Magazine Santé

Même nos HORMONES gardent la mémoire – Inserm- Nature Communication

Publié le 03 janvier 2012 par Santelog @santelog

"Auriez-vous imaginé que nos glandes endocrines puissent avoir de la mémoire ?", nous demande Patrice Mollard, chercheur à l'Inserm (Université de Montpellier). Son équipe vient de montrer, en collaboration avec des chercheurs irlandais et britanniques qu'une famille de cellules endocrines qui régulent la lactation, s'organise en réseau lors du premier allaitement. Elles gardent, en quelque sorte, le souvenir de ce premier allaitement. Ces travaux, publiés dans l'édition du 3 janvier de la revue Nature montrent, pour la première fois, une forme de mémoire dans le système endocrinien.


Ces travaux menés sur l'hypophyse de la souris, montrent qu'en dehors du cerveau et des systèmes biologiques –qui s'adaptent aux conditions environnementales- le système endocrinien a aussi sa forme de mémoire. L'hypophyse était le modèle idéal pour vérifier cette hypothèse, nous explique l'inserm, car elle comprend des populations distinctes de cellules endocrines organisées en réseaux et qui régulent une multitude de fonctions physiologiques par la sécrétion de différentes hormones.


Même nos HORMONES gardent la mémoire – Inserm- Nature Communication
L'hypophyse a une mémoire : L'équipe de Patrice Mollard a tenté de déterminer si ces différents réseaux de cellules endocrines avaient aussi une capacité de mémorisation. Leur matériau de recherche, les cellules qui sécrètent la prolactine, l'hormone de la lactation, chez les souris. Par imagerie, les chercheurs ont étudié les interactions entre ces cellules, avant, pendant et après l'allaitement. Faiblement connectées avant, ces cellules intensifient leur communication pendant et, 3 mois après le sevrage, conservent leur réseau en place.


Cette mémoire de l'allaitement a une vocation, elle permettra une réponse plus coordonnée et plus efficace lors du prochain allaitement. Une découverte qui, selon les chercheurs, pourrait trouver des applications dans d'autres systèmes endocriniens comme celui des cellules bêta pancréatiques et le diabète.


Sources: Communiqué Inserm et Nature Communication « Existence of long-lasting experience-dependentplasticity in endocrine cell networks » (Visuel Inserm Cellules murines hypophysaires à prolactine avant, pendant et après l'allaitement)



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine