Magazine Afrique

L’Afrique, terre promise des investisseurs

Publié le 03 janvier 2012 par Ameliepl

Dans un article publié par Next-Afrique (www.nextafrique.com), l’auteur, le journaliste nigérian Mfonobong Nsehe, invite les investisseurs étrangers à se précipiter en Afrique. En effet, dans un contexte de crise mondiale les économies africaines ont particulièrement bien résisté à la récession avec une croissance moyenne d’environ 5 % en 2011. Le FMI prévoit même une croissance de 6 % pour le continent en 2012. Ainsi, l’Afrique est-elle bien partie pour obtenir la 2ème plus forte croissance régionale dans le monde.
Outre cette croissance, l’Afrique dispose de plusieurs atouts pour attirer les investisseurs :
- un réservoir de main d’œuvre de mieux en mieux formée
- une hausse sensible du pouvoir d’achat
- l’émergence d’une classe moyenne qui compte aujourd’hui plus de 300 millions de personne selon la Banque Africaine de Développement
- une consommation en forte croissance qui devrait dépasser les 1 000 milliards de dollars en 2012 (source McKinsey Global Institute).
Dans ce contexte très favorable, l’auteur recommande d’investir dans cinq secteurs d’avenir :
- L’agriculture : selon McKinsey, le continent abrite 60 % du total mondial des terres arables non cultivées. Une chance pour l’Afrique puisqu’il faut nourrir une population mondiale en constante augmentation. Il existe donc une forte demande pour les engrais ou les semences et les industries de transformation.
- Le tourisme : l’Afrique devrait accueillir plus de 50 millions de touristes en 2012. Ils sont surtout concentrés sur l’Est de l’Afrique mais tous les pays disposent d’un fort potentiel touristique peu ou mal exploité.
- L’extraction des minéraux : la plupart des pays ont de vastes gisements de ressources minérales sous-exploitées par manque de moyens techniques et financiers.
- Les infrastructures : investir dans les infrastructures est essentiel à la croissance de l’Afrique. Le déficit dont elle souffre a des conséquences importantes dans le développement des activités. Face aux capacités d’investissement limitées des gouvernements, des partenariats public-privé doivent être mis en place dans le domaine de l’énergie, de l’eau, des routes et des voies ferrées.
- Les biens de grande consommation : les dépenses de consommation en Afrique devraient dépasser les 1 000 milliards de dollars et la nouvelle classe moyenne est avide de nouveaux produits. Les opportunités dans ce domaine sont nombreuses : alimentation, boissons, soins à la personne…
L’Afrique constitue aujourd’hui une chance pour les investisseurs étrangers. Mais c’est également une chance pour les Africains qui, grâce à ces investissements et à la croissance qu’elle engendra, pourront bénéficier d’un meilleur niveau de vie et de services adaptés à leurs besoins.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ameliepl 214 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte