Magazine

Macao Macao O Macao Macao A

Publié le 19 février 2008 par Bguilleu

Bonjour les rats!
Hainan et son exotisme commercial donnait une impression d’inachevé, les vacances selon bibi riment avec repos, découverte et soleil si possible.

Apres une expédition en bus qui mit bibi dans un hangar seul au milieu de la nuit (moment où on se pose ces grandes questions : Qu’est ce que je fais ici ? Aurais-je zappé une correspondance ? Y a quelqu’un ? Rédaction d’une lettre posthume. Saint-Pierre est-il caché lui aussi ? Bref, la vie, la mort….Spinoza !), me voila arrive après contrôle de passeport dans un endroit étonnant : Macao.

S6002245.JPG

Ville au nom lui aussi exotique de 500 000 habitants d’une propreté à dégoûter tout Chinois de cracher, spolier les rues. Comment cela se fait-il ? Ancienne colonie concédée au Portugal en 1577 après avoir débarrassé la région de pirates, puis rétrocédée en 1999 au gouvernement chinois, Macao profite de son statut particulier (« Région administrative spéciale » pour le titre) pour protéger son patrimoine, une merveille d’architectures fusionnant les ruelles pavées, les bâtiments coloniaux, les établissements religieux et les grandeurs modernes des tours de verre.

 

S6002251.JPG

Fusion, oui c’est bien le terme qu’il faut employer ici. Cette cite portuaire est devenu au fil des années une cite harmonieuse sino-portugaise. On éprouve même une certaine difficulté à reconnaître l’origine de la population locale, portugais, cantonais ou bien macanais (mixe portugais chinois).

 

On prend donc le temps de perdre ce dernier pour flâner, pour regarder ces bâtisses aux couleurs pastel, aux allures glorieuses et pour certaines totalement en friche. Quelques lieux incontournables : les ruines de l’église Saint-Paul, la cathédrale Saint Augustin, la place Largo Senado, la promenade de front de mer sur la avenida da republica, le village de pêcheurs sur l’île de Taipa et la tour de Macao (haute de 338 m).

 

La restauration dont excelle bibi est à nouveau fusion de portugais (dont une fameuse tarte aux œufs sur l’île de Taipa), de cantonais et leurs snacks vapeur (dim sum) et le chinois qu’on connaît bien maintenant. Bibi, breton de son état, retrouve avec plaisir poissons, moules, fruits de mer.

 

S6002248.JPG

De ce retour aux plaisirs de vacances, trois choses marquantes : une auberge de jeunesse située dans un ancien quartier de prostituées, avec des chambres d’un cachet certain, ambiance sombre sous lumière palot, logement incontournable pour ceux qui veulent voir de l’authentique ! (voir l’affiche du film « Isabella » de Pang Ho-cheung qui est l’entrée de l’hôtel) Puis, la vue de Macao depuis cette grande tour où on prend connaissance des nouvelles expansions macanaises, fascinantes et respectueuses du passé de la ville. Enfin, la cerise sur le nem, les casinos, mais ce sera pour le prochain message…

 

S6002294.JPG

Macao, Macao, bibi, tombé sous le charme, te souhaite longue vie. Tes casinos ne sont que futilité devant ton histoire et ton centre ville si particulier. Ta richesse culturelle, protège-la, préserve-la surtout lorsque tu seras totalement sous contrôle chinois dans 50 ans. Bibi te remercie pour ses 4 jours.

 

A bientôt
Bibi

S6002383.JPG


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bguilleu 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte