Magazine Science & vie

Problèmes énergétiques français actuels (2): énergie et agences de notation!

Publié le 17 janvier 2012 par 000111aaa

Continuant d’explorer  les informations circulant aujourd’hui sur nos problèmes énergétiques (  et notamment mais pas uniquement ceux du nucléaire)   je vais soumettre  le résultat de mes réflexions a quelques lecteurs tournés  un peu plus   vers l’aspect économique de ces choses

1 :   LES FACTEURS PRESENTES COMME IMPORTANTS  SUR LES PRIX DE L’ENERGIE

Je ne doute pas que mes lecteurs se présentant  actuellement  à une pompe  ou chez leur marchand de fuel  fassent parfois la grimace en voyant les prix  monter …Les tv et tous les médias  font leur beurre sur ce sujet en présentant les interviews  des consommateurs ….  Examinons ensemble  les paramètres qui sont en train de jouer ces jours ci…..

1 : les pays producteurs

Actuellement le cours du baril de pétrole  oscille autour de 100 DOLLARS ;les sinusoïdes qui décrivent ses fluctuations  font largement état de problèmes politique mais pas seulement….  Ainsi les prix du pétrole rebondissaient lundi en cours d'échanges européens, soutenus par les craintes de perturbation des livraisons de brut face à la poursuite des manifestations au Nigeria et aux tensions croissantes entre les pays occidentaux et l'Iran alors que mardi à Londres  les cours  grimpaient à la suite d'échanges européens, dans un marché dopé par la crise iranienne, par des indicateurs économiques encourageants en Chine, ainsi que par un accès de faiblesse du dollar face à un euro revigoré. Inversement à New York le pétrole avait fini en baisse vendredi à New York, pénalisé par des mouvements négatifs sur le marché après l'annonce de la dégradation des notes souveraines de la France et de l'Autriche, des tensions persistantes en Iran et au Nigeria limitant toutefois son recul. Je suppose que mes lecteurs , se tournant vers moi me disent : «   MAIS ALORS OLIVIER SUR QUEL PIED DANSER ?????!!!! »

Je vous explique schématiquement :

-   Les producteurs «  travaillent »  le marché de  l offre :-

A :les gisements sont exploités «  au mieux" . Au fil des décennies,  des sociétés de service ont développé et conservé une haute technologie dans une multitude de domaines : gravimétrie, sismique, diagraphie, définition des outils et fluides de forage, PVT,suivi informatique  etc. Sans ces technologies, on n’est plus compétitif :La société Schlumberger, multinationale née en France, est la plus importante de ces sociétés de service et d’aide à la gestion des gisements

B : la rationalisation des transports et l approvisionnement des pays consommateurs  se heurte a des  stratégies  imparfaitement complémentaires .Passer par des pipe-lines ( ça coute cher a construire et les pays de transit veulent de robustes bakchichs ) ou charger des bateaux et sécuriser les zones de passage ( voilà pourquoi les uns et les autres veulent s’assurer la libre circulation dans certains détroits/  deltas etc !)

-   Mais les producteurs ne sont plus seulement des groupes «  privés ».   Les réserves et capacités de production ont changé de propriétaires !. Suite à la nationalisation progressive ou brutale des ressources, les Compagnies pétrolières nationales  ont pris le devant de la scène, et éjecté les compagnies internationales  des dix premières places.

-   On paye en dollars ! Dans ce processus, le prix du baril échappe totalement aux opérateurs physiques, et les Compagnies pétrolières, qui ne contrôlaient déjà plus les volumes produits, se trouvent maintenant incapables d'agir sur le prix : le domaine financier a mis depuis une dizaine d’années la main sur le prix du baril.

2 :LES PAYS CONSOMMATEURS

-   1/Et alors vous me demandez , « Nous européens avec notre euro qui «  flageole » que devenons nous ? » Et bien , c’est vrai ! nous subissons  les taux de change Euro-Dollar. qui tremblotent ! Cette hausse de tarification baril augmente momentanément les chiffres d'affaires de toutes les parties prenantes ; y compris nos taxes nationales françaises ! mais on sait depuis le premier choc pétrolier qu'il provoque également des réactions négatives de la part du cochon de payant - consommateur final, qui tente de se tourner durablement vers des solutions plus économes, telles que des moteurs moins gourmands,  le train , le métro ,le co- voiturage etc. ; c'est ainsi que le chauffage au fuel diminue régulièrement au profit du gaz ou même de l'électricité. Ces variations brutales, provoquant une baisse de la demande, sont donc un inconvénient pour les producteurs qui  cherchent  toujours la stratégie gagnant-gagnant   dans tous les cas possibles !

   -2 : ET SI L ON PARLAIT ENCORE UNE FOIS DES AGENCES DE NOTATION 

   «   Comment (allez vous de dire)  c’est  pour avoir perdu le triple A que nous payons notre   énergie plus chère ? »

Et je vous réponds :oui ! Mais indirectement …. Bien entendu si notre monnaie baisse par rapport au dollar  nous donnerons plus d’euros pour un baril ( au prix inchangé en dollars )….. , ce qui aggravera nos prix transports- chauffage ETC et nos prix d’achat matières premières, donc nos fabrications .Mais le prix de ces dernières devient plus compétitives au plan mondial .ALLONS NOUS AUGMENTER DERECHEF NOS EXPORTATIONS ?Et ainsi sauver notre production , nos exportations et nos emplois etc  ???  c’est la qu’ est le dilemme …

QUELQUES MOTS MAINTENANT SUR CES AGENCES DE NOTATION

La notation est apparue aux États-Unis où se développe le marché financier au XIXe siècle. La panique de 1837 a fait ressentir le besoin d'évaluer la solvabilité des entreprises : en 1841 à New-York est née The Mercantile Agency (en), première société d'analyse financière de crédit.

Je ne prétends pas vous faire découvrir les agences de notation américaines Fitch Ratings, Moody's et Standard & Poor's. Sachez que la notation de  EDF  est

Agences       Notation long terme     

Moody’s     Aa3 assortie d'une perspective stable

Standard & Poor’s   AA-, assortie d’une perspective stable

Fitch Ratings   A+, assortie d’une perspective stable

Et pour AREVA :la dette d’AREVA est notée par l’agence de notation Standard and Poor’s.

Notation long-terme : BBB-

Notation court-terme : A-3

Perspective : stable

Date de dernière revue de la notation : 20 décembre 2011

  NOUS DISPOSONS AUSSI D’UNE AGENCE DE NOTATION EN  France , la Coface  et je vous communique la photo des notations pour les entreprises des pays du monde entier q u elle donne : vous constaterez que plus c’est bleu foncé meilleur c’est !( usa= France= Allemagne = même tarif !)

a suivre

Capture. rating coface.PNG
sI VOUS VOULEZ TOUS LES DETAILS FAIRE" ratings coface" sur google et zoomer sur chaque zone geographique

- plus c est bleu foncé meilleur c est !

- plus c est rouge  plus c est mauvais!

 vous constaterez : FRANCE+USA+ ALLEMAGNE!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine