Magazine Séries

Lost : 4.05 The Constant

Publié le 04 mars 2008 par Nicolas Dumont

Diffusion originale : 28/02/2008

Chaîne : ABC

Audience : 12,85 millions

lost_405

          Oh my god ! Voilà ce qui nous vient en premier à la bouche au sortir de cet épisode. "Oh mon dieu" pour ceux qui verront cet épisode en version française. Un épisode atypique dont on ne sait trop quoi penser. Essayons de reprendre nos esprits et de réfléchir calmement.

          Un épisode entièrement centré sur Desmond. Un des tout meilleurs personnages de la série qui n'a jamais déçu, que ce soit par ses actions sur l'île ou son intrigue lorsqu'un épisode était centré sur lui. On se souviendra notamment de l'excellent épisode dans lequel il prédit la mort prochaine de Charlie lors de la saison 3. Un épisode temporellement décalé qui nous avait déja fait poser beaucoup de questions à l'époque. Que dire de cet épisode-ci alors...

          La saison 4 n'est pas là pour ralentir le rythme, on l'a remarqué depuis le début. On n'attend donc pas 1000 épisodes avant de revoir nos deux compères, Sayid et Desmond, partis à la recherche du bateau à bord de l'hélicoptère. L'île a de gros problèmes de faille spatio-temporelle, on s'en doutait depuis le début. On en a en tout cas ici la confirmation puisque lors du trajet, Desmond devient comme fou, ne reconnaissant ni les personnes autour de lui ni l'endroit où il se trouve. On le retrouve se réveillant brutalement d'un lit à l'armée. Flash-back ou flash-forward ? Pendant un instant, on est un peu perdus mais on finit par comprendre le principe diaboliquement génial qui régit tout l'épisode : son esprit saute d'une période à l'autre, il se retrouve subitement 8 ans auparavant en 1996 et repart tout aussi vite en 2004, avec des durées qui ne correspondent pas dans les deux mondes. Alors que Lost avait débuté par des flash-back avant de passer cette saison à des flash-forward, la série réussit ici le tour de force ultime : faire un mix des deux. Diaboliquement trouvé. Fichtrement bien exploité.

          Et pourtant, ce n'était pas gagné d'avance. Le concept du voyage dans le temps a déjà été exploité à maintes reprises dans d'autres films ou séries. Mais c'est ici utilisé de manière totalement novatrice tout en arrivant à s'intégrer parfaitement à la trame de Lost. Le corps de Desmond ne bouge pas, c'est son esprit qui voyage. Je ne suis pourtant pas adepte de la science-fiction et je n'aimerais pas que Lost bascule trop de ce côté-là. Mais ici, de manière modérée, c'est une merveille. On est en tout cas bien loin du concept de base de Lost qui était un Koh-Lanta scénarisé avec un méchant monstre et dont la survie était l'objectif principal. C'est à peine si on voit ici l'île et les préoccupations sont tout autres.

          Desmond devient donc comme fou. Il ne comprend pas ce qui lui arrive. Il n'est pourtant pas le seul à souffrir du même mal. Le fameux Minkowski a lui aussi le même problème. Un personnage qu'ils rencontrent dans l'infirmerie du bateau dans laquelle ils ont été enfermés par les membres de l'équipage. Autant les 4 recrues sur l'île ne semblent pas dangereuses, autant les personnes sur le bateau semblent bien plus hostiles. Pourquoi refusent-ils de laisser Desmond parler à Daniel par téléphone ? Et qui a cassé le système de communication ? Michaël peut-être. Mais qui est venu leur ouvrir la porte pour qu'il s'échappe ? Encore pas mal de questions...

          La seule manière pour Desmond de retrouver la raison est de trouver une constante. Un élément qu'il peut cotoyer dans les deux univers. Un élément ou...une personne. Inévitablement, c'est bien évidemment Penny qui va lui sauver la mise. Daniel dit donc au Desmond de 2004 qu'il doit la retrouver. Pour cela, Desmond doit aller trouver le Daniel de 1996 et lui donner certaine sinformations que le Daniel de 2004 lui donne. Tordu n'est-ce pas ? D'autant que l'on peut voir les choses de deux manières distinctes. Soit on suit le Desmond de 2004 qui part dans le passé pour aller chercher une info et changer la trame de celui-ci. Ce qui voudrait donc dire que Daniel le connaissait en arrivant sur l'île. Enfin, il ne le connaissait pas vraiment puisque ce passé n'a été changé qu'après leur rencontre. La phrase sur le carnet de Daniel se serait alors écrite toute seule seulement maintenant. Il ne fait en tout cas pas que revisiter le passé sans rien y changer puisque Penny se souvient qu'il devait l'appeler à cette date là. Soit ceci s'est réllement passé en 1996 mais ils ne se sont pas reconnus (faut dire que ça le change les cheveux courts et sans barbe). Parce que pour que Desmond puisse être sa constante, il faut forcément qu'il l'ait connu 8 ans auparavant. Ca explique en tout cas le test de mémoire de la semaine passée avec les cartes. Daniel croit-il être atteint du même mal ? Possible puisqu'il remplit les deux conditions : avoir été longuement exposé aux radiations et avoir fait le trajet monde extérieur-île. Si il est atteint, il perd donc la mémoire, c'est pourquoi il procède au test avec les cartes et qu'il ne reconnaît pas Desmond.

          On comprend maintenant mieux la capacité de Desmond à voir les choses dans le futur. Il aurait acquis cette habilité de cette expérience. Quoique, il l'a depuis la saison passée. Or tout ceci vient seulement d'arriver. A moins que l'on ne considère qu'il a changé le passé de 1996 et que donc, maintenant que le passé est changé,  il a acquis cette capacité depuis ce moment-là. Pfff, éprouvant pour le cerveau.

          Un élément qui fait plaisir, c'est de revoir le père de Penny lors du voyage de Desmond en 1996. Ca faisait longtemps et ce n'est certainement pas un hasard. Pas un hasard non plus qu'il achète lors d'une vente aux enchères le carnet de bord d'un bateau nommé "Black Rock". Il doit certainement avoir un rôle important. Ce qui voudrait dire que les scénaristes maîtrisent cela depuis le début.

          Le dialogue final entre Desmond et Penny est réellement poignant. Là où on aurait pu avoir une scène gnan-gnan à la limite du ridicule, on est ici émus par les deux acteurs dont l'interprétation est irréprochable. A sa place, j'en aurais tout de même profité pour essayer de tirer quelques informations sachant que la batteire était limitée...Il sait en tout cas maintenant que Penny est à sa recherche.

                        *************************************************************************

         Au final, un épisode totalement atypique de Lost. Bouleversifiant ! On en sort la tête et le cerveau tout retournés. La maîtrise du voyage dans le temps est irréprochable et peut être vue sous plusieurs aspects. Un mix entre flash-back et flash-forward nous plongeant dans une confusion temporelle totale. Un tour de force admirable ! Ca ne fera pas de mal de procéder à un second visionnage. Tout se passe pour ainsi dire sur le bateau, très peu de passages sur l'île, ce qui veut dire que le pauvre Miles a encore sa grenade en bouche. Néanmoins, je suis un peu mitigé car je n'aimerais pas que Lost prenne trop la direction de la science-fiction. De plus, on ne peut pas dire que l'on apprenne énormément de choses lors de cet épisode. Très bon tout de même.

                        **************************************************************************


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (3)

Par Squall
posté le 05 mars à 21:14
Signaler un abus

Merci pour ton commentaire Civo ;) Si tu veux la prochaine fois, poste-le sur le blog directement, c'est plus pratique pour tout le monde. Un dialogue de fin qui est très poignant et qui est interprété de fort belle manière, c'est vrai. C'est un couple autrement plus intéressant que Kate/Jack par exemple.

Par Gratinée
posté le 05 mars à 11:16
Signaler un abus

Très bon article et très bonne analyse... Tu soulèves un point que j'avais complètement zappé à savoir celui du test mémoire des cartes de Faraday ! On comprend bien à la fin que Daniel a besoin d'une constante et qu'il doit la garder en vie et donc obliger Desmond à retrouver Penny. Cependant se sachant lui-même touché par ces voyages dans le temps, n'a-t-il pas joué avec Desmond ? Lui a-t-il vraiment fait faire ce qu'il devait ? Et une question que je me pose également : pourquoi la sonde a-t-elle mis 30 minutes pour faire le trajet bâteau-île alors que l'hélicoptère semble être affecté par un temps de voyage beaucoup plus long (d'après ce que dit Sayid) ?

Par civo
posté le 04 mars à 23:23
Signaler un abus

La narration déjà révolutionnaire concernant le personnage de Desmond rejoint finalement la poésie et l'émotion sans pathos dans ce superbe épisode. On ne peut s'empêcher de penser un peu au sublime "eternal sunshine of a spotless mind" de Gondry, mais sans taquinerie aucune ! Le dialogue climax entre Penny et Desmond est vraiment bouleversant, inspiré de vérité, soutenu par une bande son violon poignante de perfection... Un magnifique épisode ! Parce qu'il est aussi et avant tout une histoire à lui tout seul. Le très haut du panier LOST ! Vraiment !

A propos de l’auteur


Nicolas Dumont 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines