Magazine Finances

Fiscalité, ce qui change en 2012

Publié le 01 janvier 2012 par Ptimek

Avec les multiples plans d’austérité préparés par nos gouvernants et les budgets votés puis révisés puis revotés qui vont avec, de nombreux postes de dépense des ménages vont se voit allourdir dès le 1er janvier 2012. Voici un tour d’horizon de ce qui nous attend après les 12 coups de minuit …

Avec un peu plus de 16 milliards de recettes escomptées avec des hausses d’impôts déguisées, le gouvernement serre un peu plus encore la ceinture de la sacro-sainte « classe moyenne ». Entre hausse de la TVA à taux réduit, CSG, taxes diverses, on se dirige désormais vers un taux de prélèvements obligatoires de 44,8% du PIB, soit sont plus haut niveau depuis plus de 10 ans. La situation ne va pas s’arranger car les estimations évoquent un nouveau record pour 2016 avec un taux de prélèvements obligatoires de 46% du PIB français. Bonne année 2012 !!

Impôt sur le revenu

Ici sont concernés le revenu des contribuables les plus aisés et le barème de l’impôt sur le revenu de tous.

Chaque année, ce fameux barème est révisé en se basant sur l’inflation observée. Or sans revalorisation de ce barème d’imposition en 2012, les français paieront mécaniquement plus d’impôt. En effet, l’impôt se verra donc augmenter autant que le taux d’inflation de l’année ce qui aura un impact direct sur le pouvoir d’achat des français. Le pire c’est que celui-ci à été gelé en 2012 mais aussi en 2013.

Concernant les plus aisés, ils se verront gratifier d’une hausse exceptionnelle de 3% et 4% supplémentaires sur la tranche d’imposition la plus élevée. On parle donc des personnes donc les revenus annuels dépassent les 250 000 euros (+3%) et de celles qui gagnent plus de 500 000 euros (4%). Cette hausse conjuguée est cencée rapporter 250 millions d’euros.

Hausse de la TVA a taux réduit

Mauvaise nouvelle donc pour les professions concernées par la désormais ancienne TVA à 5,5%. Celle-ci passe donc à 7% dès le 1er janvier.

Sont ainsi concernés : le bâtiment, l’hôtellerie / restauration, le livre, les services à la personne, les transports … Cette hausse de TVA touchera donc principalement les classes moyennes qui contribueront à l’effort de réduction des déficit à hauteur de 1,8 milliards d’euros.

Tabac, alcool …

Les produits dits néfastes pour la santé des français verront également leur taxe augmenter. Les Cigarettes, les sodas et les alcools fort (on ne touche pas au terroir viticole  SVP !) coûteront plus chers en 2012. Les fumeurs sont à n’en pas douter les vaches à lait préférées du fisc. Après une hausse de 6% en octobre dernier, c’est un nouveau +6% qui les attend en 2012, de quoi donner définitivement envie d’arrêter …ou de s’approvisionner hors du pays. Ces hausses de taxes devraient rapporter quelques 600 millions d’euros dans les caisses de l’Etat.

Assurances, gaz, électricité …

Cette fois on touche à des dépenses indispensables des français. Le Gaz prendra un temps d’avance avec un joli +4,4% dès le 1er janvier. L’électricité n’est pas en reste avec un +2,9% cumulé sur l’année. La dépense énergétique des français n’est donc pas prête de s’alléger. C’est d’autant plus dommageable que les aides pour passer à une énergie plus écologique sont elles aussi victime de l’austérité. Le gouvernement handicape donc une des filières industrielles qui aurait pu tirer la croissance en 2012.

Avec la multiplication des accidents et catastrophes naturelles, les assureurs vont eux aussi aller de leur augmentation. On vise ici les 5% de hausse sur les primes d’assurances auto, habitation, santé.

Immobilier et revenu du capital

La fiscalité immobilière se voit contrainte en 2012. Quand on pense immobilier c’est évidemment le dispositif Scellier qui revient. La réduction d’impôt de ce dispositif Scellier passe de 23% à seulement 13%. L’avantage devient désormais très faible, ce qui devrait pénaliser la construction de nouveaux logements.

La plus-value réalisée sur la vente d’une résidence secondaire est désormais exonérée …après 30 ans, au lieu de 15 ans jusqu’à maintenant ! Il faudra compter sur une taxation des plus-values plus restrictives (32,5% dans les 5 ans qui suivent l’achat puis barèmes dégressif jusqu’à 30 ans).

Le plus-values mobilières (placements financiers et boursiers) sont eux aussi dans le collimateur de l’Etat. La suppression du seuil de cession, l’augmentation du taux de prélèvement forfaitaire libératoire de 18% à 19% et la hausse des prélèvements sociaux de 12,3 % à 13,5 % sont les 3 axes préconisés par le gouvernement.

fiscalité 2012

Les calculs de vos impôts vont être un casse-tête en 2012

Le pire dans tout ça c’est que ces hausses de taxes et d’impôts pourraient ne pas suffire pour combler les déficits grandissants de notre Nation. Avec un taux de croissance sans cesse revu à la baisse pour 2012, l’austérité promise risque de se révéler être un coup d’épée dans l’eau. L’Etat devra à n’en pas douter revoir drastiquement son train de vie et les élections présidentielles devraient nous en dire un peu plus sur la suite de la gouvernance …


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ptimek 818 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine