Magazine Sport

Capitaine Courage?

Publié le 30 janvier 2012 par Spartac

Capitaine Courage?

Un président confiant, calme courageux..

 Mon ordinateur est réfractaire à l'UMP, je ne vois que cela. Hier soir j'ai tenté d'écouter l'intervention du président sur France 2, France 3, TF1, Arte, Direct 8, Teleshopping, Teva, Paris Première, enfin une couverture de cette ordre, et celui-ci décidé à me ramener à la raison, ne me permit point d'avoir la vidéo en continu. Certes, en cela peut être aidé par d'autres expatriés londoniens qui auraient eu la même idée. En aparté,ce terme expatrié n'est décidément pas flatteur qui renvoi aux nobles fuyards de la révolution partant pour éviter une cure amincissante par le haut. Donc j'ai essayé d'écouter la parole présidentielle sans y parvenir tout à fait, ce qui me fit faire un détour, en attendant la vidéo, par le visionnage d'Inside Job, qui n'en déplaise à messieurs Baroin et Fillon, donne de quoi ériger la finance en ennemi.
Mais le président alors? Il ne fallait pas s'attendre à des surprises, puisque les couloirs de l'Elysée s'étant dernièrement transformé en moulins à vent, le suspense avait déjà été éteint. Une augmentation donc de la TVA et une baisse de la CSG, qui devrait relancer la consommation, et la production... Si ce postulat est discutable, il le devient encore plus quand ces réformes ne devraient pas être entrevues avant aout pour la CSG et octobre pour la TVA. Bon je ne suis pas vraiment pressé de voir les prix augmenter de nouveau, mais les ajustements informatiques nécessaires à la préparation de cette réforme me semble un peu longs.
Ces annonces illustrent la teneur de l'intervention de hier soir, des propositions douteuses, pas forcément populaires, encore peu probablement judicieuses, mais surtout très éloignées dans le temps, si bien qu'on se demande l'intérêt de l'intervention de hier soir. En matière de réformes nous sommes heureux de savoir que "prochainement" les terrains à bâtir verront leur surface augmenter de 30%. A voir les difficultés actuelles à accéder à la propriété, nul doute que la possibilité pour les ménages de se construire une chambre au dessus du garage offrira un grand réconfort... Au pire cette réforme permettra aux particulier d'emprunter pour construire ces 30% en plus, il serait dommage de ne pas voir les banques en profiter.
L'intervention de hier soir ne fut donc de manière prévisible, que la piètre tentative d'un candidat non déclaré président concerné par le sort de la France, capitaine dans la tempête qui s'apaise, de reprendre la main. Après que l'ami Juppé sans conviction et toujours raide comme la justice s'était limé les dents contre Hollande jeudi soir, le président faisait sa non campagne sur plusieurs chaine.
Pas d'annonce de candidature, mais la volonté de montrer son courage, sans calculs, si l'on ne prend pas en compte le tir groupé de communiqué des communicants UMP, soit 25 mails à tête chercheuses partis vers les rédactions une fois l'intervention terminée, ou parfois pendant. Visiblement le président reconnait des erreurs, pas celle que l'on pensait, comme le bouclier fiscal ou la réforme de l'ISF, qui semble intouchables. Oui c'est ce qui s'appelle ménager son électorat le plus fidèle.

Capitaine Courage?

Par soucis d'équilibre, Lionel représente le PS sur cette page

Nicolas Sarkozy, dont le nom sort difficilement de mes phalanges a donc monté son opération communication, face à un public peu farouche, Claire Chazal s'étant fait moucher sèchement lors d'une récente allocution, tandis que Laurent Delahousse (comment ça s'écrit déjà) était le novice de l'exercice. Ce fut une émission formatée, ou il n'y eu pas de rubrique people aussi dégradante pour l'information que celle offerte jeudi sur le poids de François Hollande. Les même plats insipides habituels ont été servis au président, qui a répété ses réponses préparées, en espérant un sursaut dans l'opinion.
Il reste à mesurer si sa côte remonte, ce qui est peu probable en annonçant une hausse de la TVA. On aura compris que le président se place en homme humble, discret et courageux, face à un Hollande pétri d'arrogance, ce qui reste un peu dur à avaler. Stratégie de la dernière chance, qui ressemble à un espoir vain, qui repose sur la crédulité supposée des électeurs.
Même si par le passé les français en matière de crédulité, ont fait preuve de maitrise, gageons que ce n'est pas ces quelques secousses d'un président contesté qui sauront les convaincre. Pas plus que la référence à l'Allemagne et le soutien annoncé d'Angela Merkel, qui devrait prendre part à quelques meeting de campagnes. L'Allemagne comme modèle, le plein emploi à temps partiel comme exemple, la rigueur en tout point, alors que de nombreux économistes comme Paul Krugman plaident pour la relance, voilà donc un programme tout tracé.
On peut cependant sans mauvais esprit penser que la solution en matière de croissance n'est pas à trouver dans l'asujetissement à l'Allemagne... En tout cas en une semaine, on connait les tenants de la campagne, la droite contre la gauche, dans des termes idéologiques plus que culturels pour une fois. Finalement, j'aurais du me contenter de regarder "Inside Job" dont le regard sur la crise financière empli de réalisme, montre que la crise n'est pas forcement derrière nous, mais ce n'était pas le sujet, enfin en partie d'une certaine façon.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Spartac 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine