Magazine Humour

Un soldat allemand blessé

Publié le 01 janvier 2012 par Puccino

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, un soldat allemand s’égare pendant une patrouille.
La nuit tombe… et sans lumière, il ère un bon moment avant d’apercevoir une porte qui se ferme sur la lueur d’une bougie.
Il frappe à cette porte et demande :
- Hallo, hallo ? Ezz K’il y a guelgu’un bour m’aider ?
Une voix enfantine lui répond :
- Oui, il y avions moi, le Françoué. Mais je n’étions qu’un p’tiot. Et je dois pas parler aux Boches.
- Ach ! fait l’Allemand, en souriant. Cheux gombrends pien. Mais cheux bourrait foir ton bère ?
- Mon père, il est point là. Il est parti quand ma maman est arrivée.
- Alors Abbelle deine mutter.
- Ma mère, elle est partie quand mon grand-père est arrivé.
- Ach ! Alors, dis à don grand-bère ke cheux zuis là.
- Mon grand-père, il est parti quand ma grand-mère est arrivée.
L’allemand commence à s’impatienter :
- Scheisse ! Abbelle la fieille alors !
- Mémé, elle est partie quand moi, je suis arrivé.
- Mein Gott ! Mais fous n’êtes donc chamais enzemble dans zette foutue baraque ?!
- Si, répond le gosse. A la maison… Ici, c’est les chiottes.

Proposé par gg


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Puccino 4118 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine