Magazine Culture

Balise #19 : 21 Grams

Publié le 24 mai 2011 par Hugocentrisme
                         21 Grammes
Les gens m'avait dit que c'était "trop bien" ou "grave frais" aussi ai-je sauté d'su. Mais là, au générique de fin là, bah bof.
Justification.
Si le jeu des acteurs est très bon, notamment Naomi Watts, la façon dont elle s'effondre ou s'indigne est digne de tous les oscars et césars machin possible, sa performance est remarquable. Benicio Del Toro est parfait pour ce rôle de taulard fanatique et complètement wrecked. (Javier Barden le serait surement aussi, peut-être pour ça qu'il est a l'affiche du dernier Inarritu (Biutiful, pas vu) - Sean Penn est, comme d'habitude, prisonnier de sa face de marbre mais à un très beau/touchant rôle.
Benicio Del Toro dans 21 Grammes
Seulement le scénard et la mise en scène : peut mieux faire. Si le parti pris "je commence par la fin" est plutôt osé, c'est parce qu'il difficile à tenir. Je viens de regarder Memento et à côté, 21 grams est bien pâle. Disons qu'on nous sert le dessert direct, et on oublie le reste. Du coup je reste un peu sur ma faim. FAUX, oui non en fait, je suis spoilé/déçu/gavé mickey (bide).
Parce que, si Naomi s'effondre bien, elle s'effondre trop et trop longtemps. Je suis gêné par ce côté Ultra-choc de la double perte gosse/mari par un accident hardcore. J'ai remercié intérieurement Inarritu de la façon dont il filme la scène. Ce gravite autour est largement suffisant. Que dis-je, bien trop gavant. Il y a un côté brouillon (aller tant pis jle sors comme ça, j'ai rien trouvé d'autre mais juré c'est pas faute d'avoir cherché). Brouillon, c'est-à-dire... et bah disons que le montage laisse à désirer, il y a des bouts de scène en double (histoire de bien faire pigé), il y a des retours bien trop évidents, des scènes spoils (je sais pas comment ça s'appelle rgnnudtjuu) qui ouais servent à rien à se moment là. La tension u tété bien plus forte et haletante avec quelques petites modif et un montage classique. A jouer les Tarantino, on se mord les doigts.
Balise #19 : 21 Grams
L'histoire des 21 grammes est franchement stylé, tout comme les voix-offs de Sean, à développer (putain !), ça rejoins pile le cours de philo sur la fin !
Si ce film veut choquer, faire grinçer, rendre mal à l'aise, c'est réussi. C'est poignant, voir poignardant. La vertue que "je" y a trouvé : c'est du relativisme par rapport à mes petits problèmes d'ado. La montagne d'afflictions que Benicio se prend en pleine tête est du genre dont on ne se remet pas.
La façon dont il persiste à croire fermement en Dieu, par désespoir (ou espoir selon le point de vue) est aussi très intéressante.
Ce sera un fiftififti. Avec quand même une petite déception. J'aime les produits finis, polis(sé).

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hugocentrisme 28 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte