Magazine Santé

DERMATOSES: Quand le chien permet de remonter la piste génétique – Nature Genetics

Publié le 17 janvier 2012 par Santelog @santelog

Cette étude génétique menée sur l'ADN du Golden Retriever dirigée par des chercheurs français a permis d'identifier une cause commune de l'ichtyose congénitale, chez le chien et chez l'Homme, des mutations dans un même gène, le PNPLA1. Ces résultats publiés dans l'édition du 15 janvier de Nature Genetics, suggèrent qu'un même gène défectueux chez l'Homme et son meilleur ami joue un rôle dans la maladie mais montre surtout à quel point, cette consanguinité, déjà exploitée pour d'autres maladies peut être mise à profit par la puissance de la génétique.


DERMATOSES: Quand le chien permet de remonter la piste génétique  – Nature Genetics
Les ichtyoses sont une famille de dermatoses génétiques, qui entraînent des plaques squameuses et peuvent, sous certaines formes, conduire au décès. Chez le chien, l'accouplement génétiquement choisi pour la taille, le tempérament ou la couleur peut transmettre la maladie en transmettant la copie mutée du gène. Chez l'Homme, l'ichtyose est une maladie rare touchant une personne/2.500. Etant données les nombreuses formes de la maladie et sa prévalence faible, il n'avait pas été possible d'identifier ses causes génétiques.


Pour déterminer si l'ichtyose canine et humaine ont une base commune, le Dr. André du CNRS (Université de Rennes) et le Dr Judith Fischer (CEA d'Evry) et leurs collègues ont d'abord identifié les mutations chez 20 golden retrievers atteints vs 20 golden retrievers sains. Après test sur 50.000 marqueurs génétiques, les chercheurs ont identifié une mutation dans le gène PNPLA1. Le co-auteur, un généticien allemand l'Université de Fribourg en Allemagne, Judith Fischer a ensuite testé si les patients humains atteints présentaient des mutations du même gène. L'équipe a découvert ces mutations chez 6 patients sévèrement touchés dès la naissance, appartenant à 2 familles non apparentées.


La fonction de PNPLA1 était avant cette étude inconnue. La protéine produite par ce gène appartient à une famille d'enzymes qui jouent un rôle clé dans la dégradation des graisses, un processus important dans la formation des membranes cellulaires. Ici, des biopsies de peau de patient humain et de  golden retriever montrent des membranes de cellules anormales dans l'épiderme.


Alors que 100 patients supplémentaires atteints par la maladie vont être testés pour vérifier s'ils présentent la mutation identifiée et qu'un test génétique va pouvoir être développé, les recherches se poursuivent sur d'autres maladies canines qui pourraient conduire à une recherche génétique profitable pour l'Homme. D'autres mutations identifiées chez les chiens ont déjà conduit à des thérapies géniques pour les maladies oculaires telles que des troubles génétiques de la rétine, ajoutent les auteurs.


Source: Nature Genetics doi:10.1038/ng.1056 Published online 15 January 2012 « PNPLA1 mutations cause autosomal recessive congenital ichthyosis in golden retriever dogs and humans”

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine