Magazine Santé

CANCER : Immortaliser les cellules cancéreuses pour personnaliser le traitement – American Journal of Pathology

Publié le 19 décembre 2011 par Santelog @santelog

CANCER : Immortaliser les cellules cancéreuses pour personnaliser le traitement – American Journal of PathologyUne découverte qui présente un potentiel fantastique, en recherche, diagnostic, traitement et médecine personnalisée, voire médecine régénérative. Car ces chercheurs de Georgetown viennent de découvrir comment conserver les cellules normales ainsi que des cellules tumorales d'un patient atteint de cancer, vivantes en laboratoire. Les cellules normales meurent généralement après quelques divisions et les cellules tumorales ne se développaient pas à l'extérieur du corps. Cette nouvelle technique, décrite dans l'édition en ligne du 19 décembre de l'American Journal of Pathology, marque une nouvelle ère de la médecine personnalisée du cancer et pourrait même avoir des applications potentielles en médecine régénérative.


L'auteur principal de l'étude, le Dr. Richard Schlegel, président du département de pathologie au Georgetown Lombardi Comprehensive Cancer Center explique : «Parce que chaque tumeur est unique, cette avancée permettra aux oncologues d'identifier les thérapies adaptées à son cancer et non toxiques pour ses cellules non tumorales. Nous pouvons maintenant tester la résistance tout comme la chimio-sensibilité d'une tumeur à un traitement ou à une combinaison de traitements ».


Les inhibiteurs Rock pour figer les cellules : L'équipe de recherche, qui comprend également plusieurs scientifiques des National Institutes of Health (NIH), a trouvé que l'ajout de deux substances différentes pour les cellules cancéreuses et les cellules normales les pousse à se transformer en cellules souches, des cellules qui peuvent se différencier en d'autres cellules. Les deux substances sont un inhibiteur nomme Rock qui stoppe le développement des cellules et des cellules nourricières de fibroblastes. Un autre chercheur, le Pr. Alison McBride, de l'Institut national des allergies et maladies infectieuses (NIAID-NIH), avait déjà découvert qu'un inhibiteur rock permettait aux cellules de la peau (kératinocytes) de se reproduire en laboratoire. Ici, les chercheurs démontrent qu'ils sont avec cette technique, en mesure de cultiver des cellules mammaires, de la prostate, des poumons et du côlon, normales et tumorales.


Cette découverte est valable quel que soit le patient et « pour toujours », déclarent les auteurs.


La capacité d'immortaliser les cellules cancéreuses va permettre aussi le développement de bio-banques viables et pertinentes, ajoute le Dr. Schlegel. Par ailleurs, ce processus d'immortalisation pourra contribuer à faire progresser le domaine de la médecine régénérative. Mais dans un premier temps, ces résultats vont permettre aux pathologistes de diagnostiquer bien plus facilement les tumeurs et de personnaliser les traitements.


Source: Georgetown University Medical Center Georgetown researchers lead discovery expected to significantly change biomedical research

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine