Magazine Société

Augustine-Malvina BLANCHECOTTE : Les Larmes

Publié le 02 janvier 2012 par Unpeudetao

Si vous donnez le calme après tant de secousses,
Si vous couvrez d’oubli tant de maux dérobés,
Si vous lavez ma plaie et si vous êtes douces,
   Ô mes larmes, tombez !

Coulez ! coulez longtemps et sans mesurer l’heure ;
Laissez dans le sommeil mes esprits absorbés ;
La douleur est moins vive alors que l’âme pleure :
   Ô mes larmes, tombez !

Mais si comme autrefois vous êtes meurtrières,
Si vous rongez un coeur qui déjà brûle en soi,
N’ajoutez pas au mal, respectez mes paupières :
   Ô larmes, laissez-moi !

Oui, laissez-moi ! je sens ma peine plus cuisante,
Vous avez évoqué tous mes rêves perdus :
Pitié ! laissez mourir mon âme agonisante ;
   Larmes, ne tombez plus !

Augustine-Malvina BLANCHECOTTE (1830-1897), née Souville.

*****************************************************


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte