Magazine Société

Démocratie et crise

Publié le 20 décembre 2011 par Christophefaurie
Paul Krugman se désespère, à longueur de blog, de ce qu'on ne le comprend pas.
Mais, n’est-ce pas normal ? Pourquoi devrions-nous comprendre un prix Nobel d’économie qui occupe sa vie à étudier un sujet compliqué. D’ailleurs pouvons-nous lui faire confiance, alors que ses pairs les économistes, de leur propre aveu, ont été de grands coupables de la crise actuelle ?
Les crises posent brutalement à l’individu des problèmes complexes qu’il n’est pas préparé à résoudre. La psychologie semble dire que dans ce cas, il prend de mauvaises décisions. (Pire : dans les périodes prospères, la société semble avoir l’obsession de transformer l’homme en consommateur décervelé.)
La démocratie ne peut-elle que transformer les crises en désastres ?
Faut-il en revenir au projet des Lumières et de la troisième République : « émanciper » l’esprit du citoyen pour qu’il puisse décider judicieusement ?
Je doute de cette solution. La capacité de traitement de l’information d’un homme n’est rien par rapport à celle de la société. Il me semble donc plutôt qu'il faut reconstruire un édifice social digne de confiance, dans lequel les économistes, par exemple, se comportent comme des scientifiques. 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine