Magazine Santé

CANCER du SEIN: Pourquoi les femmes arrêtent trop tôt leurs médicaments – 34th Annual San Antonio Breast Cancer Symposium

Publié le 20 décembre 2011 par Santelog @santelog


CANCER du SEIN: Pourquoi les femmes arrêtent trop tôt leurs médicaments  – 34th Annual San Antonio Breast Cancer SymposiumPourquoi tant de femmes ménopausées traitées pour un cancer du sein sensible aux œstrogènes arrêtent trop tôt de prendre leurs médicaments et récidivent ? 36% en raison des effets secondaires de ces traitements, conclut cette étude parmi les plus importantes, menée par la Northwestern University et présentée le 9 décembre au 34è Symposium 2011 de l'American Association of Cancer Research de San Antonio.



Mais le résultat « le pire », si l'on peut dire est l'énorme décalage révélé dans cette étude entre ce que les patientes rapportent, en termes d'effets indésirables, à leur médecin et ce qu'elles éprouvent dans la réalité.



En fait «les cliniciens sous-estiment les effets secondaires associés au traitement», explique l'auteur principal, Lynne Wagner, professeur agrégé en médecine et en sciences sociales et psychologue clinique à l'Université Northwestern. «Les médecins prescrivent un traitement puis sous-estiment les effets négatifs. Les patientes n'osent pas se plaindre et ne veulent pas que leur médecin interrompe le traitement». Le symptôme le plus fréquent susceptible de pousser les patientes à arrêter le traitement sont les douleurs articulaires. D'autres effets secondaires sont également signalés comme les bouffées de chaleur, la baisse de libido, la prise de poids, la sensation de ballonnement, une sensibilité des seins, des sautes d'humeur, l'irritabilité et des nausées. Les médicaments en question, les inhibiteurs de l'aromatase, stoppent la production d'œstrogènes chez les femmes ménopausées, dont les cellules cancéreuses sont stimulées par les œstrogènes. Environ les deux tiers des cancers du sein sont « œstrogènes sensibles », et les inhibiteurs de l'aromatase réduisent la récidive du cancer.



Les femmes les plus à risque d'arrêter les médicaments avant les 5 ans requis sont celles qui subissent encore les effets secondaires d'une chimiothérapie ou d'une radiothérapie récente, alors qu'elles débutent avec l'aromatase. Les femmes ayant subi une chirurgie sont plus susceptibles de poursuivre le traitement par inhibiteur de l'aromatase.



«Si votre patiente se dit vraiment fatiguée par le traitement, le risque qu'elle l'abandonne de manière trop précoce est élevé", explique l'auteur. « Nous devons mieux gérer les symptômes de nos patientes afin d'améliorer leur qualité de vie."



Le « gap » rapports des cliniciens-expérience des patientes : Car la recherche fait état d'une véritable disparité entre les rapports d'effets secondaires des cliniciens et les expériences réelles de leurs patientes. Dans une étude précédente, les cliniciens avaient signalé que 5% de leurs patientes ont des symptômes modérés à sévères à la suite de la prise d'inhibiteurs d'aromatase. L'étude Northwestern qui a interrogé 686 femmes constate après trois mois de traitement que 33 à 35% des femmes avaient de graves douleurs articulaires, de 28 à 29% des bouffées de chaleur, 24% une diminution de la libido, 15 à 24% ressentaient la fatigue, de 16 à 17% éprouvaient des sueurs nocturnes et 14 à 17% de l'anxiété. Ces chiffres augmentent avec l'antériorité du traitement.



La conséquence, 36% des femmes arrêtent trop tôt leur traitement, soit avant une moyenne de 4,1 ans. Après deux ans, 10%. Des résultats qui doivent contribuer à identifier les femmes à risque de quitter la thérapie et les conseiller sur l'importance de poursuivre. Il existe des traitements complémentaires pour soulager les effets secondaires, ajoute l'auteur.



Source:34th Annual San Antonio Breast Cancer Symposium via Eurekalert (AAAS) “Why women quit breast cancer drugs early »



CANCER du SEIN: Pourquoi les femmes arrêtent trop tôt leurs médicaments  – 34th Annual San Antonio Breast Cancer Symposium
Accéder à toutes nos actualités sur le Cancer du sein



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine