Magazine Séries

2 Broke Girls, quand être pauvre fait le bonheur des autres…

Publié le 20 décembre 2011 par Delromainzika @cabreakingnews

2-broke-girls.jpeg

2 Broke Girls // Saison 1. Episodes 2 à 12.

BILAN

En septembre dernier débutait une toute nouvelle sitcom sur l’antenne de CBS aux Etats Unis et le moins que l’on puisse dire c’est que la chaîne a tout fait pour que la série fonctionne (lancement derrière le retour de Two & a Half Men nouvelle version, et canon avec plus de 19 millions de curieux). Elle s’est par la suite retrouvée en sandwich entre la dernière saison calamiteuse de How I Met Your Mother et la nouvelle saison de Two & a Half Men les lundis à 20h30, une case où la série va briller et redonner le sourire à CBS qui perdait espoir avec le lancement de multiples sitcoms dans cette case… sans réel grand succès. 2 Broke Girls c’est une histoire simpliste, celle de deux filles fauchées qui veulent faire un business de cupcake, sauf que pour ça, il faut avoir de l’argent. L’une a toujours tenté de survivre de ses petits boulots et l’autre au contraire était issue des beaux quartiers jusqu’au jour où elle a quitté le cocon familial.

2-broke-girls-saison-1-serie-americaine-creee-par-michael-p.jpg

Outre l’histoire simpliste, la série ne passe pas des minutes à nous expliquer ses blagues, elle y va de but en blanc. Et c’est sûrement ce qui fait son succès, son franc parlé, sans langue de bois. Le dernier épisode en date est d’ailleurs un modèle du genre, tour à tour léchant des blagues de mauvais goûts pour certains mais terriblement drôles pour ceux qui comme moi sont bons publics. Car c’est croustillant cette série. Bon, peut être pas autant que les paquets de chips que Kat Dennings doit manger tous les jours mais c’est en tout cas vraiment sympathique. Et puis 2 Broke Girls n’est pas là pour nous caresser dans le sens du poil et nous brosser, on est là pour rire et pour prendre une bonne poilade. Les douze premiers épisodes sont inégaux, il y a quelques personnages que je n’aime pas trop, à l’instar de Earl, le caissier. Ce personnage pourrait être sympathique mais il ne sert clairement à rien, même pas à tempérer les blagues qui sont faites, ou bien à dénigrer nos deux héroïnes. Rien que son histoire de CD m’a fait beaucoup de mal. Bref, vous l’aurez compris c’est une grosse faiblesse de la série.

Car si l’on suit 2 Broke Girls c’est à la fois pour les cuissots de Kat Dennings alias Max, et la poitrine chalande de Beth Behrs alias Caroline. Et puis les blagues écrites par Whitney Cummings et Michael Patrick King. Ce dernier a fait ses armes avec Sex & The City (permettez moi d’oublier sa participation au fiasco de la bouse de l’an dernier : Sex & The City le film 2). Whitney Cummings est une toute nouvelle sur le marché, mais déjà bien intéressante. Whitney, sa série sur NBC est une sitcom que j’ai encore à découvrir car malgré un pilote passable, parait-il que la série est devenue bien meilleure. Pour en revenir à 2 Broke Girls, derrière cette sitcom aux décors vieillots et aux couleurs pas vraiment attrayantes se cache une série au grand cœur au final, mais qui sait blaguer sur n’importe qui. Car dans 2 Broke Girls tout est sujet à rire. C’est peut être ça qui permet de nous faire adhérer à ce qu’elle nous raconter. Et puis elle parle aussi du quotidien, des galères de la vie, aussi bien au travail qu’en amour. C’est parfois tout con mais ça fonctionne.

2-broke-girls.jpg

Au fond, on ne demande pas des tonnes de trucs à 2 Broke Girls, juste de nous faire rire pendant 20 bonnes minutes et de nous faire oublier que le quotidien là dehors, il est moins rose qu’il n’y parait. C’est une sorte de porte de sortie, d’échappatoire efficace et parfois même succulente (ce n’est pas la couleur ravioli à la sauce tomate des uniformes de nos deux serveuses qui vont me contredire). Je pourrais aussi dire du mal de tous les personnages masculins de la série entre le cliché gay ambulant sans vraiment être gay mais il manque de neutralité à ce niveau là, le cuisinier pervers qui n’a qu’une envie : glisser des saucisses chaudes… chez Max, Johnny le petit nouveau qui apparaît en cours de saison sous les traits d’un Nick Zano – Brad Pitt clodo like – et pas vraiment drôle. La série fonctionne donc pour la répartie de ses deux héroïnes et surtout le dynamisme des personnages féminins. Cette série est féministe au fond, car elle castre les hommes (on voit très bien que dans chaque épisode Max va rabaisser un homme, aussi bien un client un peu trop aguicheur qu’un petit ami).

Bref, vous l’aurez compris 2 Broke Girls est une série à voir cette saison, qui malgré son imperfection, jouant parfois un peu trop dans l’excès, ou parfois pas suffisamment. Le dosage n’est pas parfait et la série non plus, j’attends de voir ce que la suite vous bien pouvoir nous livrer car je pense qu’il y a encore pas mal de choses à raconter et nous deux amies qui n’avaient rien en commun (on joue donc sur le principe de l’alliance de deux personnages de culture et d’appartenance sociétale différence), vont finalement se retrouver à sympathiser et à partager une amitié que personne n’attendait. C’est peut être aussi la force de la sitcom, cette amitié, une amitié contre la misère.

Note : 6.5/10. En bref, pour le moment c’est sympathique, et assez frais, ça se regarde sans problème. Sans conteste une sitcom à voir cette saison rien que pour son côté féministe assumé et protubérant.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines