Magazine Politique

Difficile début d'année...

Publié le 03 janvier 2012 par Falconhill
Difficile début d'année...J’ai repris le boulot ce matin. Comme les profs. Mais je ne suis pas prof, juste un salarié qui n’aime jamais reprendre un lundi après ses vacances. Surtout quand il a bu comme un cochon le samedi soir…
C’était le début de l’année. Et forcément, tout le monde de venir me présenter les vœux. Bonané par ci, bonané par là. C’est bien. C’est le début de l’année. Bon, ça ne me dérange : j’ai la chance de travailler avec des gens que j’aime bien. Au pire que je ne déteste pas. Donc ça va.
Ce qui va moins, c’est quand l’année commence par des nouvelles dont on se passerait bien.
Déjà hier. Dernier jour de vacances, deuxième de l’année. Bon, le youpala de bébé Faucon a été monté par gentil papa, tant bien que mal mais il a été monté. Uncharted 3, en voilà un jeu qui est beau. Je l’ai commencé hier. Je le continuerai ce soir, en buvant un verre de Ballantine avec des glaçons dedans. Et puis la fin de Tiger & Bunny : quel grand dessin animé…
Et puis sur les coups de 14 heures, mon meilleur ami, témoin de mariage, qui fait soit dit en passant un des meilleurs vins de la région, qui appelle… Pour dire que son père est en train de mourir.
Et ce matin donc, à 7h40, un coup de fil au moment où je rentre dans mon bureau. Je vois son nom qui s’affiche, et me dit qu’il ne m’appelle pas pour me souhaiter une bonne reprise au travail…
Le soleil se levait derrière le Ventoux quand il m’a appris que son papa était mort dans la nuit… Il était effondré. Quand j’ai raccroché et que je me suis servi mon thé, je me suis rendu compte qu’en fait moi aussi…
Après, on lit ses mails reçus pendant ses vacances. On lit son courrier. Pas mal de mauvaises nouvelles là encore. Ou plutôt des contrariétés, parce que la mauvaise nouvelle, celle qui fait se dire que putain ça va être long 2012, je l’avais eu à 7h40.
Je passerai voir mon ami tout à l’heure. Comme je suis passé hier soir. Pour rien, parce que je ne ferai rien de plus. Oh, je sortirai sans doute une connerie. Du moins j’essaierai.
Et puis je rentrerai à la maison. Je ferais un bisou à Falconette. Je prendrai bébé Faucon dans mes bras. Je lui ferais faire l’avion, des roulades sur le lit. Peut être un prout-bidou. C’est bien, les prout-bidous. Ca fait rire bébé en tous cas.
Et puis rien. La journée se terminera. Il faudra tenter de rester positif. Mais là, de suite, j’ai un peu de mal…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Falconhill 1379 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines