Magazine Info Locale

"Des paroles et des actes", du très bon Mélenchon !

Publié le 16 janvier 2012 par Gezale
« Au moment du choix du candidat du Front de Gauche pour l’électionprésidentielle, j’ai dit, écrit et répété que j’étais contre la candidature deJean-Luc Mélenchon parce qu’il était dans le formatage politique en ce sens queles médias d’aujourd’hui réduisent la politique à des personnalités. Partisande Chassaigne, je ne voyais pas Mélenchon dans sa campagne être capable de développerdes idées de rupture avec le capitalisme et convaincre les citoyens à entrerdans l’action et dans le vote pour un vrai changement. C’est donc avec grandintérêt que j’ai regardé sa prestation télévisée sur France 2 jeudi soir.J’avoue qu’il m’a étonné face aux journalistes, pas toujours neutres, quil’interrogeaient.
Il a démontré de vraies capacités oratoires et les propositions duFront de gauche ont bien été expliquées comme le Smic à 1700 euros, la retraiteà 60 ans, le pôle public financier et bien d’autres propositions du programme"l’Humain d’Abord ". Il a exprimé beaucoup de points avec lesquels jesuis d’accord notamment vis à vis du PS et de son candidat. L’intervention deMélenchon nous a démontré que, cette fois-ci, le PS ne pourra pas nous jouer lecoup du vote utile car la crise qui s’approfondit renforce la colère du peuplefrançais frappé de plein fouet par les fermetures d’usines ou les futurslicenciements massifs dans les banques. Il a raison de dire que l’UMP maisaussi le PS, incapable de rompre avec le système, vont exploser devant ladramatique sociale à venir.  Et quela vraie gauche sera, comme en Hongrie, face à une extrême-droite renforcée parla droite qui a rompu avec le gaullisme par peur de classe.Sa franchise sur toutes les questions posées, y compris sur sonpassé socialiste, sur Maastricht, sur sa rencontre fortuite avec Marine Le Penau parlement européen filmée par la compagne de Hollande et retransmise surtoutes les chaînes, comme par hasard, sur ses bons ou mauvais mots vis à vis dejournalistes provocateurs, me l’a rendu plus sympathique. Son appel au peuplecitoyen pour qu’il prenne le pouvoir démontre que la délégation de pouvoirn’est plus d’actualité, ce qui oblige à une démonstration pratique sur leterrain. Malgré les manipulations des sondages qui le situe entre 6 et 8 %,il peut aisément atteindre un score à deux chiffres s’il poursuit dans cettevoie de dénonciation radicale du capitalisme. Le meilleur moment de l’émissiona été, pour moi le passage avec l’ancien PDG de St-Gobain. Les deux hommes ontvraiment dialogué sur la réindustrialisation de la France, sur l’actionnariatcupide qui détruit le tissu industriel, sur les salaires des patrons, surl’association des travailleurs à la gestion et au contrôle des entreprises.Nous avons vu un ancien patron influent critiquer vertement la financiarisationde l’économie, ce qui prouve qu’une partie de la bourgeoisie françaises’interroge sur ce capitalisme non régulé et anarchique qui amène au chaos.Face à ce patron Mélenchon n’a fait aucune concession, aucun compromis.D’ailleurs ce patron a avoué avoir lu "l’Humain d’Abord" et être trèsintéressé par la plupart des propositions sauf sur le sujet économique (c’estun patron tout de même) où il a émis des réserves en condamnant toutefoisl’actionnariat rapace et perfide.Bref, du très bon Mélenchon où à chaque fois, au delà desquestions perfides, anecdotiques ou personnelles, il revenait au programme duFront de gauche avec une dextérité explicative qu’à la fin ces journalistes ontreconnu. Face à ses concurrents Mélenchon sera un redoutable adversaire etlorsque la campagne officielle commencera avec l’égalité des temps de parole ilpeut convaincre bien des indécis et faire mentir les pronostics des sondeursmanipulateurs.Alain Lefeez

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gezale 7337 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog