’Europe, même si elle est entrée en récession et qu’elle va connaître des bouleversements financiers, commerciaux, politiques, sociaux et culturels considérables. L’homme malade du monde c’est l’Amérique et son porte-avions britannique : Wall street et la City sont le coeur nucléaire fondu (comme dit Jorion) d’un système de domination impérial planétaire simplement en mort clinique. Avec la prolongation sans fin de cette agonie, c’est la fin d’une longue parenthèse de domination occidentale sur le monde (1492) et notamment du capitalisme anglo-saxon depuis 1945.

Thucydide disait dans sa recension de la guerre du Péloponnèse que trois choses permettent à une cité de rester hégémonique : les hauts murs (ceux qui entouraient Athènes), l’argent (celui de la confédération athénienne, des cités qui payaient leur tribut à la puissance dominante contre sa protection) et une flotte (celle que fit construire Thémistocle, par exemple, et qui permit la victoire –in extremis- des Grecs sur les Perses à Salamine.

Les USA sont endettés au-delà de l’imaginable et ne sont pas encore au niveau grec que parce que les trois principales agences de notations sont anglo-saxonnes, parce qu’ils ont le privilège de battre leur monnaie et que le monde affecte de ne pas voir –encore- que le dollar n’est plus que du papier sans valeur hormis celle que lui confère les possibilités encore bien réelles de cœrcition  à l’égard des récalcitrants (irakiens, afghans, libyens, bientôt syriens et perses ?).

Son armée n’est qu’un colosse aux pieds d’argiles incapables de gagner une guerre depuis le Viet-Nam (une défaite médiatique et politique non pas militaire) et dont les crédits vont être réduits de façon drastique dans les années, les mois à venir, à tel point qu’on peut imaginer la fermeture de la plupart des bases militaires US dans le monde et notamment en Europe.

Et le 11/09 est une bonne illustration de la fin du rêve rose d’un territoire sanctuarisé…(quelle que soit la vision que l’on ait de cet événement exceptionnel)

Surtout, c’est l’imaginaire de cette cité sur la colline censée montrer le chemin aux autres nations (droits de l’homme, capitalisme globalisé, indifférenciation planétaire, éradication des irrédentismes culturels, imposition d’une pax americana au prix d’une acculturation violente urbi et orbis) qui est mort. Comme le dit Juvin, nous sommes en train de vivre un renversement du monde et l’irruption brutale sur la scène internationale de pays émergents, autrefois sujets de l’empire et aujourd’hui ironiquement courtisés pour venir en aide à un Occident ravagé par un endettement stratosphérique. Simplement intenable. Mais les chinois n’ont pas oublié les guerres de l’opium comme les Indiens la violence de l’imperium britannique et n’entendent nullement devenir des américains… les Brésiliens, les russes, les indiens, les sud-africains savent les réalités culturelles sinon ethniques que les occidentaux ont oubliés dans leur rêve de Même. Ils ne raisonnent pas en individus hors-sol et nomades sans attaches ni enracinement mais bien en parties d’un tout national ou civilisationnel très loin du rêve d’indifférenciation et d’universalisme des Pères fondateurs américains et de certains penseurs libéraux occidentaux.

L’Europe et les européens sont à un tournant de leur histoire. Leur salut N’EST PAS dans la poursuite d’un modèle de développement failli et sous perfusion (celui de WS et de la City) imposé depuis 1945 et qui nous est étranger mais dans l’acceptation de ce monde pluripolaire que nous voyons s’édifier à toute vitesse et le renoncement à toute prétention universaliste. L’Europe N’EST PAS l’empire hélléno-achéménide dont rêva Alexandre (au point d’épouser la fille de Darius et de considérer les perses comme semblables aux macédoniens), l’Europe n’est pas NON PLUS le mall festif en forme de Cauchemar climatisé (Miller) et sans âme que tous les Van Rompuy, les Sarkosy ou les Hollande rêvent de réaliser. Non, c’est juste une identité millénaire, une cohérence linguistique et culturelle, ethnique et géographique, artistique et civilisationnelle unique et totalement singulière dont les européens de souche (ou d’adoption) sont tous porteurs parfois –même souvent- à leur corps défendant et dont il est vital de retrouver l’esprit. Et la lettre. La très bonne nouvelle est que ce renversement du monde dont parle Juvin va probablement OBLIGER les européens à comprendre leur singularité et la puissance (la virtu) que donne la conscience de cette singularité. Et pas sans douleur. Mais qu’importe.

photo: Marc-Aurèle, empereur stoicien donc mesuré, aux antipodes de l'hubris dyonisiaque du grand Alexandre.

ci-dessous, brochette de ces "beaux crétins d'autrefois dont parle Sciascia...

e88699fa-e7a5-11e0-a8ec-eb53234099be.jpg










« Il est désormais difficile de rencontrer un crétin qui ne soit pas intelligent, un intelligent qui ne soit pas un crétin. Et il y a toujours eu pénurie de gens intelligents, c'est pourquoi on éprouve une certaine mélancolie, un certain regret chaque fois que l'on tombe sur des crétins frelatés, trafiqués. Ah les beaux crétins d'autrefois ! Authentiques, complets. Comme le pain de ménage. Comme l'huile et le vin des paysans. » Sciascia, Noir sur noir.

ha ha (ne manquent que Coppé, Bayrou ou notre conducator à talonnettes..), j'adore les yeux ronds de poissons des Alpes et la jovialité festive de ballots du Danube (Muray) de tous ces PITRES PROGRESSISTES!


podcast


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hoplite 212 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine