Magazine France

Der Spiegel parle de Provocation de Paris au sujet du meeting Merkel Sarkozy

Publié le 03 mars 2008 par Torapamavoa Torapamavoa Nicolas @torapamavoa


Der Spiegel parle de Provocation de Paris au sujet du meeting Merkel Sarkozy de cette semaine

lire la suite pour la version anglaise.


"Mais Merkel avait à peine assis devant son hôte l'informait que leur temps était révolu. Il a dit qu'il avait prévu une conférence de presse et que les journalistes étaient déjà attendaient dehors. Mais, Merkel a dit, nous avons seulement eu la chance de parler de trois ou quatre questions. Non, non, Sarkozy a répondu, il avait prévu tout très soigneusement. Ce serait génial. "

**



Traduction automatique Google :
Mais Merkel avait à peine assis devant son hôte sauté de l'informait que leur temps était révolu. Il a dit qu'il avait prévu une conférence de presse et que les journalistes étaient déjà attendaient dehors. Mais, Merkel a dit, nous avons seulement eu la chance de parler de trois ou quatre questions. Non, non, Sarkozy a répondu, il avait prévu tout très soigneusement. Ce serait génial.
Sur ce, Sarkozy a transformé le tout premier échange entre les pays des futurs dirigeants en un PR événement. Et maintenant, avec Sarkozy ayant été en fonction pendant moins d'un an, les craintes que l'homme en charge au Elysée n'est pas complètement fiables ont été confirmés. Il a été très longtemps car un président français a tellement rude épreuve la patience du gouvernement allemand.
Tout sauf facile à partir d'une perspective allemande
Il ne s'agit pas tant de l'auto-promotion qui semble conduire Sarkozy en matière de politique étrangère - les fonctionnaires à la chancellerie et au ministère des Affaires étrangères à Berlin s'est habitué à ça. Par exemple, il a affirmé que l'UE trouve un traité de Lisbonne s'est produit principalement en raison de son supérieur aux techniques de négociation. Il a également fait en sorte que le monde savait qu'il était seul à remercier pour la libération des cinq infirmières bulgares des prisons libyennes depuis l'été dernier. Sarkozy se plaît à appeler la «grande amitié» qui unit insiste-t-il avec lui "chère Angela", mais ce qu'il a dit et fait ensuite est souvent loin d'être convivial, au moins d'un point de vue allemand.
Du magazine
Découvrez comment vous pouvez réimprimer DER SPIEGEL cet article dans votre publication. Mais aujourd'hui, Nicolas Sarkozy a vraiment l'impulsivité, les Allemands furieux. Beaucoup de Berlin maintenant se demander si il est à tous les intéressés par de bonnes relations avec son voisin allemand après qu'il eut annulé une rencontre prévue de longue date avec Merkel dans la ville bavaroise de Straubing, initialement prévue pour le lundi. Sarkozy, son entourage a dit, n'a pas pu assister à la réunion en raison de son "calendrier surréservé», comme si une rencontre avec le chancelier allemand avait quelques événement mineur. Pendant ce temps, Sarkozy s'est rendu à l'Afrique du Sud, comme prévu, et il semble avoir trouvé assez de place sur wiggle son calendrier pour une excursion vers le Tchad. Au lieu de la Straubing sommet, les deux se réunira le lundi soir à Hanovre pour un bref dîner de travail après l'ouverture du salon informatique CeBIT.
Un tête-à-tête entre le ministre allemand des Finances Peer Steinbrück, et son homologue français Christine Lagarde, qui avait été prévue pour mardi dernier, ont également dû être annulés. Sarkozy, qui avait prévu de dernière minute des visites à un certain nombre d'usines dans la campagne française, voulait Lagarde à l'accompagner au lieu.
Aucun Clarification
Mais il ne s'agit pas de rendez-vous des livres qui ont été récemment en désaccord. Le président français n'a pas prouvé gênées de réflexion sur le front de la politique étrangère. Mais la plupart de ses idées sont reçues à Berlin comme des provocations. Un exemple en est sa proposition de créer un syndicat Méditerranée (suite. ..) qui permettrait de renforcer les liens avec l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient nations. Diplomates allemands y voient une tentative de créer un sous domination française, de second rang UE comme un contrepoids à l'expansion de l'UE en Europe orientale, qui bénéficie des Allemands géographiquement. Jusqu'ici, les Français ont évité expliquant ce qui, exactement, ils envisagent, et même une visite du conseiller du président Henri Guaino à la mi-février fourni aucun éclaircissement.
REUTERS
Berlin n'est pas un fan de Sarkozy méditerranéenne de l'Union.
Nicolas Sarkozy dernières initiatives sont de la politique étrangère de la variété, qui est déjà un sujet difficile pour Merkel compte tenu de la controverse au sujet de l'allemand opérations militaires de l'Afghanistan. Quand la France assume la présidence tournante UE en juillet, Sarkozy va lancer une véritable éruption d'idées - de promouvoir davantage la sécurité énergétique, un environnement plus propre et une meilleure intégration des immigrants. Mais le plus important point de son agence sera la question de savoir comment l'Europe peut mieux se protéger contre ses ennemis.
Jusqu'à présent, les contours exacts restent vagues, mais à en juger par ce que l'on a fui à Bruxelles jusqu'ici, le Français a agité de grands projets. Par exemple, Sarkozy veut reconfigurer complètement les structures de défense de l'UE. Si le président a sa manière, les six plus grands pays - Allemagne, France, Grande-Bretagne, l'Italie, l'Espagne et la Pologne - vont unir leurs forces pour former un groupe d'élite. Il envisage une base militaire européenne - un peu comme la zone euro avec sa monnaie ou de l'accord de Schengen, qui garantit frontières de voyage.
Les plans pour une force de combat combinés sont déjà bien long. Chacun des six Etats membres devraient fournir 10000 hommes, un effort qui éclipse tous les conjoints des forces de combat à ce jour. L'idée, cependant, n'est guère nouveau. Déjà en 1999, l'UE a accepté de former une armée de 60000 hommes Force européenne de réaction rapide, mais le plan petered en raison d'une participation insuffisante.
Pas avantageux pour les partenaires de l'UE
Comme alternative, l'UE a décidé d'établir des "groupes de combat" de 1500 hommes chacun, qui, sous l'impulsion des Français et des Britanniques, ont été essentiellement destinés à des missions en Afrique. Mais le programme n'a jamais été un vrai succès, qui souffre d'une pénurie chronique d'effectifs, parce que, encore une fois, quelques-uns des partenaires de l'Union européenne sont intéressés par une participation.
Pour Sarkozy, il ya deux raisons principales à promouvoir un militaire européenne. Ce plan rend plus facile pour lui de ré-intégrer pleinement la France dans l'OTAN, dont il a déclaré être un objectif important de sa présidence. Elle lui permettrait également obtenir d'autres nations à bord pour les excursions militaires en France's anciennes colonies africaines - le soutien dont il aurait besoin lors, comme il le prévoit, de la taille de l'armée française est réduite.
Il est évident que ce ne serait pas arrivé à bon marché pour ses partenaires de l'UE, mais qui semble être une préoccupation secondaire pour Sarkozy. Selon le plan français, chacun des "Big Six" serait nécessaire de consacrer 2 pour cent de son produit intérieur brut à l'effort militaire. Mais, au delà de la France et la Grande-Bretagne, les quatre autres pays envisagé pour les six nation la base militaire actuellement dépensent moins en défense. L'Allemagne, par exemple, ne consacre que 1,2 pour cent du PIB pour ses militaires. Dans le climat actuel, il est difficile d'imaginer que la majorité au parlement allemand serait favorable à l'expansion actuelle du pays défense budget de € 29 milliards ($ 43,5 milliards) à l'€ 50 milliards ($ 75 milliards), le plan français aurait besoin. Berlin a toujours refusé de revendications similaires en provenance de Washington.
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à Spiegel Online quotidien de la newsletter et obtenir le meilleur de Der Spiegel et Spiegel Online international de la couverture dans votre vie quotidienne Au-Box.
La situation à l'OTAN est un exemple typique de la façon dont désinhibée - certains diront irréfléchis - les Français sont dans la poursuite de leurs intérêts en Europe. Il ne sait pas encore comment l'armée française, qui a quitté la structure militaire de l'alliance en 1966 à l'instigation du président Charles de Gaulle, pourraient être réintégrés aujourd'hui. Néanmoins, les équipes de reconnaissance militaire français sont déjà au dépistage, le terrain des centres de commandement de l'OTAN afin de déterminer lequel des 16000 positions qu'ils pourraient remplir de leur propre peuple à l'avenir. Ce faisant, ils ont clairement indiqué que leur président ne seront pas satisfaits de troisième ou quatrième rang positions.
Depuis la création de l'alliance a été créé près de 60 ans, un général américain a toujours tenu la première position de commandant suprême des forces alliées en Europe ou le SACEUR. Au Mons, en Belgique le siège de John Craddock, qui occupe actuellement le poste, un Britannique sert de son adjoint et un Allemand qui effectue la tâche exigeante de chef d'état-major. Tous les trois officiers au rang de général à quatre étoiles.
Un officier allemand récemment demandé à l'armée française Chef d'état-major Jean-Louis Georgelin si Paris, en retour, d'avoir accepté de revenir au bercail de l'OTAN, ne demande qu'une seconde, le français adjoint être installé. "Que voulez-vous dire, 'adjoint?" A répondu le Français. «Je veux être le SACEUR!"
Traduit de l'allemand par Christopher Sultan
Version anglaise ci dessous
But Merkel had hardly sat down before her host jumped up and informed her that their time was up. He said that he had scheduled a press conference and that the journalists were already waiting outside. But, Merkel said, we've only had a chance to talk about three or four issues. No, no, Sarkozy replied, he had planned everything quite thoroughly. It would be great.
With that, Sarkozy transformed the first-ever exchange between the countries' future leaders into a PR event. And now, with Sarkozy having been in office for less than a year, fears that the man in charge at Elysée Palace isn't completely reliable have been confirmed. It has been a long time since a French president has so sorely tested the patience of the German government.
Anything but Friendly from a German Perspective
It's not so much the self-promotion that seems to drive Sarkozy's foreign policy -- officials at the chancellery and at the foreign ministry in Berlin have become used to that. For instance, he claimed that the EU's new Lisbon Treaty came about mainly due to his superior negotiating skills. He also made sure the world was aware that he alone was to thank for the release of five Bulgarian nurses from Libyan prisons last summer. Sarkozy likes to invoke the "great friendship" that he insists unites him with "dear Angela," but what he then says and does is often anything but friendly, at least from a German perspective.
FROM THE MAGAZINE
Find out how you can reprint this DER SPIEGEL article in your publication. But now Sarkozy's impulsiveness has truly infuriated the Germans. Many in Berlin now wonder if he is at all interested in good relations with his German neighbors after he cancelled a long-planned meeting with Merkel in the Bavarian town of Straubing, originally scheduled to take place on Monday. Sarkozy, his aides said, was unable to attend the meeting because of his "overbooked schedule," as if a meeting with the German chancellor were some minor event. Meanwhile, Sarkozy traveled to South Africa, as planned, and he apparently found enough wiggle room on his calendar for an excursion to Chad. Instead of the Straubing summit, the two will meet on Monday night in Hanover for a brief working dinner after opening the IT trade fair CeBIT together.
A tête-à-tête between German Finance Minister Peer Steinbrück and his French counterpart Christine Lagarde, which had been scheduled for last Tuesday, also had to be cancelled. Sarkozy, who had scheduled last-minute visits to a number of factories in the French countryside, wanted Lagarde to accompany him instead.
No Clarification
But it's not just appointment books that have recently been at odds. The French president has not proven shy about brainstorming on the foreign policy front. But most of his ideas are received in Berlin as provocations. One example is his proposal to establish a Mediterranean union (more...) that would strengthen ties with North African and Middle Eastern nations. German diplomats see it as an attempt to establish a French-dominated, second-tier EU as a counterweight to the EU's expansion into Eastern Europe, which benefits the Germans geographically. So far the French have avoided explaining what, exactly, they envision, and even a visit by presidential advisor Henri Guaino in mid-February provided no clarification.
REUTERS
Berlin is not a fan of Sarkozy's Mediterranean union.
Sarkozy's latest initiatives are of the foreign policy variety, already a difficult topic for Merkel given the controversy over the German military's Afghanistan operations. When France assumes the rotating EU presidency in July, Sarkozy will launch a veritable eruption of ideas -- promoting more energy security, a cleaner environment and better integration of immigrants. But the most important item on his agency will be the question of how Europe can better protect itself against its enemies.
So far, the exact contours remain vague, but judging by what has been leaked in Brussels so far, the restless Frenchman has big plans. For example, Sarkozy wants to completely reconfigure the EU's defense structures. If the president has his way, the organization's six biggest countries -- Germany, France, Great Britain, Italy, Spain and Poland -- will join forces to form an elite group. He envisions a European military core -- not unlike the euro zone with its shared currency or the Schengen Agreement which guarantees borderless travel.
The plans for a combined fighting force are already well along. Each of the six member states would provide 10,000 troops, an effort that would eclipse all joint combat forces to date. The idea, though, is hardly new. As far back as 1999, the EU agreed to form a 60,000-man military European Rapid Reaction Force, but the plan petered out due to insufficient participation.
Not Cheap for EU Partners
As an alternative, the EU decided to establish "Battle Groups" consisting of 1,500 troops each, which, at the urging of the French and the British, were intended primarily for missions in Africa. But the program has never been a true success, suffering from chronic staffing shortages because, again, few of the EU partners are interested in participating.
For Sarkozy, there are two main reasons to promote a European military. The plan makes it easier for him to fully re-integrate France into NATO, which he has declared to be an important goal of his presidency. It would also help him get other nations on board for military excursions in France's former African colonies -- support he would need when, as he plans, the size of the French army is reduced.
Clearly this would not come cheaply for his EU partners, but that appears to be a secondary concern for Sarkozy. According to the French plan, each of the "Big Six" would be required to devote 2 percent of its gross domestic product to the military effort. But aside from France and Great Britain, the other four countries envisioned for the six-nation military core currently spend less on defense. Germany, for example, spends only 1.2 percent of GDP on its military. In the current climate, it is hard to imagine that a majority in the German parliament would support expanding the country's current defense budget of €29 billion ($43.5 billion) to the €50 billion ($75 billion) the French plan would require. Berlin has consistently rejected similar demands from Washington.
NEWSLETTER
Sign up for Spiegel Online's daily newsletter and get the best of Der Spiegel's and Spiegel Online's international coverage in your In- Box everyday.
The situation at NATO is a case in point for how uninhibited -- some would say inconsiderate -- the French are in pursuing their interests in Europe. It remains unclear how the French military, which left the military structure of the alliance in 1966 at the behest of then President Charles de Gaulle, could be reintegrated today. Nevertheless, French military reconnaissance teams are already scouting the terrain at NATO command centers to determine which of the 16,000 positions they could fill with their own people in the future. In doing so, they have made it clear that their president will not be satisfied with third- or fourth-tier positions.
Since the alliance was established close to 60 years ago, a US general has traditionally held the top position of Supreme Allied Commander Europe, or SACEUR. At the Mons, Belgium headquarters of John Craddock, who currently holds the position, a Briton serves as his deputy and a German performs the demanding task of chief of staff. All three officers hold the rank of a four-star general.
A German officer recently asked French Army Chief of Staff Jean-Louis Georgelin whether Paris, in return for agreeing to return to the NATO fold, would demand that a second, French deputy be installed. "What do you mean, 'deputy?'" the Frenchman replied. "I want to be SACEUR!"
Translated from the German by Christopher Sultan
http://www.spiegel.de/international/germany/0,1518,539003,00.html
http://torapamavoa.blogspot.com

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :