Magazine Séries

Critiques Séries : Black Mirror. Saison 1. Episode 2. 15 Million Merits.

Publié le 19 décembre 2011 par Delromainzika @cabreakingnews

vlcsnap-2011-12-19-21h59m13s228.png

Black Mirror // Saison 1. Episode 2. Fifteen Million Merits.


Un épisode de la série devait donner son nom à cette dernière ce serait bien celui ci. Nous sommes constamment entourés de miroirs noirs justement ou plutôt d'écrans laqués et glossy qui reflètent tout. Après un premier épisode choc sur les médias et l'influence de ceux ci, ce nouvel épisode nous plonge directement dans ce qui n'est pas loin de me rappeler The Hunger Games au final. En effet, dans ce monde, le seul moment de sortir est de gagner une émission de télé-réalité. Black Mirror est au fond une référence à une télévision éteinte. Je pense sincèrement que le but de cette série est de montrer les dérives de la télévision au travers de ses plus grands vices. Le premier était les médias, traité de façon très trouble d'ailleurs, et maintenant la télé-réalité. Le parallèle avec The Hunger Games n'est pas vain, bien au contraire, il est même synonyme de réussite à mon avis. J'ai beaucoup aimé le traitement du sujet, fait avec beaucoup d'intérêt et d'ingéniosité. Je dirais même que l'épisode est un petit chef d'oeuvre.
Black Mirror est sûrement une des plus surprenante série que j'ai vu cette année dont je pense que l'imagination débordante est une bien belle surpris après des années de patauge dans les séries mauvaises et mal foutues. Ce pilote est minaudé. L'histoire que nous raconte l'épisode nous permet de suivre Bing, un jeune homme qui en a marre d'être enfermé dans ce cauchemar et qui va tenter de faire plaisir à la fille de ses rêves en lui offrant un ticket d'entrée pour le fameux live show. Incarné par Daniel Kaluuya (vu récemment dans The Fades), ce personnage était vraiment bon. L'acteur, bien que pas parfait sur tous les plans, lui donne une sincérité débordante. Ce sera la même chose pour Abi, incarnée par Jessica Brown Findlay que l'on connait plus pour son rôle dans Misfits. L'épisode est également là pour montrer les dérives de la télé-réalité. Maintenant on fabrique des gens pour chanter, et ces derniers sont descendus par des juges imbus d'eux mêmes. C'est un peu le syndrome X Factor et autres télé-crochet du même type.

vlcsnap-2011-12-19-22h24m38s120.png
Abi est un personnage iconoclaste dans ce petit épisode. Une jolie reconnaissance de la seule vérité qu'il y a dans cette série. Au fond, c'est bel et bien la seule chose qui soit authentique et pas fausse (avec outre mesure Bing). Le fameux jugement avec la très belle chanson, c'était un grand moment. En tout cas, j'ai adoré. Je pense sincèrement que Black Mirror est une série plus surprenante qu'on pourrait le croire. Elle arrive à donner naissance à des choses que la télévision n'avait jamais tenté. C'est sûrement cette originalité suprême qui donne à l'épisode tout son sens. Et pourtant, les dérives de la télé-réalité ont déjà été exploité mainte et mainte fois aussi bien au cinéma qu'en télévision, mais jamais de cette façon. La force même de l'épisode et des images qu'il diffuse sont impressionnantes car une fois passé le cap de la sélection d'Abi pour enfin échapper et à ce malheureux destin, on a de l'autre côté Bing qui est au fond du trou et qui a bien du mal à retrouver le goût à la vie.
La dernière partie est celle du retour à l'espoir. Bing veut sortir de son enfer sur terre. Le dénouement de l'épisode est très intéressant, prouvant que finalement même si l'on sort de ce jeu on n'est pas plus heureux. La fin est terrible, et rappelle le premier épisode dont la fin était également terrible car même si il a eu son heure de gloire, il n'en reste pas moins toujours pris au piège et ne peut pas faire ce qu'il veut. J'ai hâte de voir le dernier épisode (et troisième). Et surtout, j'espère qu'une seconde saison sera commandée, cette dérangeante série arrive à faire encore plus réfléchir que tout ce que j'ai pu voir sur la télé-réalité et ses dérives.
Note : 9/10. En bref, un traitement réaliste et sujet à toutes les controverses.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines