Magazine Info Locale

Triple A ou triple sot ?

Publié le 19 décembre 2011 par Gezale
« Si la France perd son triple A je suis mort. » « Il faut tout faire pour conserver le triple A. C'est absolument nécessaire. » « Notre objectif : conserver le triple A. » Ce discours là, c'était hier. Il était tenu par le président Sarkozy ou par ses ministres. C'était l'époque où l'UMP rêvait comme le chanterait Jacques Brel. Mais la réalité est impitoyable. La France va perdre son triple A, très bientôt sans doute, demain peut-être, et personne ne peut s'en réjouir. Les taux d'intérêt vont grimper, le niveau des affaires va baisser. Le chômage va augmenter, la pauvreté s'accélérer. Un 3e plan d'austérité va être inventé alors qu'on nous racontait que les deux premiers plans de rigueur étaient indispensables pour conserver le triple A tout comme la retraite à 62 ans ou la TVA à 7 %. Tout ça pour ça.
L'échec de Sarkozy est patent, évident, atroce pour des millions de Français. Il est tellement évident que les Français ont intégré cette défaite du gouvernement français ce qui n'empêche pas ce dernier de tenir un discours devenu à géométrie variable. « Si on perd le triple A, ce sera difficile mais pas insurmontable. » Voilà les nouveaux éléments de langage distribués aux ministres par Henri Guaino. Même Juppé, le malheureux Juppé, s'y met lui aussi, lui qui avait fait de la sincérité son nouveau credo de repris de justice le jour même où Jacques Chirac récoltait deux ans avec sursis. La droite est « grave mal », comme dit mon petit voisin.
« La réalité, comme l'écrit un lecteur à Mme Pécresse, c'est que nous vivons une crise majeure qui  sert de prétexte pour massacrer nos acquis, qui ne doivent rien à la droite, mais tout aux luttes de générations de travailleurs. Cette crise, ni le gouvernement, ni ses économistes ne l'ont vu venir (gouverner c'est prévoir ?). Cette crise c'est celle de la droite et ils veulent nous la faire payer ! « Jusqu'ici l'art de gouverner n'a été que l'art de dépouiller et d'asservir le grand nombre au profit du petit nombre, et la législation le moyen de réduire ces attentats en système... » « Jamais les maux de la société ne viennent du peuple, mais du gouvernement. » Robespierre.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gezale 7337 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine