Magazine

Eros (L'écrivain - la vie la mort 2)

Publié le 09 octobre 2007 par Jjplm5

   J'ai relu "La folie du jour" de Maurice Blanchot (je me permets de renvoyer le lecteur - ou la lectrice - au "billet" précédent). Je signale simplement - alors que d'autres considérations s'imposeraient avec au moins autant de force - que la toute première phrase de ce petit livre m'a retenu. Pourquoi dire-écrire : "Je ne suis ni savant ni ignorant"?

   Qui n'est ni savant ni ignorant? Qui ou quoi? Qu'est-ce donc qui commence ou recommence avec cette phrase déconcertante?

   Platon, "Le banquet" : "Entre savoir et ignorance (...) , Amour est intermédiaire" (trad. Léon Robin. Coll. La pléiade, Gallimard, p. 737). Il faut en dire plus. "Et maintenant, voici en quelle fortune Amour se trouve placé, en tant qu'il est fils d'Expédient et de Pauvreté. En premier lieu, toujours il est pauvre, et il s'en faut de beaucoup qu'ils soit délicat et beau comme la plupart des gens l'imaginent ; mais, bien plutôt, il est rude, malpropre ; un va-nu-pieds qui n'a point de domicile, toujours couchant à même la terre et sans couvertures, dormant à la belle étoile sur le pas des portes ou dans la rue ; tout cela parce que, ayant la nature de sa mère, il fait ménage avec l'indigence! Mais, en revanche, conformément à la nature de son père, il guette, embusqué, les choses qui sont belles et celles qui sont bonnes, car il est vaillant, aventureux, tendant toutes ses forces ; chasseur habile, ourdissant sans cesse quelque ruse ; curieux de pensée et riche d'idées expédientes, passant toute sa vie à philosopher ; habile comme sorcier, comme inventeur de philtres magiques, comme sophiste" (op.cit., pp 736-737). Passant toute sa vie à philosopher et - quelle honte! - habile comme sophiste (et même comme sorcier). Le "Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine" de Pierre Grimal (P.U.F.) note, à propos d'Eros (bien évidemment) : "...toujours en quête de son objet, comme Pauvreté, il sait toujours imaginer un moyen pour parvenir à son but (comme Expédient). Mais loin d'être un dieu tout puissant, c'est une force perpétuellement insatisfaite et inquiète".

   Passant toute sa vie à philosopher, habile comme sophiste, comme sorcier, et force perpétuellement insatisfaite et inquiète. Amour, décidément, est bien déroutant.Mais "je" ne suis ni savant ni ignorant.

P.S.

   Je n'ai pas voulu alourdir la lecture. Mais je ne tiens pas à passer sous silence ce que je dois ici à Christophe Bident ("Maurice Blanchot - Partenaire invisible", Champ Vallon, 1998) grâce à qui j'ai rouvert "Comment s'en sortir?" de Sarah Kofman - grâce à qui j'ai rouvert "Le banquet" de Platon (que je ne suis malheureusement pas capable de lire dans sa langue).

   "Expédient" traduit Poros. Entre autres significations : passage, voie de communication (par eau ou par terre), lit de mer, d'où la mer elle-même, pont, voie ou moyen pour arriver à un but, expédient, ressource, remède contre le malheur, action de passer à travers, trajet... (j'emploie, comme pour le mot suivant, le "Bailly").

   "Pauvreté" traduit Pénia, pauvreté, indigence.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jjplm5 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog