Magazine Séries

Once upon a time – Episode 1.10

Publié le 24 janvier 2012 par Speedu
Once upon a time – Episode 1.10

7.15 AM

Saison 1, Episode 10 sur 22
Diffusion vo: ABC – 22 janvier 2012

Alors que Mary Margaret cherche à sauver un oiseau, Blanche Neige se demande ce que peut bien faire son prince charmant alors qu’elle vit comme une hermite dans les bois.

D’habitude, je reconnais de suite les guests. Je ne suis pas comme céline qui a mis les 3/4 de l’épisode de Chuck à reconnaitre Ben Browder alors qu’elle est un peu hyper fan de Farscape. Mais là, je dois dire que j’ai mis bien la moitié de l’épisode à reconnaitre Eion Bailey dans le rôle de l’étranger. Ouais, sa tête me dit quelque chose et soudain, quand il négocie le café avec Emma, bingo. C’est le Ben de Annie ! Covert Affairs et tout ça ! Ouais, ouais. Mais j’ai une excuse. On le voit peu dans Covert Affairs et dans cet épisode de Once upon a time également. Ouais, c’est nul comme excuse mais bon, moi au moins, j’a ireconnu Emma Caulfield, pas comme certaines de mes lectrices que je ne dénoncerais pas ici (mais elle se dénonce dans les commentaires de l’épisode 9 ^^ )

Once upon a time – Episode 1.10

Donc cette semaine, on s’intéresse à nouveau aux deux amoureux parfaits. Enfin pas si parfaits que cela. L’épisode établit donc un parallèle sur l’impossibilité pour eux de s’avouer leur amour et l’impossibilité de le vivre surtout, avec un mariage d’un coté et une baby menace de l’autre. Seul l’oiseau est commun aux deux. Je comprends un peu mieux le délire de l’oiseau bleu du pilote qui faisait passer Mary Margaret pour une junkie en plein trip (il faut dire qu’il était bien bleu son oiseau quand même). L’oiseau a une signification particulière pour elle puisqu’il lui a amené (enfin après avoir refiler le message un pote tant l’oiseau de départ et celui d’arrivé sont différents) la preuve que le prince charmant l’aimait. Et la libération de l’oiseau à Stroybrooke pousse les sentiments des deux à se révéler et donc au bécottage final de l’épisode. Oui, ils se bequottent et c’est comme ça que je le dis (en plus, ça va avec l’oiseau qui a un bec).

Une chose est sûre, les deux amoureux transis sont trop mimis ensemble. Même si Charmant a toujours un charisme proche de l’huitre morte, son association avec Blance ou Mary Margaret fonctionne à merveille. On a envie de les voir ensemble. On a envie de les voir s’aimer. On a envie de les voir lutter contre les difficultés. Et dans les deux mondes, elles sont là, Blanche ayant bu la potion d’amnésie et Mary devant faire face à Regina qui n’a rien d’autre à foutre de sa vie qui de la suivre comme une grosse perveuse de tueuse maniaque. Oui, regardez le nombre d’épisodes d’Esprits Criminels qu’il y a avec le tueur qui observe ses proies durant plusieurs jours.

Malheureusement, si le couple s’avère super mimi, il en est autrement de l’écriture qui reste beaucoup, beaucoup trop basique. C’est très linéaire, trop linéaire, trop convenu et sans grande surprise. Les rebondissements se voyent venir de loin. C’était sûr que le nain allait y passer, il ne fait pas partie de la communauté de la blanche neige, c’était sûr que Rumplecassin (oui je mixe les deux noms maintenant) allait venir en surjouant à mort pour proposer un deal … Depuis quelques temps, je le vois bien se reconvertir sur un marché « Il est beau mon deal ! Il est tout frais ma petite dame ! Et je vous offre une livre de merlan frit pour deux deals passé ce jour même ! »

Once upon a time – Episode 1.10

On peut aussi relever, soit une bourde/ non communication entre scénaristes, ou une inversion d’épisodes mais la semaine passée, on nous a indiqué que ça y est, Blanche était avec les nains. Or, elle les rencontre aujourd’hui. Des nains plus grands qu’une « non naine » quand même.
A coté de cela, on a enfin droit à un peu de slutty chaperon rouge qui pour le coup n’est pas slutty apparament dans le monde des contes de fées. Elle fait juste la tournée de l’épicière, livrant des fruits à une femme vivant dans les bois … normal. Vivement l’épisode centré sur elle. Je n’attends que ça ou presque. Malheureusement, ce n’est pas pour tout de suite. Snif.
Sinon, l’étranger ne sert à rien pour le moment. Il a juste une machine à écrire. Je m’inquièterais bien parce que ça peut être maléfique une machine à écrire mais on n’est pas dans Fringe alors pour le moment, c’est zéro tension autour de cet étranger.
Enfin, on notera que ce que je craignais arrive. Ils ont fait de Blanche Neige une amante, une briseuse de couple, une chaudasse qui pousse à l’infidélité les hommes. Peu importe les justificatifs d’amour éternel et de deux âmes qui se retrouveront toujours, même si ils changent leurs habitudes matinales de 30 minutes. Le résultat est qu’elle roule un gros patin à un homme marié et le pousse à l’infidélité. C’est moche mademoiselle Blanche …

Bref, 6/10

On n’avance pas. L’histoire de cet épisode est beaucoup trop basique et linéaire. Mais heureusement, je deviens un très grand fan de Ginnifer Goodwin qui interprète parfaitement les deux versions de son personnage et qui rend extrêmement touchant son amour pour charmant. Cela sauve quand même pas mal l’épisode.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Speedu 365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine