Magazine Marketing & Publicité

Réforme du peuple ou des élites ?

Publié le 20 décembre 2011 par Rm Communication

La multiplication des élections présidentielles comme législatives un peu partout sur le continent (Ouganda, Centrafrique, Libéria, Côte d’Ivoire, Cameroun, Gabon, République démocratique du Congo, Guinée, etc.) et l’illusion du prétendu « printemps arabe » aidant, certains de nos compatriotes africains réclament à corps et à cri un changement « manu militari » du personnel politique africain. Clamant à qui veut bien les entendre que les dirigeants africains seraient les pires dictateurs, les plus corrompus, les plus incompétents au monde.

Nous ne disconviendrons pas sur le fait que la corruption existe belle et bien en Afrique, au sommet de l’Etat comme dans les basses classes. Nous ne contestons pas non plus l’accusation d’incompétence à l’encontre des dirigeants africains.

Mais à bien y réfléchir, de façon indépendante, loin de la propagande de France 24, de la BBC, de CNN ou d’Al-Jazeera, quel dirigeant africain peut bien être pire que Sarkozy, pire que Cameron, pire que Blair, pire qu’Eltsine ou pire qu’Obama ?

Est-on sûr que nos dirigeants sont-ils les pires des dirigeants à l’heure actuelle ? Sont-ils vraiment les plus corrompus ? Est-on sûr de cette assertion colportée par les presses occidentales et reprise par nos intellectuels paresseux?

L’Afrique peut-elle trouver un conccurent au belliciste Barack Obama l’homme de Wall Street et de la City de Londres ? Celui qui réussit la prouesse de surpasser en horreur, Georges W. Bush Jr, en matière de guerre en Afrique et dans la péninsule arabique ?

En terme de scandale financier quel président africain peut faire ombrage à Nicolas Sarkozy impliqué de près dans l’affaire des rétro-commissions de Karachi ?

En terme d’incompétence,  de mal gouvernance quel président africain peut rivaliser avec un Barack Obama qui a réussi l’exploit de porter la dette du gouvernement fédéral des USA à la « modique » somme de 21 000 milliards de dollars ? Ce qui obligea le Congrès américain a voté une loi pour remonter le plafond d’endettement du pays qui était limité à 14 000 milliards de dollars (ce qui est déjà une sacrée somme).

Et que dire de la Belgique qui abrite la capitale européenne, et qui est restée sans gouvernement pendant une année ? Même des pays africains en guerre disposent d’un gouvernement.

La presse au service des Oligarques veut nous convaincre que nous avons ce qui se fait de pire en terme de dirigeants, mais c’est là un stratagème pour exonérer leurs propres dirigeants. D’ailleurs, la « sagesse populaire » sent bien qu’il y a entourloupe, tant est si bien qu’elle réclame que des personnes comme Georges Bush, Tony Blair ou encore Henri Kissinger soient traduits devant des tribunaux internationaux. Voyant bien que Charles Taylor, Jean-Pierre Bemba et autre Laurent Gbagbo sont des « nains » à côté de ces véritables barons du crime contre l’Humanité.

Nous sommes donc d’accord que sous d’autres cieux, notamment septentrionaux, les dirigeants sont plus corrompus, plus incompétents que ceux qui gèrent l’Afrique aujourd’hui ?

Alors comment se fait-il que dans ces pays dirigés par les plus grands criminels, les plus grandes pointures en terme de corruption, les plus incompétents notoires que la Terre n’ait jamais porté, les services publiques fonctionnent, les infrastructures sont de bonnes qualité, la productivité y est importante, la santé et l’éducation compétitives, les logements plus que décents ?

Comment expliquer que des Nations dirigées par ces piètres individus vivent mieux que nous autres Africains dont les dirigeants sont, certes mauvais mais pas autant que les dirigeants occidentaux  ou même orientaux (comme en Chine ou  au Japon)?

Certains diront qu’avec de meilleurs dirigeants africains, il est sûr que nous serions au sommet de développement. Sauf que ces dirigeants d’exceptions, nous les avons eu aussi (Sankara, Lumumba, Nkrumah, Nyerere, Nasser, Kadhafi, Boganda, etc.). Et à chaque fois, nous avons eu la « bonne idée » de les trahir, de les laisser assassiner, de les assassiner nous-mêmes, de les livrer, de les minorer, les marginaliser, etc.

On comprend alors que le problème ne vient pas exclusivement du leadership. Car aussi bien avec de grandes figures qu’avec des présidents de moins grandes statures mais plus supportables que beaucoup de dirigeants occidentaux et orientaux, nous n’avançons pas.

La conclusion à tirer de tout cela, c’est que nous devons cesser de nous leurrer, de mentir à nous-mêmes, de rejeter systématiquement la faute de notre retard sur nos élites, sur nos dirigeants, sur les dirigeants extérieurs. Le problème de l’Afrique est clairement identifié, ce sont nous autres les jeunes Africains. C’est la faute à la jeunesse africaine qui trahit sa mission, qui passe son temps à critiquer, mais ne se critique jamais assez. Nous sommes coupables et responsables de notre situation. Celle-ci ne s’améliorera qu’à la seule condition que nous déciderons collectivement de nous prendre en main. Si les grandes figures historiques n’ont pas réussi à nous extirper de la misère, c’est que nous n’avons pas fait notre part du travail.

Cessons la paresse intellectuelle, la léthargie sociale, l’inertie politique, le sommeil économique, l’aliénation culturelle, l’ineptie spirituelle. Tous ces poisons sont d’abord les résultats de notre inaction, de notre cécité et de notre surdité face aux signes de notre Temps.

Arrêtons de croire sur parole les intellectuels de la Grande Babylone qui détermine à l’avance les combats dans lesquels nous devrions verser (lutte pour les droits de l’Homme, pour l’instauration de la Démocratie, contre le terrorisme, etc.).

Arrêtons de croire que Révolution serait synonyme de saccage du bien public, de violence. Non, le révolutionnaire dans le sens de l’Honorable Khallid Abdul Muhammad, défunt leader de New Black Panther, c’est le changement complet dans l’être, l’agir, le penser, le dire afin d’améliorer les conditions de vie du plus grand nombre.

Et pour cela il faut commencer par nous réformer nous-mêmes. Une fois cette réforme effectuée, les dirigeants se mettront au pas et/ou seront remplacés par d’autres sortis de nos rangs. Donc cessons de perdre notre temps dans des bassesses du type Kabila le rwandais, Bongo le Nigérian, Ouattara le Burkinabé, Kagamé l’Ougandais, Musévéni le Tanzanien, etc.

Sarkozy est Hongrois, Obama Kényan, Kennedy Irlandais, Benoit XVI Allemand, Elisabeth II est également Allemande, mais jamais vous n’entendrez des quolibets tribalistes à leurs égards ; car l’essentiel est ailleurs.

Aussi prions Dieu de ne pas nous avoir donné comme dirigeants des “Néron” tels Obama, Bush, Sarkozy Cameron ou autre Blair. Nous avons certes de piètres dirigeants, mais disons nous que notre niveau est bien pire encore. Travaillons à nous améliorer afin de changer la donne.

TAHERUKA SHABAZZ, Directeur de l’ISA



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rm Communication 5167 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte