Magazine

Fillon sort ses poings!

Publié le 26 février 2008 par Dagrouik

Attention, éloignez les enfants, les objets fragiles. Fillon va faire une opération coup de poing contre les prix. Il faut lui expliquer que si on donne un coup de poing il faut bien viser: Un camembert ou un paquet de Yogourt ont un consistance molle, ça risque de faire sploutch! Encore une fois c'est une opération de communication: Ils vont faire du bruit médiatique, citer des exemples qui font pleurer dans les chaumières sans punir les coupables ou modifier les mécanismes en cause.


Les zozos de Bercy vont faire des opérations coup de poing chez les distributeurs. Ils ont de la chance ils ont un carrefour juste en face. Il faudra juste qu'ils fassent attention en traversant l'autoroute et la seine. Pour tout cela on peut leur conseiller de prendre l'avis de Panafieu qui s'y connait en voirie et en eau.

L'administration va vérifier les prix réels des produits alimentaires. On leur donne le résultat tout de suite: trop cher! Et on sait qui se goinfre: tous les intermédiaires entre le producteur et le consommateur. L'exemple du jambon est impressionnant, le prix du porc baisse, les producteurs couinent comme un vérat qu'on égorge. Et que découvre-t-on en rayon, le prix du jambon augmente. Nos super-enquêteurs vont donc  fournir "toute la transparence sur la part des hausses attribuables aux cours internationaux d'une part, et aux marges de transformation, d'intermédiation et de distribution, d'autre part" et ensuite ? "On va porter le fer là où ça fait mal", là c'est l'überpresident à 36% qui parle. Et tenez vous bien, il a tout compris. Pour lui les mécanismes c'est simple : Il y a quand même un lien entre le porc et le jambon, non? (...) Je ne suis pas un petit gars de la campagne mais quand même, c'est monté jusqu'à mon cerveau".

On va donc réveiller l'observatoire des prix et des marges crée en novembre 2007 et qui n'avait rien vu! Moi je propose qu'on les convoque et qu'on les licencie: Ils n'ont pas fait le travail. C'est évident non ? On se demande avec quels outils ils ont observé les prix et les marges. Mais d'ailleurs qui a crée ce truc et dans quel but. Il m'a suffit de fouiller dans mes mails pour retrouver la  e-Lettre du Gouvernement n° 84 du 9 novembre 2007. En voici un morceau de choix:

Christine Lagarde tablait donc sur une diminution des prix dans la grande distribution début 2008, et ce après avoir vu les distributeurs et les industriels. C'est encore en ligne sur le site du premier ministre. Voilà ce qu'elle osait affirmer:

Ensuite, une étape ultérieure permettra d’aller plus loin et de négocier les conditions générales de vente", "Je ne peux vous donner de chiffrage car c’est un examen qui se fait produit par produit, et l’observatoire que nous allons mettre en place permettra de suivre de manière très précise produit par produit, ligne par ligne, que les engagements pris par les distributeurs et les fournisseurs aujourd’hui sont bien tenus.

On se demande si cet observatoire des prix à réellement fonctionné. Et qui sont ses membres.
Luc Chatel
quand a lui avait sorti la grosse artillerie : "D’ici là, il y a une modération tarifaire qui est demandée par le président de la République, à la fois aux distributeurs et aux industriels". Modération? Mais que cela-veut-il dire dans leur esprit ? Où sont les résultats ? Si c'est l'heure de noter les ministres, on peut lui mettre un zéro pointé. Et que dire de Lagarde grotesque quand il s'agit de prévision de croissance et de lutte contre les prix trop élevés. Et que dire de leur chef, le premier ministre Fillon. C'est lui qui manage cette équipe.
Pourquoi nos prix sont ils supérieurs aux prix des autres nations de l'UE ? Pourquoi laisse-t-on spéculer sur le lait ou le blé ?
Le prix du blé a augmenté +200% en quelques années: Il a triplé, sur quelles bases économiques? Le stock et la production de blé ont-t-ils été divisés par 3? Non c'est bel et bien de la spéculation, de la recherche de profits financiers immédiat encore une fois.
Une fois les responsables identifiés, que fera ce gouvernement ? sans doute pas grand chose. On pourrait commencer par mettre de la transparence la dedans: Donner aux citoyens-consommateurs l'accès libre aux CGV des distributeurs, aux prix d'achat des centrales d'achat, aux prix d'achat aux producteurs. Mais que feront-ils pour lutter contre les mécanismes spéculatifs sur le blé ou le lait ? Rien, et sans doute ne prendront ils aucune initiative européenne seule solution.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dagrouik 2453 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte