Magazine High tech

Edito du 24 jan : Versus fighting ou redistribution des clients

Publié le 24 janvier 2012 par Meidievil @gamerslive

Edito du 24 jan : Versus fighting ou redistribution des clientsC’est dans l’air (et au détour de commentaires dont certains éditeurs peuvent se féliciter du caractère abondant), peut-être aussi peu ou prou dans les cœurs – effrayés ? – de quelques gamers de la première pluie : la question, grave et probablement ontologique, de savoir si le marché, et ses clients idolâtres – par ailleurs difficiles à dénombrer et manifestement pas trop regardant -, des jeux vidéo sur tablette et/ou smartphone va phagocyter jusqu’à satiété, le ventre plein sinon débordant d’auto-satisfaction, celui des utilisateurs de console portable old school, PSP ou 3DS en tête de cortège. Si vous n’avez toujours pas décollé la rétine de votre Game & Watch, vieux briscard conservateur hardcore de temps oubliés (on vous excuse volontiers), ceci ne vous concerne de toute façon plus. Ou si peu.

L’inquiétude des joueurs et de certaines rédactions, au premier abord fort légitime (un patron doit toujours être relativement inquiet), est néanmoins sans fondement. Le gamer reste un gamer, le casual gamer n’étant manifestement qu’un dégât collatéral. Et même si la sédition est consommée, le dernier arrivé sur la place, le joueur occasionnel, bénéficiaire d’un intrigant et prolifique univers à son intention (le phénomène a pris de l’ampleur avec les jeux Flash), devra en général se passer, et à juste titre, d’une vraie profondeur, qu’il s’agisse de gameplay ou de scénario, de celles qui poussent (et pousseront encore longtemps, ma boule est formelle) d’autres gens, par ailleurs tout à fait sain d’esprit et sans aucune inimitié, à mettre 40 € et plus dans une cartouche qui les fera transpirer.

Par ailleurs, la guerre est asymétrique : d’un côté un objet qui frise le luxe, le fameux iPad dont rêvent aussi bien votre petite sœur que tatie Hermione, cédé sans générosité à plus de 400 euros dans sa version de base (et qui peut monter à 700 € pour profiter de 64 pauvres ridicules et misérables Go de mémoire) accompagnée une ribambelle de jeux à trop de fois rien, et sur l’autre versant une 3DS à 150 euros et armée d’un cheptel de productions plus denses et plus travaillées. Mais aussi plus chères, bien plus chères, je ne peux que le concéder. Sans amertume malgré tout. Les éditeurs de jeux à destination de ces nouvelles plate-formes tactiles n’engloutiront finalement pas, on peut le prédire avec une relative certitude (à tout le moins pas dans l’immédiat), nos amis développeurs qui font de vrais jeux qui ont du goût et de la cuisse. Ils ne font que créer un nouveau marché : un marché d’individus qui auparavant ne jouaient pas. Du tout ou pas loin. Il reste de façon idoine moult gamers qui s’ignorent, bientôt prêts à rentrer dans le rang.

Le sujet de la prise en main, aux réponses par ailleurs radicalement inconciliables quand il s’agit de mettre en concurrence une tablette tactile et une 3DS au maniement auquel les joueurs vont rapidement s’attacher, va inévitablement se retrouver à l’épicentre du prochain schisme. Chacun y fera son choix : les gamers, les vrais, les vieux (ou pas), sont nombreux et feront le bon. Et s’il y aura des pertes, on peut déjà affirmer qu’elles seront quantités négligeables. En outre, il ne s’agira pas de gagner ; en vérité il n’y aura pas vraiment de guerre comme il n’y a finalement pas eu de choc des civilisations. Raisonnablement, ce que nous avons le plus à craindre sera la fuite des cerveaux vers des productions pléthoriques mais limitées, rentables mais avec peu d’âme.

  • Avis des rédacteurs …

Bonjour à tous, c’est Greg, vous verrez sans doute Julien dans le paragraphe suivant, car nous avions en effet décidé de rajouter notre brique à cet édito qui n’en a peut-être pas tant besoin, ce qui me donne l’occasion de remercier Cédric et sa plume sans qui le site perdrait clairement en qualité. Je tiens évidemment à dire que cet édito ne cherche pas à « corriger » telle ou telle rédaction et à encore moins l’objectif de ré-apprendre son travail à quiconque. Néanmoins, non, non ce n’est pas Infinite Blade, Angry Birds et consorts qui remplaceront nos consoles portables, car bien que le premier titre cité jouisse d’une qualité graphique certaine son gameplay n’atteint même pas celui d’un jeu snes et le deuxième est disponible depuis des lustres sous d’autres noms et d’autres enrobages sur quasiment n’importe quel site de jeu flash. Je terminerai en revenant encore une fois sur la jouabilité – trop – souvent médiocre offerte par nos smartphones, non, pour rien au monde je préfererai jouer à un GTA, un Final Fantasy ou même un Megaman (déjà assez dur) avec un pad virtuel sur un téléphone qui aura besoin de sa faible batterie pour bien d’autres usages que le jeu vidéo.

Salut le peuple de GamersLive.FR, tout comme Greg, je tiens à remercier Cédric pour ce nouvel édito. Il était en effet très important pour nous de revenir sur ce sujet afin de vous informer de notre position. Je n’ai rien de plus à ajouter vu que mes collègues ont déjà bien fait le tour du sujet. Tout cela, pour vous dire que je rejoins mes deux comparses les consoles portables sont loin d’être fini en tout cas pour le public Gamers. Après je vous l’accorde les itrucs et cie prennent du temps de jeux, mais pour une vrai expérience de jeu les gamers préféreront une bonne vieille consoles portables avec une maniabilité bien plus précise et confortable et surtout jouer à des jeux avec du fond !

  • Réagir à cet édito sur le forum …

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Meidievil 2727 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte