Magazine

Go go Tales, film d'Abel Ferrara

Publié le 12 février 2012 par Mpbernet

affiche gogoImaginez un chef d’entreprise qui  jouerait systématiquement sa trésorerie au loto, en achetant avec les derniers dollars de son comptable  des martingales « infaillibles » …. Sa boutique est pratiquement en faillite, mais un jour,  il gagne le gros lot …. Sauf qu’il ne parvient pas à retrouver le ticket gagnant.

Sa boutique, c’est un bar à lap dance, le Ray Ruby’s  Paradise. Un cabaret où de belles filles gaulées comme des déesses mais fauchées dansent devant des clients qui leur glissent des billets de monopoly dans le string, encadrées par de vieux maîtres d’hôtel italiens qui veillent jalousement à ce que personne ne les touche.

monroeetlechien
Le héros, sympathique, vulnérable, attachant,  c’est Willem Dafoe. Un artiste, un chanteur, mais aussi un manager qui se débat dans des difficultés financières inextricables, mais qui aime profondément ses employés.  Peut-il leur sauver la mise, éviter la fermeture de l’établissement dont la vieille propriétaire vient réclamer chaque soir les quatre mois de loyer en retard (surtout parcequ’elle ne peut se passer de la chaleur humaine de l’endroit ?)

willemdafoe
Dans ce beau film, tourné en 2007 (et pourquoi distribué seulement maintenant ?) il y a les réminiscences du « Million » de René Clair, du cabaret Ba Da Bing des Sopranos, de tas de films de back stage ou qui se passent dans les bas-fonds de Manhattan. Et pourtant, le sentiment qui prédomine, c’est la tendresse. Une chronique d’un bar à filles où chacun se démène pour offrir aux touristes un instant de rêve, et quelques coupes de Champagne.

C’est le premier film d’Abel Ferrara que je vois. Jusqu’ici, j’imaginais un cinéaste tout à fait sulfureux,  et je n’étais pas du tout tentée d’aller voir ses films, jusqu’à une critique tout à fait convaincante de la belle et intelligente Evangéline Barbaroux, de LCI.

Un scénario parfaitement réglé, avec des tas de rebondissements, une montée de la dramaturgie croissante, jusqu’à la fin, très inattendue en fait. Et, en prime, les prestations d’Asia Argento (et de son chien) et Lou Doillon (Lola), superbe.

Merci du conseil, Evangéline !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte