Magazine Société

Sainte Catherine DE SIENNE : Ô Déité ! Déité ! (prière)

Publié le 29 janvier 2012 par Unpeudetao

Ô Déité ! Déité ! ineffable Déité ! Ô Bonté souveraine qui par pur amour nous as créés à ton image et à ta ressemblance ! Tu n’as pas dit en créant l’homme : Sois fait ! comme pour les autres créatures ; mais Tu as dit : Faisons l’homme à notre image et ressemblance ! Ô amour ineffable, toute la Trinité a concouru à sa création et la forme de la Trinité, Déité éternelle, a été imprimée dans les puissances de son âme.

Tu lui as donné la mémoire pour qu’il reçoive ta forme, ô Père éternel. Comme Père, Tu tiens et conserves toutes choses en Toi : ainsi Tu as donné la mémoire pour retenir et conserver ce que l’intelligence voit, saisit et connaît de Toi, Bonté infinie. Et par cette intelligence nous participons à la Sagesse de ton Fils unique. Tu nous as donné la volonté, la douce clémence du Saint-Esprit : cette volonté se lève, pleine de ton amour, elle saisit comme avec la main ce que l’intelligence comprend de ta Bonté ineffable, avec cette main énergique de l’amour elle remplit la mémoire et le cœur de Toi.

Grâces, grâces à Toi, haute et éternelle Déité, pour tant d’amour que Tu nous manifestes en nous donnant une forme si précieuse et les puissances de notre âme : l’intelligence pour Te connaître, la mémoire pour nous souvenir de Toi et Te garder en nous, la volonté et l’amour pour T’aimer au-dessus de tout.
N’est-il pas raisonnable, quand on sait que Tu es l’infinie Bonté, de T’aimer ? Qu’il rougisse, l’homme qui, tant aimé de Toi, n’aime pas !

Ô Déité éternelle, en Toi est l’amour sans mesure. Lorsque notre misère et notre fragilité nous firent tomber dans la corruption du péché par la désobéissance de notre premier père, Toi, Père souverain et éternel, l’amour T’a contraint à jeter un regard de miséricorde sur nous, pauvres malheureux. Et Tu as envoyé le Verbe, ton Fils unique, le Verbe Parole incarnée, voilée sous la misère de notre chair, vêtu de notre mortalité.

Et Toi, ô Christ Jésus, notre Réconciliateur, notre Réformateur et Rédempteur, Tu T’es fais Médiateur, ô Verbe d’amour. De la grande guerre entre l’homme et Dieu Tu as fait la grande paix. Nos iniquités et la désobéissance d’Adam, Tu les as punies sur ton corps en obéissant jusqu’à l’ignominieuse mort de la croix. Sur la croix, ô doux Amour Jésus, Tu as fait un coup qui a satisfait à notre faute et aussi à l’offense du Père que Tu as vengée sur Toi-même.

J’ai péché, Seigneur, prends pitié de moi.

De quelque côté que je me tourne, je trouve l’ineffable Amour. Nous sommes inexcusables de ne pas aimer, car, ô Dieu-Homme, Tu m’as aimée sans être aimé de moi ; je n’étais pas et Tu m’as créée. Tout ce que je veux aimer et qui a l’être, je le trouve en Toi, excepté le péché qui n’est pas en Toi et qui n’est pas digne d’amour. Si nous voulons aimer Dieu, nous avons ton ineffable Divinité ; si nous voulons aimer l’homme, Tu es l’Homme, et je peux Te connaître, Pureté ineffable. Si je veux aimer un maître, n’as-tu pas payé le prix de ton sang, ne nous as-Tu pas retirés de la servitude du péché ? C’est Toi, le Maître, notre Père, notre Frère par ta bénignité, par ton amour sans mesure. Ô Déité éternelle, le Verbe, ton Fils, a voulu, selon ta volonté, répandre son précieux Sang en faveur de notre misère sur le bois salutaire de la très sainte Croix.

Ô Déité, tu es la souveraine Sagesse : je suis une ignorante et misérable créature. Tu es la souveraine et éternelle Bonté. Je suis la mort, et Toi, la vie ; moi, les ténèbres : Toi, la lumière ; moi, la folie : Toi, la Sagesse ; Toi, l’infini : moi, le fini ; moi, le malade : Toi, le médecin. Je suis une fragile pécheresse qui ne T’a jamais aimé. Tu es la Beauté très pure et je ne suis qu’une sordide créature. Par un amour ineffable Tu m’as sorti de Toi-même, et c’est par grâce et non par justice que Tu nous attires à Toi, si nous voulons nous laisser attirer, c’est-à-dire si notre volonté ne se révolte pas contre la tienne.

Hélas ! Seigneur, j’ai péché ; prends pitié de moi.

Bonté éternelle, ne regarde pas nos misères dont nous nous sommes chargés nous-mêmes en nous séparant de Toi. Bonté sans mesure, en éloignant notre âme de son objet véritable. Nous Te prions, par ton infinie miséricorde, de regarder avec ta souveraine clémence et ta compassion ton unique Épouse. Éclaire celui qui est ton Vicaire sur la terre afin qu’il ne T’aime pas pour lui-même, ni lui-même pour lui-même, mais qu’il T’aime et qu’il s’aime pour Toi. S’il T’aime pour lui, nous périssons, car en lui est notre vie et notre mort, selon qu’il est zélé pour nous sauver, nous, ses brebis en danger de perdition.
S’il s’aime et s’il T’aime pour Toi, nous vivons, car nous recevons du bon pasteur un exemple de vie.

Ô souveraine et ineffable Déité, j’ai péché et je ne suis pas digne de Te prier ; mais Tu es assez puissante pour m’en rendre digne. Seigneur, punis mes péchés et ne regarde pas le monde à travers mes misères. J’ai un corps : je Te le rends et je Te l’offre. Voici ma chair, voici mon sang : immole, détruis, brise mes os en faveur de ceux pour lesquels je te prie. Si Tu le veux, mes os et la moelle de moi-même, triture-les en faveur de ton Vicaire, l’unique époux de ton Épouse, pour lequel je Te prie de m’accorder qu’il cherche ta volonté, qu’il l’aime et qu’il l’accomplisse, et qu’ainsi nous ne périssions pas. Donne-lui un cœur nouveau. Fais-le croître sans cesse en ta grâce. Qu’il soit fort pour dresser l’étendard de la très sainte Croix et faire participer les infidèles, autant que nous, au fruit de la Passion, au sang de ton Fils unique, l’Agneau immaculé.

Éternelle, ineffable et haute Déité !

J’ai péché, Seigneur, prends pitié de moi.

Sainte Catherine DE SIENNE (1347-1380), mystique italienne.
*Cette prière fut faite à Avignon, un jour que Grégoire Xl avait demandé à la Sainte de prier particulièrement pour lui.

*****************************************************


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog