Magazine

Elections municipales et cantonales 2008 : les drôles de campagne !

Publié le 03 mars 2008 par Ghyamphy

edfb15eda5e904e75f7969bce06e79cd.jpg 

Les élections municipales et cantonales sont plus que jamais devant nous ! L'heure du choix va donc bientôt sonner !

Le paysage électoral parait comme désenchanté. Il faudra beaucoup se forcer pour réaliser le 9 et 16 mars son devoir de Citoyen.

Dans de nombreuses villes de France des alliances de circonstances se sont nouées pour grosso modo reconduire les mêmes. Les programmes sont dans l'air du temps, concentré sur la question des transports, de l'attractivité économique et de l'environnement. La critique adressée au pouvoir en place est omniprésente et se dessine en filigrane. C'est de bonne guerre mais c'est aussi facile.

J'ai la conviction qu'à ce jour il est bien difficile de prédire un quelconque résultat à mettre au crédit de tel ou tel camp de l'échiquier politique.

Pour la ville dans laquelle je réside le plus souvent j'observe une augmentation sensible du nombre de listes (PS, Modem, MPF, LCR, LO, UMP, Verts,...).

Quel enseignement en tirer ?

1/ Quand la politique se fait loin des citoyens et que ceux-ci ne semblent pas se sentir concernés par elle, elle devient l'affaire des appareils politiques. Ils entendent donc  être tous sur la ligne de départ. La nature a horreur du vide !

2/ Pour ce qui concerne la gauche, je crois que la stratégie électorale qui aurait consisté à rassembler sur un projet a échouée. En place et lieu nous avons une collection d'individualités qui s'agrègent. Pour quoi faire, il est bien difficile de le savoir. Nous verrons donc.

Au plan national, ces élections municipales et cantonales permettront de mesurer la pertinence du nouveau jeu d'alliance que le PS entend mettre en oeuvre au long cours avec le Modem ou plus précisément les Modem. D'ailleurs j'attire l'attention sur le fait que cette nouvelle alliance ne se nourrit que du dévissage sévère que Nicolas Sarkozy connaît dans les sondages. Elle n'est que de circonstance électorale or la politique ne saurait se réduire à un jeu tactique.

Par ailleurs, il est à présagé que la miraculeuse popularité de François Fillon à quelques jours du premier tour des élections, parce qu'il ne dit rien, préservera l'UMP d'un désastre trop souvent annoncé.

Mon sentiment est que la politique que nous connaissons aujourd'hui au plan national comme au plan des territoires manque à ses devoirs : la pauvreté grandissante est partout !

Enfin je pense pas que ces élections auront la valeur d'une sanction pour le pouvoir en place. A tout le moins chacun pourra constater que celles et ceux qui se partagent le pouvoir depuis tant d'années sont bien loin de conduire utilement la politique de la Nation et qu'ils se rassemblent en vase clos pour ne rien changer.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ghyamphy 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte