Magazine Humeur

Portrait de Jean Rochefort

Publié le 19 janvier 2012 par Pguillery

Rochefort2Dans Valeurs Actuelles :

Féru d’équitation, ancien cavalier de compétition et toujours éleveur de chevaux, l’acteur révèle une nouvelle facette de sa passion dans un livre d’art.

« Entrez, je vous en prie, et poussez la porte. » D’emblée, en pénétrant dans le ves­tibule de sa maison située en fond de cour sur le bou­levard Saint-Germain, à Paris, où l’on n’aperçoit pas encore Jean Rochefort, on est frappé par le timbre de sa voix, ample, profond et gai ; à la fois aisément identifiable et inimitable. Il nous guide en même temps qu’il réveille en nous une multitude de souvenirs partagés, des images cultes du cinéma français.

Comment ne pas songer à la prestance du capitaine qu’il incarne dans le Crabe-Tambour de Pierre Schoendorffer, et qui lui valut le césar du meilleur acteur en 1978 ? Comment ne pas revoir un instant l’une des scènes de Que la fête commence, film de Bertrand Tavernier dans lequel il sut camper un abbé Dubois, premier ministre du Régent, empreint d’un redoutable machiavélisme, interprétation couronnée d’un autre césar (meilleur second rôle mas­culin en 1976).

On citerait volontiers aussi le truculent Ridicule de Patrice Leconte et Un élé­phant ça trompe énormément (1976), d’Yves Robert, qui doit en partie son comique de situation à la voix off de Jean Rochefort commentant avec une complaisance assumée la métamorphose de son personnage.

Son talent est aussi d’interpréter avec vaillance et nonchalance un cavalier débutant qui stoïquement franchit une table de pique-nique comme un obstacle. Un rôle de composition pour l’acteur, car à cette époque Jean Rochefort est à la ville un cavalier confirmé qui, entre deux tournages, s’évade en compétition de CCE (concours complet d’équitation) « avec des parcours de cross grisants », se souvient-il.

Cette passion pour le cheval est une des clés pour comprendre cet acteur qui, à 81 ans, se montre toujours aussi disert et séducteur. « Je cachais ma passion car les assurances pendant les tournages étaient strictes. C’était intense de cumuler mes activités professionnelles et les compétitions en fin de semaine. Le cheval fut la cause de deux divorces ! On est possédé par cette passion, on invente n’importe quel prétexte pour se rendre à un entraînement comme à un rendez-vous galant. On veut toujours mieux faire et on est en quête de symbiose ; c’est magique, et souvent plus rien d’autre ne compte. Cette fièvre du cheval ne vous lâche pas », explique-t-il dans sa maison parisienne où le cheval triomphe sur les cimaises.

Il ne monte plus depuis dix ans à cause d’une douloureuse double hernie dis­cale qui l’a contraint à interrompre le tournage du Don Quichotte de Terry Gilliam. C’est souvent une « douleur de feu propice à un vrai spleen », confie l’acteur qui n’en demeure pas moins un formidable conteur.
Sans doute faut-il être cavalier pour comprendre cette passion de “doux dingue” qui fait un peu tout oublier pour le bonheur de sa complicité avec l’animal, pour céder aussi à l’exigence d’une discipline qui ne souffre aucune approximation, se nourrit de persévérance et de quête de perfection.

Comme jadis Paul Morand ou le journaliste et romancier Jérôme Garcin aujourd’hui, Jean Rochefort exprime à sa manière toute l’emprise du « ressenti à cheval » et dit sans détour à quel point ne pas monter lui a parfois physiquement manqué.

Petit-fils de fabricant de fiacres à Dinan, né à Paris le 29 avril 1930 et acteur dès 23 ans dans une famille où il était de bon ton de faire de longues
études – son frère est polytechnicien – et d’avoir l’équitation comme hobby, l’acteur a mis longtemps à céder à cette passion peut-être trop ancrée dans l’histoire familiale.

Le virus lui a été inoculé lors du tournage de Cartouche, de Philippe de Broca, en 1962. Sa passion est telle qu’il s’installe à Rambouillet et devient en quel­ques années un cavalier accompli et un éleveur de chevaux de saut respecté par ses pairs. Pour sa première jument, Téfine, il choisit l’étalon Laudanum, alors monté par Pierre Durand. Les produits de son élevage porteront par la suite des noms de films, tel le crack Nashville, Irma la Douce,  Alpha­ville…

« Cela a commencé laborieusement. Longtemps   avec   Philippe Noiret nous lisions des ouvrages d’équitation sans rien y comprendre, nous étions comme des enfants, un peu candides et en même temps nous avions la certitude que nous progresserions coûte que coûte », se souvient-il, assumant dans sa carrière de « nombreux écarts équestres, tel le choix du tournage à Rio d’un vrai “nanar”, pour le plaisir de faire un stage chez le grand cavalier Nelson Pessoa », confie-t-il.

Parce qu’il aime partager cette pas­sion, il a pris plaisir à commenter en 2004 les épreuves équestres des jeux Olym­piques. Avec joie, il vient de consacrer cinq mois au travail d’écriture du Louvre à cheval,  une promenade dans les collections du mu­sée pour en apprécier les chefs-d’œuvre équestres ;   un défi me­né à bien avec la complicité du jeune historien d’art Edwart Vignot.

« Très vite, je me suis pris au jeu de l’écriture. Je retournais dans mon bureau écrire la nuit quand j’étais per­suadé d’avoir trouvé le bon adjectif », raconte-t-il avec amusement.

Il vient aussi de préfacer un livre consacré au cavalier d’obstacles français Kevin Staut (le Cavalier d’acier, chez Lavau­zelle), l’un des dix meilleurs mondiaux, dont il admire la technique, « la concentration, le travail d’introspection » ; il ajoute, toujours désopilant : « Pour faire court, il est une sorte de compromis entre Brad Pitt et moi-même. »

L’acteur se révèle aussi attachant dans sa réserve à exprimer ses sentiments profonds ; tout juste consent-il à évo­quer sa complicité avec sa femme, Fran­çoise (architecte et cavalière confirmée) ou les destins personnels de ses cinq en­fants, dont sa fille Louise, cavalière.

« “Demander et obtenir un rassembler sous le poids de rênes bien dressées ; le secret en équitation est d’agir peu et à propos”, disait le maître Nuno Oliveira. C’est une belle leçon », commente Jean Rochefort. Pour lui, en bon disciple de La Guérinière, la grâce est le plus bel ornement du cavalier et il faut « em­ployer le temps nécessaire pour acquérir cette qualité ». Belle leçon de vie.

Virginie Jacoberger-Lavoué


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pguillery 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines